Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
"VIH/SIDA, Stigmatisation et discrimination: une approche anthropologique", en débat à l'UNESCO

Paris - La stigmatisation et la discrimination associées au VIH/sida empêchent un grand nombre des 40 millions de personnes dans le monde qui vivent avec le VIH/sida de chercher un traitement et des informations sur la maladie.

Beaucoup ont même peur de faire le test de dépistage du VIH/sida à cause de la honte qui entoure la pandémie.

La stigmatisation et la discrimination sont l'une des causes majeures du succès limité de 20 ans de prévention et de lutte contre le sida. La maladie continue de s'étendre à un rythme exponentiel, notamment en Afrique, en Asie et en Europe de l'Est, tuant 3 millions de personnes par an dans le monde. C'est pourquoi l'ONUSIDA, dans le cadre de sa campagne mondiale annuelle, qui culmine le 1er décembre avec la Journée mondiale du sida, met l'accent cette année sur la stigmatisation et la discrimination. Un thème différent est choisi chaque année pour cette campagne, qui a lieu tous les ans depuis 1997.

Dans le cadre de la campagne, l'UNESCO (membre de l'ONUSIDA) organisera une table ronde sur le thème " VIH/sida, stigmatisation et discrimination : une approche anthropologique ", le vendredi 29 novembre au siège de l'UNESCO, de 15h à 17h30. Claude Reynaut, anthropologue et directeur de recherche au CNRS (le Centre national français de la recherche scientifique) animera le débat, qui réunira plusieurs anthropologues spécialisés dans l'étude de la discrimination liée au VIH/sida dans différentes régions du monde.

Parmi les participants, figurent : Alice Desclaux, de l'Université d'Aix-Marseille (France), qui présentera le rôle de la recherche anthropologique dans la lutte contre le sida, Evelyne Micollier, qui parlera de la discrimination en Chine et à Taiwan, Fatoumata Ouattara qui exposera la situation au Burkina Faso, et Laurent Vidal qui fera le point sur les aspects sociaux, économiques et politiques de la pandémie.

Ce débat devrait nous permettre de mieux comprendre les causes des diverses formes de discrimination qui frappent les personnes atteintes du VIH/sida ainsi que leur entourage, aussi bien dans leur communauté qu'au travail, à l'école ou dans les infrastructures de santé. Il témoigne de la prise de conscience que le sida n'est pas seulement un défi médical mais également une question de droits de l'homme et de droits sociaux. C'est pourquoi l'UNESCO et l'ONUSIDA ont décidé d'adopter une approche culturelle dans le cadre de la prévention et des soins. En d'autres termes, il s'agit de s'appuyer sur les références et les traditions culturelles, religieuses et communautaires des populations pour influer sur leur attitude à l'égard de la maladie.

Le film documentaire Le Faso contre le sida, de Scott Rawdin et Alice Desclaux, sur le sida en Afrique de l'Ouest sera projeté pour introduire le débat.


******


Les journalistes qui souhaitent assister à la table ronde doivent contacter Roni Amelan, Bureau de l'information du public, Section éditoriale : (+33) (0)1 45 68 16 50
r.amelan@unesco.org



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Avis aux médias N°2002-58
Date de publication 25 Nov 2002
© UNESCO 1995-2007 - ID: 7822