Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
L'UNESCO lance un programme de surveillance du changement climatique planétaire

Bichkek - Le réseau, unique en son genre, des Réserves de biosphère de l'UNESCO va avoir un nouveau rôle - la surveillance du changement climatique planétaire.

En effet, sur ces 408 réserves de biosphères situées dans 94 pays, 138 se trouvent en zones de montagne, et l'on sait que les montagnes sont extrêmement sensibles au réchauffement mondial. Des fontes de glaciers ont récemment provoqué des coulées de boues mortelles, des écosystèmes rares sont menacés, et le manque de neige handicape des économies qui dépendent du tourisme d'hiver. Les informations concernant ces sites permettront aux scientifiques d'avoir une meilleure photographie du changement climatique planétaire ; elles permettront également de prévenir les catastrophes quand des conditions dangereuses se développent.

En partenariat avec le Mountain Research Initiative (MRI) basé à Berne (Suisse), l'International Human Dimensions Programme on Global Environmental Change (IHDP), et l'International Geosphere-Biosphere Programme (IGBP), l'UNESCO est en train de choisir des sites de réserves de biosphère dans chacune des grandes régions de montagne du monde comme points centraux de son nouveau programme de surveillance du changement climatique planétaire. En plus de son évaluation des impacts sur l'environnement, l'étude analysera la façon dont le changement climatique affecte les conditions socio-économiques des populations qui habitent les montagnes. Le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, annoncera ce projet lors de son discours au Sommet mondial de la montagne, qui s'ouvre le 29 octobre à Bichkek (Kirghizstan), événement culminant de l'Année internationale de la montagne qui s'achève en décembre.

La sensibilité des montagnes au changement climatique planétaire a émergé petit à petit au cours des dernières décennies. Mais elle a pour la première fois attiré l'attention d'un public plus large quand le Professeur Lonnie Thompson de l'Université de l'Ohio a annoncé que le Kilimandjaro (Tanzanie) aurait perdu son fameux sommet enneigé vers 2015 si les prévisions sur le réchauffement mondial se réalisaient. La montagne, expliqua-t-il, a déjà perdu quelque 82 % de son permafrost depuis 1912, dont 33 % de ce total au cours des deux dernières décennies. Et bien que cette eau supplémentaire provenant de la fonte du glacier augmente à court terme la fertilité des basses terres avoisinantes, les ressources en eau deviendraient réellement faibles si ce permafrost venait à disparaître.

Un constat similaire peut être fait partout dans le monde. A la mi-septembre, le glacier Kolka dans le Caucase s'est effondré, enterrant sous des milliers de tonnes de glace et de pierre des villages de la République d'Ossétie du Nord (Fédération de Russie) et tuant plus de 120 personnes. En Amérique, les 37 glaciers du Parc national des glaciers au Montana (Etats-Unis) ont rétréci de façon dramatique au cours des 150 dernières années, notamment le glacier Sperry qui a perdu 11 % de son volume entre 1979 et 1993 et le glacier Grinnell qui a diminué de 63 % entre 1938 et 1993, selon le US Geological Survey (voir le site de l'USGS, http://www.nrmsc.usgs.gv/research/glacier_retreat.htm). L'USGS prévoit que tous ces glaciers auront disparu vers 2030 si les taux actuels de réchauffement se maintiennent.

En Europe, les Alpes ne sont pas épargnées. En juillet, il a fallu pomper d'urgence un lac de 16 hectares formé par la fonte du glacier Belvédère du Monte Rosa (Italie), qui menaçait de briser sa digue de rochers et d'inonder le village de Macugnaga. " De 1850 à 1980, les glaciers alpins ont perdu, en moyenne, la moitié de leur volume ", dit le spécialiste de la montagne Bruno Messerli, de l'Université de Berne (Suisse). " Au cours des 20 années qui vont de 1980 à 2000, un quart de ce qui restait a été également perdu. Il restera un peu des 23 kilomètres du glacier Altesch à la fin du siècle parce qu'il fait 900 mètres d'épaisseur à certains endroits. Mais de nombreuses zones auront disparu ".

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) surveille actuellement les lacs qui se sont formés à la suite de la fonte des glaciers. Dans la seule Himalaya, 44 lacs de glaciers se remplissent si vite qu'ils peuvent faire voler en éclats leurs enceintes dans les 4 ou 5 prochaines années, des phénomènes baptisés " débordements inondants des lacs glaciers " (GLOFS pour Glacial Lake Outburst Floods). Bien que les GLOFS ne soient pas un phénomène nouveau selon le PNUE, il est prouvé qu'ils sont de plus en plus fréquents avec le rétrécissement des glaciers, mettant en danger les villes et villages qui se trouvent en contrebas.

Les glaciers fondent naturellement pendant l'été et le phénomène n'est pas, en lui-même, un signe de réchauffement planétaire. Dans des conditions climatiques stables, la glace perdue pendant la fonte est remplacée par les précipitations hivernales sous forme de neige. Et l'eau qui résulte de la fonte constitue une partie importante de nombreux grands fleuves dans le monde. " Mais, ajoute Mel Reasoner, Directeur de la Mountain Research Initiative, dans beaucoup de zones arides ou semi-arides, les populations sont dépendantes non seulement de la quantité d'eau résultant de la fonte du glacier, mais aussi du moment où l'eau s'écoule. L'eau doit être disponible aux moments où l'irrigation est nécessaire. Les accumulations de neige et les glaciers constituent un stock tampon entre le moment où les précipitations tombent sous forme de neige et celui où elles sont transformées en eau. La saison des fontes est souvent le moment le plus chaud, le plus sec de l'année, fournissant des grands volumes d'eau pour l'irrigation quand ils sont les plus nécessaires ".

Mais sur beaucoup de montagnes de la Terre, il tombe aujourd'hui moins de neige du fait des hivers raccourcis et plus chauds. Combiné avec des températures estivales plus élevées, cela crée une perte nette pour le glacier, même si, à court terme, l'eau supplémentaire issue de la fonte est bienvenue dans les basses terres avoisinantes. " Mais, prévient Mel Reasoner, là où l'agriculture est devenue dépendante de l'eau saisonnière issue de la fonte, si vous retirez le glacier, vous n'avez plus de source d'eau stockée disponible pendant l'été ".

L'idée d'utiliser les réserves de biosphère dans les zones de montagne pour étudier le changement climatique planétaire constituerait une extension du projet Global Observation Research Initiative in Alpine Environnements (GLORIA), un réseau international de recherche qui étudie les effets du changement climatique planétaire sur la végétation alpine en faisant en même temps des observations standardisées dans différents sites (http://www.gloria.ac.at/res/gloria_home). GLORIA a déjà lancé des recherches dans des sites de montagne en Europe et cherche à étendre son travail dans le monde entier. " Avoir accès à des réserves de biosphère dans toutes les grandes zones de montagne du monde constitue une opportunité unique ", déclare Bruno Messerli.

Les écosystèmes de montagne sont parfaitement appropriés à la recherche sur le changement climatique planétaire. " L'écosystème d'altitude qui va de la limite supérieure de la végétation jusqu'au glacier est globalement le même dans toutes les zones climatiques, du pôle Nord à l'Antarctique ", souligne Bruno Messerli. " Un glacier et le permafrost sur le Kilimandjaro sont les mêmes que dans les Alpes ou dans l'Himalaya ".

En même temps, les écosystèmes de montagne se modifient énormément sur une distance très courte, avec de faibles changements d'altitude seulement. Et cela en fait des indicateurs particulièrement utiles. Par exemple, à des altitudes élevées, seules certaines plantes ou espèces animales peuvent survivre pendant de longues périodes de neige ou de glace. Mais avec le réchauffement planétaire, ces zones se réduisent et les plantes adaptées à des habitats moins élevés et plus chauds envahissent les zones plus élevées. Les modifications de frontières de ces écosystèmes fournissent un repère du changement climatique planétaire, qui peut être observé et comparé sur tous les continents en utilisant des mesures climatiques standards, comme les précipitations et la température. D'autres facteurs liés au changement climatique planétaire, comme les radiations, l'érosion des sols, le changement des conditions du sol et les pressions démographiques, sont aussi très visibles dans les régions de montagne.

Les réserves de biosphère de montagne ont un autre avantage pour les comparaisons mondiales. Ce qu'on appelle leur aire centrale est relativement libre de toute activité humaine. En dehors de ces aires centrales, et à des altitudes inférieures, l'agriculture et l'élevage pratiqués par les populations de la montagne peuvent avoir des effets profonds sur l'écologie locale, rendant les effets du changement climatique difficiles à distinguer de ceux issus directement des activités humaines. Le mot allemand " Alp " fait déjà référence aux pâturages de montagne gagnés sur des zones forestières. " Et la structure des réserves de biosphère de montagne en fait des laboratoires naturels idéaux pour étudier les relations entre les terres basses et les terres hautes ", explique Mel Reasoner.

Les populations des montagnes sont particulièrement vulnérables aux catastrophes naturelles, comme les éruptions volcaniques, les avalanches, les inondations et tremblements de terre, même sans y ajouter le risque des GLOFS. Les montagnes sont des environnements naturels hautement énergétiques car elles sont formées par la collision de plaques de la croûte terrestre qui, au moins pour les jeunes chaînes comme les Alpes, les Andes et l'Himalaya, sont encore en mouvement. Le réchauffement planétaire, couplé avec des changements dans l'usage des sols, comme la déforestation ou la multiplication des terrasses, augmente les risques. Les pluies tombées au Népal en juillet de cette année - les plus importantes sur 30 ans - y ont provoqué des inondations et des glissements de terrain, tuant 187 personnes et coupant la Vallée de Katmandou du reste du pays.

La sensibilité des montagnes au réchauffement planétaire a aussi un effet sur les économies locales qui dépendent du tourisme. " En dessous de 1500 m, les stations de ski dans les Alpes ne peuvent continuer à exister ", dit Bruno Messerli. " Les remonte-pentes ferment. Les grandes banques n'accordent plus de prêts pour de nouvelles constructions liées au ski ". Mel Reasoner le confirme. " De nombreuses stations de ski de faible altitude n'ont pas ouvert cette année et beaucoup ont eu une baisse de revenu significative. Si la ligne d'enneigement s'élève de 1000 mètres pendant les 100 prochaines années, les sports d'hiver vont être très différents de ce qu'ils sont aujourd'hui. Déjà, on envisage d'étendre les zones skiables vers des zones plus élevées et encore non utilisées dans les Alpes, ce qui soulève une résistance très dure des groupes environnementaux. Et cela crée des conflits d'intérêt entre des gens qui devraient travailler ensemble ". Les stations de ski d'Amérique du Nord disent rencontrer les mêmes problèmes (voir www.socc.uwaterloo.ca/snow/snow_synopsis_e.cfm). Selon le World Resources Institute, un manque de neige pourrait aussi menacer l'avenir des Jeux olympiques d'hiver. Mais cela peut aussi signifier que les Jeux devront se déplacer dans des endroits situés plus au Nord, comme la Norvège, où le réchauffement a augmenté les précipitations pendant l'hiver et où les glaciers croissent - même si les hivers raccourcissent.

****

voir aussi :
http://www.unesco.org/mab/IYM.htm
http://www.mri.unibe.ch/Pages/contents.html
http://www.fao.org/GTOS/
http://www.igbp.kva.se/cgi-bin/php/frameset.php
http://www.globalmountainsummit.org/home_page.html

Contact: Peter Coles
Bureau de l'information du public de l'UNESCO, Rédaction
Tél.: (+33) (0)6 14 69 54 98


Notes pour les rédactions

  • Environ 500 millions de personnes (un dixième de la population de la Terre) vivent sur des hauts plateaux et des montagnes.
  • Les zones de montagne alimentent en eau plus de la moitié de la population mondiale.
  • Tous les grands fleuves terrestres commencent dans une zone de montagne, sous forme de précipitations (pluie ou neige) stockées pendant un moment en glace, puis relâchées au printemps et pendant les périodes estivales de fonte.
  • Dans les zones arides et semi-arides, les montagnes fournissent 70 à 95 % des eaux de surface.
  • Dans les zones de fortes pluies, le chiffre est de 30 à 60 %.
  • Les torrents de montagne aliment de nombreuses usines hydroélectriques.
  • L'exploitation minière pollue l'eau des montagnes.
  • Les montagnes sont des écosystèmes fragiles. Leurs sols sont fins, et donc instables, ce qui limite la croissance des plantes et les rend plus vulnérables aux atteintes de l'homme. Il leur faut longtemps pour se remettre après des dégâts. Les montagnes ont aussi une longue histoire d'exploitation économique et de négligence politique.
  • Dans les zones de montagne des pays en développement, les réseaux de transport peuvent être faibles, les accès aux marchés peuvent être restreints tandis que la croissance démographique est forte, et l'emploi limité.
  • Les populations des montagnes au Népal, en Ethiopie et au Pérou, sont parmi les plus pauvres du monde (FAO 1995).
  • Les montagnes sont des réserves de variétés utiles pour l'agriculture et une grande diversité génétique y subsiste.
  • Le Centre international de la pomme de terre de Lima possède la plus grande banque d'espèces de pommes de terre, avec 5 000 types différents.
  • Sous les tropiques, les forêts de montagne ont le taux le plus rapide de perte de diversité - environ 1,1 % par an.
  • Les montagnes de l'Asie du Centre abritent plus de 5 500 espèces de plantes à fleurs.
  • Dix pour cent de toutes les espèces d'oiseaux se trouvent uniquement ou principalement dans les forêts d'altitude des montagnes.
  • Une protection est assurée à 138 réserves de biosphère, 150 parcs et réserves au dessus de 1 500 m et 39 sites du patrimoine mondial.
  • Quelque 90 % des forêts de haute montagne ont disparu dans les Andes du Nord - conséquence des pâtures, de la production alimentaire, des exploitations forestière et minière, de la construction de routes, des feux.
  • Le Mont Kinabalu est considéré comme abritant l'une des plus grandes diversités de plantes du monde.
  • Le tourisme de montagne représente entre 15 et 20 % du tourisme mondial.
  • Il y a 65 à 70 millions de skieurs alpins dans le monde (1999).
  • En Suisse, la ligne des arbres est aujourd'hui 200 à 300 mètres plus bas que sa limite naturelle.
  • Il s'est produit 29 glissements de terrain/avalanches en 2000, tuant 1 099 personnes.
  • Les avalanches et les glissements de terrain ont causé plus de 1,2 milliard de dégâts en Amérique entre 1991 et 2000 et 366 millions de dollars en Asie.


    Les 10 villes les plus hautes du monde
    Ville/pays Mètres Pieds

    Wenchuan, Chine 5 099 16 730
    Potosi, Bolivie 3 976 13 045
    Oruro, Bolivie 3 702 12 146
    Lhassa, Tibet (Chine) 3 684 12 087
    La Paz, Bolivie 3 632 11 916
    Cuzco, Pérou 3 399 11 152
    Huancayo, Pérou 3 249 10 660
    Sucre,Bolivie 2 835 9 301
    Tunja, Colombie 2 820 9 252
    Quito, Equateur 2 819 9 249
    Source : The Top 10 of Everything

    9 des 10 plus hautes montagnes du monde sont situées dans l'Himalaya

    Sommet montagneux Chaîne Situation Pieds Mètres
    Everest Himalaya Népal/Tibet(Chine) 29 035 8 850
    K2 Karakoram Pakistan/Chine 28 250 8 611
    Kanchenjunga Himalaya Inde/Népal 28 169 8 586
    Lhotse I Himalaya Népal/ Tibet (Chine) 27 940 8 516
    Makalu I Himalaya Népal/ Tibet (Chine) 27 766 8 463
    Cho Oyu Himalaya Népal/Tibet (Chine) 26 906 8 201
    Dhaulagiri Himalaya Népal 26 795 8 167
    Manaslu I Himalaya Népal 26 781 8 163
    Nanga Parbat Himalaya Pakistan 26 660 8 125
    Annapurna Himalaya Népal 26,545 8,091
    Source : National Geographic Society


  •  
    Auteur(s) UNESCOPRESSE
    Source Communiqué de presse N°2002-83
    Date de publication 27 Oct 2002
    © UNESCO 1995-2007 - ID: 7235