Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
L'UNESCO publie la plus grande encyclopédie du monde sur le développement durable

Paris/Johannesburg - L'UNESCO lancera le 3 septembre 2002 à Johannesburg l'encyclopédie la plus grande et la plus complète jamais publiée sur le développement durable.

Comprenant des contributions de plus de 5 000 scientifiques, cette publication sur Internet, avec ses mises à jour régulières, sera disponible gratuitement pour les universités des pays les moins avancés de façon à mettre à leur disposition les connaissances de base nécessaires au développement durable sous ses aspects les plus divers, depuis les questions écologiques jusqu'à la sécurité humaine.

Disponible sur le Web, l'Encyclopedia of Life Support Systems (EOLSS) est l'aboutissement d'un effort international sans précédent et d'une décennie de préparation. Jamais aucune encyclopédie n'avait, auparavant, dépassé les limites des sciences de l'environnement pour couvrir le développement durable sous tous ses aspects. Cette publication est la seule à examiner, depuis leurs origines, toutes les menaces qui pèsent sur les systèmes nécessaires à la vie sur Terre : le climat et les océans, les forêts, le cycle de l'eau ou l'atmosphère.

Au-delà de ces analyses, les contributions offrent des explications détaillées sur les techniques nécessaires pour appliquer les sciences fondamentales, telles que, par exemple, des modèles mathématiques pour évaluer la pollution de l'environnement ou prédire les types de consommation alimentaire. Parce que les solutions techniques ne sauraient suffire à résoudre la crise écologique en cours, l'encyclopédie traite aussi d'un ensemble de questions sociales - depuis la législation internationale sur les droits humains ou l'éradication de la pauvreté, jusqu'à la psychologie religieuse.

Plus de 5 000 experts reconnus ont participé à cette publication de pointe dans des domaines aussi divers que les sciences naturelles (chimie et biologie, par exemple), les sciences sociales et les sciences humaines (telles que l'histoire, l'économie, le droit et la psychologie) et l'ingénierie. L'encyclopédie aborde aussi les sujets interdisciplinaires, comme les sciences de la Terre et de l'atmosphère ou l'économie de l'environnement et se penche sur les méthodes les plus efficaces pour la gestion des ressources naturelles, comme les énergies non renouvelables, la biodiversité et l'agriculture.

Cette démarche est cruciale pour la gestion de la vie sur Terre. La crise mondiale de l'eau, par exemple, ne saurait être surmontée en faisant appel à une seule discipline. Les ingénieurs civils les plus expérimentés dans le domaine de la construction des barrages ou du relevé des réseaux hydrologiques ne sont pas nécessairement des spécialistes du captage des nappes phréatiques, technique aux possibilités considérables, pour peu que les mesures de précaution indispensables soient respectées. L'encyclopédie fournit non seulement l'information technique sur le sujet, mais aussi des analyses critiques concernant la gestion économique et politique de cette ressource.

" L'Encyclopedia of Life Support Systems (EOLSS) n'a pas d'équivalent parmi les encyclopédies traditionnelles. Elle est le fruit d'un effort sans précédent, à l'échelle mondiale, pour établir des passerelles entre disciplines, de façon à affronter les problèmes contemporains, a déclaré Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO. Ressource de connaissances qui associe nos préoccupations en faveur de la paix, du progrès et du développement durable, l'encyclopédie est fondée sur l'éthique scientifique et la culture de paix. En même temps, c'est une publication tournée vers l'avenir, conçue comme un guide mondial pour les activités professionnelles, l'éducation et une prise de conscience par la société des questions cruciales liées au maintien de la vie sur Terre. En particulier, l'encyclopédie prend en compte les points de vue des régions et des cultures à travers le monde et s'efforce d'échapper à tout préjugé géographique, racial, culturel, politique, sexuel, générationnel ou religieux. "

L'encyclopédie est conçue de façon à servir de guide et d'ouvrage de référence pour une grande variété de lecteurs : depuis les spécialistes en sciences naturelles et sociales, jusqu'aux ingénieurs, économistes, enseignants, étudiants et professeurs d'université, spécialistes de la conservation, entrepreneurs, législateurs et décideurs politiques. Au-delà des informations et des données brutes qu'elle peut fournir, elle a aussi vocation à servir de conseiller expert. Chaque chapitre est structuré par niveau de spécialisation, de façon à satisfaire un lectorat hétérogène. Des synthèses sur l'énergie nucléaire, par exemple, pourront convenir au lecteur qui recherche une information de base, alors qu'un étudiant s'intéressera aux explications sur les principes scientifiques et les responsables politiques aux perspectives pour l'avenir et aux recommandations qui en découlent.

" Nos espoirs, en ce qui concerne la paix et la sécurité dans le monde, reposent sur une coopération internationale renforcée, destinée à protéger le réseau des systèmes qui soutiennent la vie, systèmes que nous détruisons chaque jour un peu plus, d'une façon si absurde. Nous partageons une seule planète. Pour nous, comme pour les générations futures, il n'existe aucun autre lieu habitable, souligne M. K. Tolba, ancien Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement et éditeur d'une version imprimée de l'encyclopédie, en deux volumes. Nous espérons que l'encyclopédie pourra fournir l'impulsion nécessaire et les ressources de connaissance pour permettre à l'humanité de s'engager dans la bonne direction et d'avancer vers un développement durable. "

Le projet est le fruit de la collaboration entre l'UNESCO et Eolss Publishers dont le siège est à Oxford (Royaume-Uni) et qui a fourni le financement. Des équipes d'experts mettront régulièrement à jour les diverses entrées sur Internet, faisant ainsi de l'encyclopédie " une librairie vivante et un site consacré à l'action, bien plus qu'une simple publication ", selon Mustafa El Tayeb, secrétaire du comité conjoint UNESCO-EOLSS.

L'encyclopédie comprend déjà quelque 25 millions de mots, soit l'équivalent de 50 000 pages imprimées et 7 000 tableaux, graphiques, encadrés et photographies. Au cours des deux prochaines années, elle atteindra sa taille finale, soit environ 70 millions de mots (l'équivalent de 150 volumes), à la faveur de nouvelles éditions et de mises à jour trimestrielles.

" La plupart des projets des Nations Unies d'une envergure comparable commencent par une consultation des représentants gouvernementaux. Dans le cas présent, nous sommes entrés en contact direct avec les communautés scientifiques concernées ", explique Andras Szollosi-Nagy, membre du comité conjoint et Directeur du Programme hydrologique international de l'UNESCO. En 1996, des milliers de scientifiques, d'ingénieurs et de décideurs politiques ont commencé à se rencontrer pour définir l'étendue du projet, avant de discuter le détail des contributions.

Des ateliers régionaux ont été tenus à Washington DC, Tokyo, Moscou, Mexico, Beijing, Panama, Abou Sultan et Kuala Lumpur pour mettre au point des listes de sujets possibles et débattre des approches analytiques pour les traiter. " Dès le départ, il nous fallait être absolument certains qu'aucune école de pensée ne dominerait le fondement conceptuel de l'encyclopédie , ajoute Andras Szollosi-Nagy. Ce processus démocratique a guidé le développement de l'encyclopédie dans chacune de ses étapes. Avec des milliers d'auteurs, originaires de plus de 100 pays, les éditeurs ont mis au point un mécanisme d'autorégulation qui garantit que les sujets abordés ne sont pas dominés par une vision occidentale. "

L'encyclopédie est accessible, par abonnement, sur le site web http://www.eolss.net. Les tarifs dépendent de l'identité de l'abonné. Les universités des pays les moins développés, selon les critères des Nations Unies, bénéficieront d'un accès libre pendant une année, renouvelable, en fonction des rapports annuels qu'elles remettront, rendant compte d'activités de recherche ou d'enseignement. Ces universités peuvent signer un formulaire d'accord, téléchargeable sur le site et qui devra recevoir l'aval de l'UNESCO. De la même manière, les personnes défavorisées, parrainées par des organisations caritatives, bénéficieront, elles aussi, d'un accès gratuit pendant une année.

Les universités et les bibliothèques publiques peuvent s'abonner pour une durée de deux ans au tarif de 3 000 dollars, la durée et le prix sont équivalents pour les abonnements individuels et légèrement plus élevés pour les gouvernements et les entreprises, mais ils restent cependant inférieurs à ceux des publications commerciales.

L'encyclopédie couvre environ 200 thèmes. Chacun d'entre eux est placé sous la responsabilité d'un expert reconnu dans le domaine à l'échelle internationale. Au cours de l'élaboration, il/elle a eu toute latitude pour modifier le sujet du thème et choisir les auteurs appropriés pour chaque contribution. Chaque thème fait l'objet d'un chapitre de synthèse de 30 pages environ, qui s'adresse à un lectorat non spécialisé. Suivent 5 à 8 chapitres, d'une vingtaine de pages chacun, destinés aux étudiants d'université qui suivent des études spécialisées matière. Chacun de ces sujets fait, à son tour, l'objet d'une série de 5 à 8 articles, rendant compte des dernières avancées et des résultats dans le domaine considéré, ainsi que d'indices pour les futures tendances.


Autre publication disponible au Sommet de Johannesburg :
Knowledge for Sustainable Development - An Insight into the Encyclopedia of Life Support
Systems est publié par l'UNESCO et Eolss Publishers, en trois volumes. Cette publication de 3 300 pages environ présente les principales perspectives pour les thèmes développés dans l'encyclopédie, à destination d'un large public. Rédigée par quelque 150 experts internationaux, elle couvre un large éventail de sujets, cruciaux pour la préservation des conditions de la vie sur Terre.

L'encyclopédie sera officiellement lancée le 3 septembre 2002 au Village Ubuntu, salle Dwarf Natal Plum, à 11h. Une démonstration permanente de l'encyclopédie électronique sera organisée sur le stand de EOLSS, près de l'exposition de l'UNESCO, au Village Ubuntu.


Contact: Amy Otchet
Bureau de l'information du public/UNESCO
E-mail: a.otchet@unesco.org
Portable à Johannesburg: (27) (0)828 580 718
Tél. à Paris : + 33 (0) 01 45 68 17 04

Isabelle Le Fournis
Portable: + 33 (0) 6 14 69 53 72
E-mail: i.le-fournis@unesco.org



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Communiqué de presse N°2002-54
Site Web 1 (URL) Website: EOLSS
Date de publication 28 Aug 2002
© UNESCO 1995-2007 - ID: 5636