Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
L'UNESCO salue la Déclaration de Kaboul sur les médias indépendants en Afghanistan

Paris - Une recommandation visant à consacrer les principes de liberté d'expression et d'indépendance des médias dans la nouvelle Constitution afghane a été très favorablement accueillie par l'UNESCO.


Cette recommandation est contenue dans une Déclaration adoptée jeudi soir à Kaboul par quelque 120 participants, à l'issue du Séminaire international sur la promotion des médias indépendants et pluralistes en Afghanistan. Ce séminaire de trois jours était organisé par le ministère de l'Information et de la Culture et l'UNESCO, avec l'aide de la British Broadcasting Corporation (BBC) et des ONG Internews et Baltic Media Centre.

Le Sous-Directeur général pour la communication et l'information de l'UNESCO, Abdul Waheed Khan, a déclaré aujourd'hui à Paris : " L'UNESCO est prête à fournir son expertise ou tout autre contribution afin d'aider les autorités afghanes à garantir la liberté de la presse, à permettre le développement de médias pluralistes et indépendants et à transformer l'audiovisuel public et l'agence de presse nationale en entités indépendantes au plan éditorial ".

Les articles 1 et 6 de la Déclaration, sur les questions juridiques, recommandent " que le droit fondamental à la liberté d'expression et à la liberté de la presse soit reconnu par la constitution " et qu'une révision du dispositif légal concernant les médias soit entreprise sans attendre, de manière à " promouvoir la liberté d'expression, protéger les droits des journalistes et garantir leur droit d'exercer leur métier en toute sécurité, y compris s'ils publient des articles ou des opinions critiques ".

La Déclaration demande que " soient immédiatement suspendu le régime des demandes d'autorisation de paraître prescrit par la loi sur les médias " pour que " n'importe qui puisse publier un journal ou un périodique ". Elle souhaite aussi que soient promulguées des " lois sur la transparence " qui permettraient aux citoyens et aux journalistes d'avoir largement accès aux informations gouvernementales.

Les articles 7 et 8 sur l'audiovisuel, appellent, entres autres, à la transformation de la Radio-Télévision afghane en service public audiovisuel qui disposerait d'un directoire indépendant, et souhaitent qu'un échéancier des réformes soit mis en place avant la fin 2002. Le texte propose également la création immédiate " d'une Autorité indépendante sur l'audiovisuel ", chargée de gérer les autorisations d'émettre de façon équitable et respectueuse du pluralisme, sans être soumise à des pressions économiques ou politiques ". Il appelle la communauté internationale à participer au financement de la construction d'infrastructures modernes de transmission afin de remplacer les équipements détruits durant les 23 ans de guerre.

Les articles 9 et 13 sur l'indépendance des médias recommandent, notamment, " que la communauté internationale continue à fournir une assistance financière et technique au développement des médias indépendants et pluralistes. Dans le même temps, il serait souhaitable que les médias s'efforcent d'assurer leur autonomie financière ".

La Déclaration poursuit en recommandant que les journalistes créent des associations de défense de la liberté de la presse, et qu'ils élaborent des " codes de déontologie et de conduite basés sur le principe de l'autorégulation pour promouvoir et assurer le professionnalisme et l'intégrité de la profession ".

La Déclaration demande que " l'on commence à prendre des mesures pour faire de la Bakhtar Information Agency un service public indépendant du gouvernement, capable de concurrencer les agences de presse indépendantes et privées ".

Les articles 13 et 14, sur la mise en œuvre et le suivi des recommandations, demandent que " ces projets soient intégrés à la politique nationale, qu'une part suffisante du budget annuel de l'Etat leur soit allouée ainsi qu'un soutien des bailleurs de fonds internationaux ". Selon le texte, " un comité de journalistes et d'autres défenseurs de la liberté de la presse " devrait être formé pour travailler avec le ministère de l'Information et de la Culture afin de transformer le contenu de la Déclaration en réalité.



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Communiqué de presse N°2002-59
Site Web 1 (URL) Texte intégral de la Déclaration
Date de publication 05 Sep 2002
© UNESCO 1995-2007 - ID: 5931