Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Le Groupe de haut niveau exhorte les états à faire de l'éducation pur tous une priorité

Abuja - Le Groupe de haut niveau sur l'éducation pour tous, réuni à Abuja ces deux derniers jours, a manifesté son inquiétude devant le fait que 83 pays seulement, au vu des tendances actuelles, ont atteint, ou sont bien placés pour atteindre, les objectifs de l'accès universel à l'enseignement primaire, l'égalité entre les sexes dans l'éducation et la réduction de moitié de leur taux d'analphabétisme.

Dans un communiqué publié à l'issue de la réunion, le Groupe de haut niveau - qui comprend 24 membres dont des ministres, des représentants des bailleurs de fonds, d'agences des Nations Unies et d'organisations non gouvernementales - a également exprimé sa préoccupation face au déclin enregistré au cours des années 1990 par l'aide destinée à l'éducation. Selon le communiqué, malgré de récents engagements de quelques pays, la situation actuelle laisse penser que l'aide internationale destinée à atteindre les objectifs de l'Education pour tous (EPT) fera gravement défaut, bien que les pays aient fait de grands efforts pour améliorer mobilisation de ressources au plan national et efficacité.

Ces constatations figuraient dans le récent Rapport de suivi sur l'éducation pour tous 2002 : le monde est-il sur la bonne voie ?, rédigé par un groupe indépendant, avec l'appui de l'UNESCO. Il a servi de base aux discussions du Groupe de haut niveau sur l'éducation pour tous.

Le communiqué exhorte la communauté internationale à accélérer la marche vers le respect des engagements pris au Forum mondial sur l'éducation (Dakar, Sénégal 2000) et à garantir qu'aucun pays ne sera handicapé par le manque de ressources.

Les pays eux-mêmes ont également besoin de renforcer leurs efforts, déclare le communiqué qui insiste sur l'importance d'une bonne planification, tenant compte du contexte économique des pays et des défis que représentent la pandémie de sida et les conflits. L'action visant à éliminer les inégalités entre les sexes dans le primaire et le secondaire constitue une autre priorité.

Le communiqué a également souligné qu'il était important d'augmenter l'engagement de la société civile en matière de planification, de mise en œuvre, de suivi et d'évaluation des efforts déployés pour l'Education pour tous, ainsi que de développer des compétences professionnelles afin de parvenir à cet objectif.

L'amélioration des données sur l'éducation est un autre grand sujet de préoccupation pour le Groupe de haut niveau. La planification, le financement et le développement de politiques pour l'éducation dépendent en grande part de l'existence de données fiables. Le communiqué pointe le besoin de disposer en temps voulu de données qualitatives et quantitatives plus exactes, plus fines ; il encourage les partenaires de l'Education pour tous à intensifier leur soutien au renforcement des capacités dans ce domaine.

Toutefois, le Groupe de haut niveau a reconnu que des " avancées importantes " avaient été réalisées et il espère pouvoir constater une nette amélioration de la situation lors de sa troisième rencontre, prévue pour l'année prochaine en Inde.

" Cette deuxième réunion a été particulièrement productive, a déclaré le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura. Son travail a été intense et déterminé. J'ai la certitude que nous avons aidé à remettre l'Education pour tous sur les rails ".


Contact: Sue Williams
Bureau de l'information du public, Section éditoriale
Tél.: +33 (0)1 45 68 17 06.
E-mail: s.williams@unesco.org

Le Rapport 2002 Education for all Global Monitoring Report : is the World on Track ? est disponible en format pdf à : www.unesco.org/education



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Communiqué de presse N°2002-92
Date de publication 19 Nov 2002
© UNESCO 1995-2007 - ID: 7761