10418643157logounesco_sm.gif
   
 Top > Réseau hors Siège > Field Offices in the Latin America and the Caribbean region > 2004, Année internationale de commémoration de la lutte contre l'esclavage | guest (Lire) Ceci est une rubrique du portail - un ensemble de pages Web contenant des informations connexes. Cliquez sur les liens de navigation À propos, Nouvelles, Bibliothèque et autres liens pour afficher des types précis d'information dans une rubrique.

 Explorateur Retour Arriere L'explorateur de rubriques vous montre où vous vous trouvez dans l'arbre de cette rubrique. Cliquez sur une rubrique pour l'ouvrir. Le bouton carte du site fait afficher une vue développée de toutes les rubriques sous la rubrique courante. 
Top
   WHAT ARE THE UNITED NATIONS INTER-AGENCY GAMES ?(14)
   DANS LE MONDE(6)
   Redirections(4)
   Réseau hors Siège(33)
      Field Offices in the Latin America and the Caribbean region(44) Rubrique courante
   Search(1)
   test - GC KO(4)
   UNESCO - Websites LIVE(14)
   UNESCO.ORG(14)


 Langage Basculer entre les langues 



Version imprimable Version imprimable
2004, Année internationale de commémoration de la lutte contre l'esclavage
A la demande de la Conférence générale de l’UNESCO, l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies lors de sa 57è session, a proclamé 2004, Année internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition (décembre 2002), qui fait référence au projet UNESCO « la Route de l’esclave », reconnu comme prioritaire dans la Déclaration et le Plan d’action de Durban.
? moyenne | votes : 0
Actualités
ID : 9115
Ajouté le : 30-01-2003 5:47 pm
Mis à jour le : 18-02-2003 4:41 pm


 
Préc. Actualités 11 de 12 Suivant
I - Introduction

A la demande de la Conférence générale de l’UNESCO, l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies lors de sa 57è session, a proclamé 2004, Année internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition (décembre 2002), qui fait référence au projet UNESCO « la Route de l’esclave », reconnu comme prioritaire dans la Déclaration et le Plan d’action de Durban.

C’est dans ce contexte qu’un « brainstorming » a été organisé entre les membres de l’Equipe spéciale sur les activités de l’UNESCO relatives à l’étude de la traite négrière et de ses implications, et des représentants des Délégations permanentes, les 20 et 21 janvier 2003 (voir annexe 1). Les Etats membres, représentant tous les groupes électoraux et les pays donateurs (Italie, Japon, Norvège) ont participé activement à une réflexion sur 2004, Année internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition, afin de dégager les grandes lignes du programme que le Directeur général doit présenter lors de la trente-deuxième session de la Conférence générale, conformément aux alinéas 3 et 4 de la Résolution 31 C/28, qui prévoit d’«élaborer, sur la base des propositions des Etats membres, le projet de programme» pour cet événement. Cette commémoration doit être conçue comme l’un des maillons d’un processus historique de lutte contre l’esclavage.

Après les allocutions d’ouverture de M. Mounir Bouchenaki, Sous-Directeur général pour la culture et de S. Exc. Monsieur Wesner Emmanuel, Ambassadeur, Délégué permanent d’Haïti auprès de l’UNESCO, les travaux ont débuté sous la présidence de M. Wesner Emmanuel. Mme Katérina Stenou, Directrice de la Division des politiques culturelles et du dialogue interculturel, Secrétaire de l’Equipe spéciale, a présenté et commenté l’ordre du jour qui a été complété par plusieurs membres de l’Equipe spéciale (annexe 2). Ainsi, les représentants des secteurs de l’Education, des Sciences humaines et sociales et du Patrimoine mondial, ont présenté leurs programmes. M. Emmanuel et M. Bernard Hadjadj, Chef du Bureau de l’UNESCO à Haïti, ont présenté le programme d’Haïti, pays commémorant le bicentenaire de la création de la première République noire. La séance de l’après-midi a été présidée par S. Exc. Monsieur Olabiyi Yai, Ambassadeur, Délégué permanent du Bénin auprès de l’UNESCO.

La session de la matinée du 21 janvier – sous la présidence de M. Ousmane Blondin Diop, Délégué permanent adjoint, représentant S. Exc. M. Mame Birame Diouf, Ambassadeur, Délégué permanent du Sénégal – a été consacrée à la discussion d’une première synthèse des travaux, préparée par le Secrétariat. La séance de l’après-midi a été réservée à la présentation des conclusions à toutes les Délégations permanentes par M. Noureini Tidjani-Serpos, Sous-Directeur général pour l’Afrique.

Ces conclusions ont été adoptées par acclamation.

II - Synthèse des débats

Dans son allocution introductive, l’Ambassadeur d’Haïti, a souligné l’esprit devant présider à cette commémoration en ces termes : « La proclamation de 2004, Année internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition sera l’occasion de retrouvailles fraternelles, de dialogue renouvelé, malgré les blessures de l’Histoire, entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Célébration ouverte sur le monde, mais aussi et surtout moment privilégié pour que les Haïtiens revisitent leur histoire avec un discernement constructif pour un nouveau départ après tant de déchirements et de douleurs». L’accent a été mis sur l’actualité de cette commémoration par la persistance encore aujourd’hui de différentes formes de discrimination. Cet aspect interpelle tout particulièrement les jeunes générations qui doivent apprendre à connaître les temps forts et les figures emblématiques de la lutte contre l’esclavage et de son abolition.

La Commémoration doit avoir une portée universelle, car cette blessure est une blessure de toute l’humanité.

Il est ressorti que cette commémoration ne devait pas uniquement faire référence au passé, mais devrait permettre de porter un regard lucide sur le présent et d’ouvrir des perspectives durables pour le futur.

L’ensemble des participants a souligné l’importance de cette commémoration et la place particulière de l’UNESCO dans sa mise en œuvre.

II.1. Axes d’actions prioritaires

Les différentes propositions suggérées par les participants pourraient être articulées autour de trois grands axes, dans une approche intersectorielle, pluridisciplinaire et interagences, ayant comme ancrage principal le projet « la Route de l’esclave », reconnu comme projet prioritaire pour le prochain exercice biennal (2004-2005). La mise en place d’une stratégie de communication sur l’événement doit retenir toute l’attention.

II.1.1. Contribution de la recherche scientifique

- Les liens entre la traite négrière, et l’esclavage et le racisme contemporains ;
- L’impact de l’esclavage sur la formation des mentalités et des comportements ;
- Le transfert du savoir de l’Afrique vers le Nouveau Monde et ses influences ;
- Articulation de la commémoration avec la stratégie des droits humains en cours
d’élaboration par l’UNESCO (SHS) ;
- Etude des conséquences de l’esclavage sur les peuples autochtones ;
- Etude de l’apport de l’Afrique à la diversité culturelle du nouveau monde
(par exemple : métissage, multilinguisme, créoles, cultures culinaire et vestimentaire, etc.) ;
- Mise en place du Plan d’action de Durban et ses implications ;
- Renforcement du projet « la Route de l’esclave » et élargissement des recherches sur l’esclavage et les abolitions à d’autres régions (océan Indien, Méditerranée, zones transsahariennes, etc.) ;
- Réflexion sur la spécificité du patrimoine culturel matériel et immatériel ;
- Recherche sur les formes contemporaines de l’esclavage, en collaboration avec le BIT et l’UNICEF.

II.1.2. Mémoire vivante

- Etendre le projet phare des Ecoles associées « Briser le silence » et aboutir, après les trois fora régionaux de 2003, au forum international de 2004 des jeunes sur l’enseignement autour de la traite négrière. Organisation des ateliers de formation des enseignants, afin de contribuer à l’intégration de l’enseignement de la traite dans les programmes scolaires ; élaboration d’un Kit multimédia ; production d’un calendrier interactif pour les écoles «Trans Atlantic Slave Trade» (TST) (2003-2004) ; expérimentation d’un matériel éducatif novateur «Voyages d’esclaves» produit par l’Université de West Indies ; production de matériel éducatif complémentaire tel que «visions d’esclaves» ; renforcement de ce projet dans l’océan Indien.

- Procéder à des inscriptions groupées des sites et lieux de mémoire sur la liste du patrimoine mondial, au titre du critère «valeur exceptionnelle». Une série de musées et itinéraires touristiques sera promue dans le cadre d’une approche à la fois respectueuse de la mémoire et tournée vers l’avenir. La réorientation du projet de Mémorial de Gorée, s’inscrit dans cette logique, dépassant ainsi la monumentalisation, au profit d’un maillage de centres de recherche établis sur les lieux de mémoire ; évaluer le rôle du patrimoine culturel immatériel sur la préservation de l’identité et de la dignité des esclaves et de leurs descendants.

- Favoriser l’accès aux archives et leur conservation pour une plus large diffusion.

- Mettre en valeur les savoirs et savoir-faire traditionnels.

- Favoriser l’implication des jeunes dans la découverte de leur patrimoine culturel, historique et spirituel par des activités dans leurs communautés et régions visant à élaborer des itinéraires de la connaissance dans un but pédagogique.

- Concevoir des expositions pédagogiques itinérantes sur l’esclavage en vue de leur circulation dans l’ensemble des États afin de mettre en relief le caractère universel de cette commémoration.

II.1.3. Rencontres et dialogue autour d’un héritage partagé

Le Troisième Congrès des écrivains d’Afrique et d’Amérique, associant les diasporas africaines d’Europe et d’ailleurs, pourrait être organisé autour du thème : «De la sortie de l’esclavage à la place du Noir dans la mondialisation, en passant par la lutte contre le colonialisme» ; publication des Actes. Il est suggéré la réédition des textes des congrès des écrivains noirs (et traduction dans d’autres langues telles que le portugais et l’espagnol) ; l’élaboration de l’anthologie sur «les résistances à l’esclavage» et sur la tradition orale.

Dans le domaine de la création artistique, les manifestations doivent privilégier cette riche diversité culturelle nourrie à partir d’une source et mémoire communes : celles de l’Afrique. Au plan musical, chacun connaît l’influence des rythmes africains sur le tango, le jazz, la salsa, la samba, etc. ; le tambour occupe une place particulière dans cette influence et pourrait faire l’objet d’une rencontre de tambourinaires d’Afrique et des Amériques. Une place particulière sera accordée aux musiques et autres manifestations artistiques des aires culturelles arabo-berbère, moyen-orientale, afro-asiatique et afro-arabe. Dans le domaine du cinéma, des arts plastiques et de la littérature, la création contemporaine des pays de l’aire culturelle vaudou est fortement marquée par la symbolique de cette religion. Concernant la création poétique, la tradition orale a été longtemps dominante et l’est encore à travers les griots, les poètes et les conteurs, tant en Afrique que dans les Caraïbes et les Amériques.

S’agissant des rencontres interculturelles et des échanges cultuels, une place privilégiée sera réservée au vaudou, originaire des peuples Adja-Fon du golfe de Guinée, qui s’est développé selon des formes originales et diverses dans les Amériques (condomble, santeria, cultes petro et congo…). La préservation des grands sanctuaires vaudou et la rencontre de prêtres des différents pays concernés permettraient de vivifier cet héritage commun.

Avec les artistes des trois continents, faire le trajet de la Route de l’esclave sur un bateau qui accosterait dans certains ports symboliques pour y présenter des manifestations culturelles.


II.2. Partenariat et mobilisation des fonds

II.2.1. Partenariat

- Etablir une coopération inter-agences active, en particulier avec l’ECOSOC, sous la coordination de l’Equipe spéciale sur les activités de l’UNESCO relatives à l’étude de la traite négrière et de ses implications ; y associer les bureaux hors-siège ;

- Favoriser les opportunités de coopération entre Etats ainsi que l’échange de leurs expériences, en particulier la coopération Sud-Sud ;

- Réactiver des comités nationaux «Route de l’esclave» et impliquer le Comité scientifique international du projet, en liaison avec la nouvelle structure de la Commission internationale du Mémorial de Gorée ;

- Concevoir des mécanismes d’implication et de consultation de la société civile ;

- Mobiliser des relais habituels de l’UNESCO, tels que : Ecoles associées, Chaires UNESCO, Clubs, centres et associations, Ambassadeurs de bonne volonté, parlementaires, élus locaux, etc.

- Associer les organisations de la communauté noire américaine ainsi que d’autres institutions ou organisations similaires d’autres continents ;

- Rechercher un partenariat avec l’Union européenne dans le cadre de la procédure intra-ACP.

- Renforcer la coopération avec Haïti dans le cadre de la commémoration de l’Année 2004.

II.2.2. Fonds



Budget régulier :

- Utiliser le projet de «la Route de l’esclave» comme base, en élargissant ses missions dans le domaine de cette commémoration, en lui allouant des fonds supplémentaires destinés à la commémoration de l’Année 2004 ;

Fonds extrabudgétaires :

- Mobiliser des fonds extrabudgétaires à travers une sensibilisation des Etats membres, du secteur privé, des mécénats en Afrique et de la diaspora africaine, ainsi que des organisations multilatérales et régionales (UA, Caricom, OEA, Ligue arabe, etc.) ;



Fonds spécial :

- Création d’un fonds spécial destiné à recevoir des contributions volontaires.

II.3. Prochaines étapes

- Consultation par écrit, avant fin février 2003, des États membres (délégations permanentes et commissions nationales), en vue de recueillir des propositions destinées à l’élaboration du programme de commémoration, à soumettre à la 32ème session de la Conférence générale. Etant donné que le calendrier impose la finalisation du programme avant la fin du mois de juin, les contributions des Etats membres doivent parvenir au Secrétariat avant la fin du mois d’avril 2003.

- Prise en considération des conclusions de la présente consultation par le Directeur général, dans son Rapport oral à la 166ème session du Conseil exécutif ; élaboration d’un document d’information pour la même session du Conseil exécutif ; prise en compte de la commémoration, lors de l’examen du projet de 32 C/5 par cette session du Conseil exécutif, également ;

- Création par l’UNESCO d’un site Web, consacré à l’Année 2004, sur lequel les États membres, les IGO et les ONG pourraient présenter leurs programmes, locaux, nationaux ou internationaux ;

- Sensibilisation à la commémoration, à l’occasion de la tenue des Sommets et Conférences internationales, tels que le Sommet international sur l’Enseignement supérieur, le Sommet sur la Société de l’information, Forum des cultures Barcelona 2004, etc ;

- Célébration du 23 août « Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition », en vue de sensibiliser le public le plus large à la commémoration de 2004 ;

- Amorce, par l’Equipe spéciale, dans les plus brefs délais, d’une stratégie sur les événements consacrés à la commémoration et sur les programmes à long terme à concevoir pour «l’après-2004».


 
Auteur(s) Brainstorming UNESCO, HQ - 20-21 janvier 2003
Source Bureau UNESCO Port-au-Prince
Date de publication 28 Jan 2003
Mots-clés Brainstorming, Année internationale, lutte contre l'esclavage
Mots-clés - géographie Année internationale




Juin 2004
aucune evenement
aucune evenement
aucune evenement
aucune evenement
1
aucune evenement
2
aucune evenement
3
aucune evenement
4
aucune evenement
5
aucune evenement
6
aucune evenement
7
aucune evenement
8
aucune evenement
9
aucune evenement
10
aucune evenement
11
aucune evenement
12
aucune evenement
13
aucune evenement
14
aucune evenement
15
aucune evenement
16
aucune evenement
17
aucune evenement
18
aucune evenement
19
aucune evenement
20
aucune evenement
21
aucune evenement
22
aucune evenement
23
aucune evenement
24
aucune evenement
25
aucune evenement
26
aucune evenement
27
aucune evenement
28
aucune evenement
29
aucune evenement
30
aucune evenement
aucune evenement
aucune evenement
aucune evenement
aucune evenement
aucune evenement
aucune evenement
 
 Sections L'information dans les rubriques est regroupée de façon à vous permettre de la trouver facilement et rapidement. Sélectionnez n'importe quelle catégorie pour en voir les éléments pertinents. 
 
  
 
 Communauté Ces liens vous permettent de contribuer au portail, d'évaluer l'information qu'il contient, de faire le suivi des rubriques qui vous intéressent et de communiquer avec les autres utilisateurs. 


 Outils Une liste d'outils 




UNESCO
United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization
3:01b
UNESCO
Des commentaires? Écrivez à : Éditeur-gestionnaire
Statistiques du portail : 14418 objets de connaissance - 3650 rubriques