Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
LE DEVELOPPEMENT DURABLE, ÇA S'APPREND

Paris/Johannesburg - Pour que le monde se développe de manière durable, il faut avant tout éduquer les populations du monde entier à une nouvelle manière d'agir et de penser.

Eduquer non seulement à l'école, mais aussi en dehors de celle-ci, tout le long de la vie. Car " le développement durable a besoin de citoyens informés, organisés et actifs comme de décideurs capables de faire les bons choix face aux situations complexes que les sociétés doivent de plus en plus affronter ", comme le souligne Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO.

C'est cette vision de l'éducation et son importance cruciale dans le processus de développement durable que l'UNESCO met en avant au Sommet de Johannesburg. Un événement spécial sur le thème " Eduquer pour un avenir durable : actions, engagements et partenariats " sera organisé par le ministère sud-africain de l'éducation, en collaboration avec l'UNESCO et le Comité de liaison UNESCO/ONG. Ce colloque sera ouvert le 2 septembre à 14h et se poursuivra le 3 septembre toute la journée, à Summer Place, Zone 1. Il sera l'occasion de lancer divers projets de partenariat de l'UNESCO avec d'autres acteurs publics, privés et intergouvernementaux. La proposition (par le Japon) de lancer en 2005 une décennie de " l'Education pour un développement durable " à l'Assemblée générale des Nations Unies sera aussi examinée.

Tous les acteurs de la société susceptibles d'agir en faveur du développement durable participeront à ce colloque : des représentants de la société civile, des entreprises privées, des agences des Nations Unies, des représentants de ministères (santé, énergie, eau, agriculture, éducation, coopération, communication…) ainsi que les chefs d'Etats de plusieurs pays d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie.

Lors de ce colloque, l'UNESCO lancera le CD-Rom " Enseigner et apprendre pour un avenir durable ", un programme de formation pour les enseignants accessible sur le site web de l'UNESCO : http://www.unesco.org/education/tlsf/. Ce CD-Rom permet, gratuitement, à distance et de manière complètement autonome, d'avoir accès à 100 heures d'apprentissage divisées en 25 modules, sous toutes les formes (documents pédagogiques, jeux, journaux, discussions…). Préparé pendant deux ans par une équipe de l'UNESCO, évalué et amélioré par 300 professionnels de l'éducation du monde entier, il permet à tout utilisateur de l'adapter à ses besoins spécifiques. C'est un modèle d'utilisation du multimédias pour la formation des enseignants. L'UNESCO a préparé ce CD-Rom en anglais, mais encourage et apporte son aide technique à toutes les traductions et adaptations possibles. Onze pays membres de la Communauté pour le développement de l'Afrique australe se sont servis de ce CD-Rom pour réaliser leur propre version du contenu, adapté aux réalités de leur région.

Ce colloque mettra l'accent sur le besoin de partenariat entre tous les acteurs pour parvenir à l'objectif d'une éducation pour un développement durable. Selon Vinayagum Chinapah, " une attitude positive, responsable, prévaut aujourd'hui, ce qui n'était pas le cas il y a dix ans, lors du Sommet de la Terre à Rio : ni l'Agenda 21 établi lors de ce Sommet, ni les promesses signées par les participants n'ont été tenues. A Johannesburg, les différents acteurs vont devoir s'engager par des accords de partenariat. Chaque plan d'action devra être fermement suivi d'effet, puisqu'il définira l'objectif, le budget, mais aussi les moyens mis en œuvre et les évaluations. "

A titre d'exemple, l'UNESCO présente trois projets de partenariat : le premier est un programme d'éducation pour les populations rurales, qui sera géré conjointement par l'UNESCO et la FAO. En effet, " l'une des raisons de la pauvreté qui sévit dans les régions rurales, est liée à l'absence ou aux difficultés d'accès à l'éducation, mais aussi à une totale inadaptation de celle-ci aux réalités rurales ", explique Vinayagum Chinapah. C'est pourquoi l'UNESCO et la FAO s'attachent à repenser l'éducation dans les zones rurales, en la " réorientant vers les potentiels de production (pêche, élevage, gestion de productions agroalimentaires, vente de produits cultivés…), afin que les populations puissent acquérir et valoriser des connaissances qui pourront leur servir à améliorer leurs conditions de vie ".

Le deuxième partenariat lie l'UNESCO à la multinationale J. Walter Thompson (JWT). L'idée est que si l'on accepte le fait que l'éducation est un processus qui se déroule à l'école mais aussi partout ailleurs, il faut trouver un moyen de sensibiliser les adultes. C'est la raison pour laquelle " le concours d'un professionnel du message publicitaire peut être un excellent moyen de faire passer le message de l'urgence d'un développement durable ", selon Vinayagum Chinapah.

L'UNESCO s'est par ailleurs associée aux trois plus importants regroupements universitaires dans le monde : l'Association internationale des universités qui regroupe plus de 2000 universités dans le monde, le Comité de recteurs des Universités d'Europe et un groupe d'universités d'Amérique du Nord appelé University Leaders for a Sustainable Future. Ces trois groupements universitaires s'engagent à réorienter les cours universitaires pour valoriser le besoin urgent d'un développement durable.


Contacts: Amy Otchet
Bureau de l'information du public/UNESCO
E-mail: a.otchet@unesco.org
Portable à Johannesburg: (27) (0)828 580 718
Tél. à Paris: + 33 (0) 01 45 68 17 04

Isabelle Le Fournis
Portable: + 33 (0) 6 14 69 53 72
E-mail: i.le-fournis@unesco.org



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Avis aux médias N°2002-30
Site Web 1 (URL) Website: rapport de l'UNESCO " Education for Sustainability - From Rio to Johannesburg: Lessons learnt from a decade of commitment "
Date de publication 26 Aug 2002
© UNESCO 1995-2007 - ID: 5641