Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Mais où sont passées les plages d'Antan ?

28-07-2002 10:00 pm Paris - Parmi les 27 millions de touristes en vacances en Afrique cet été, ceux qui voudront se détendre au bord de la mer éprouveront peut-être des difficultés à trouver la plage. La côte recule en effet de 1 à 2 mètres par an à certains endroits de Côte-d'Ivoire, de Gambie et d'autres pays africains. Le front de mer de Grand-Bassam, la capitale coloniale de la Côte-d'Ivoire, risque ainsi de disparaître dans l'eau. Des portions entières de la côte nigériane disparaissent aussi au rythme impressionnant de 20 à 30 mètres par an.

La dégradation côtière est un problème que l'on retrouve dans le monde entier, mais 11 pays africains (Afrique du Sud, Côte-d'Ivoire, Gambie, Ghana, Kenya, Maurice, Mozambique, Nigeria, Sénégal, Seychelles et Tanzanie) se sont rassemblés pour faire quelque chose à ce sujet.

Onze rapports nationaux très alarmants viennent juste d'être publiés et font partie de la contribution de l'Afrique au Sommet mondial sur le développement durable, qui démarre à Johannesburg le 26 août. Ces rapports constituent l'aboutissement de la phase de collecte de données d'un projet, mis en œuvre par l'UNESCO et le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), projet qui avait germé en 1998 à Maputo (Mozambique), quand les ministres de l'environnement de plus de 40 pays africains s'étaient réunis pour discuter du problème de la détérioration côtière.

Les ministres des 11 pays qui ont relevé le défi vont maintenant utiliser la réunion de Johannesburg pour attirer de nouveaux soutiens en vue de la phase suivante et ils vont inviter d'autres pays africains à les rejoindre. Le projet vient d'être également placé sous l'aile du NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique), l'initiative mise au point par les dirigeants africains et reprise par le G8 pendant sa réunion de juin dernier au Canada.

Les 63 124 km de côtes que compte l'Afrique sont cruciaux pour les économies de nombreux de ses pays, notamment à travers la pêche et le tourisme. Et certains Etats insulaires, comme Seychelles et Maurice dans l'Océan indien, sont presque intégralement dépendants des revenus de leurs ressources côtières. Pour une surface totale de 455 km2, les Seychelles ont 491 km de côtes, et leur population, dans son intégralité, vit sur la côte. Un essor touristique a apporté une croissance rapide à l'économie. Le nombre de touristes est passé de 54 490 en 1971 à 130 046 en 2000, et le PNB par tête est passé quant à lui de 3 600 dollars US en 1975 à 7 192 dollars US en 1998. La nouvelle prospérité a cependant pesé lourdement sur les systèmes côtiers qui étaient à son origine.

Les Seychelles sont un archipel de 72 îles coralliennes de faible altitude et de 43 îles granitiques montagneuses. Mais 90 % des 80 410 Seychellois habitent sur une seule de ces îles, Mahé. A cause du centre rocailleux et impropre au développement de cette île, la zone côtière, pourtant réduite, attire la plupart des infrastructures, habitations, hôtels et nouvelles routes. Cela a souvent des effets négatifs sur l'écologie côtière. " Le tourisme, souligne le rapport des Seychelles, est la cause première de l'érosion côtière, principalement provoquée par les efforts d'améliorations esthétiques des plages et des zones de baignade ainsi que par la construction d'infrastructures maritimes telles que des marinas et des quais ". Et, bien que le gouvernement ait pris un large éventail de lois pour protéger l'environnement, explique le rapport, " les faire respecter est souvent un problème difficile ".

Le rapport sur la Gambie contient des informations similaires. " Les plages de la plupart des hôtels ont été emportées par la mer ", et pour celles qui sont encore là, plus de 300 000 dollars US ont été investis en mesures de protection. L'érosion côtière, selon le rapport, est " l'un des problèmes environnementaux les plus destructeurs " que rencontre le pays. Quelque 45 % de la population et 60 % des emplois se trouvent dans la zone côtière, sans parler de la nature et des espèces rares, telles les tortues vertes dont les lieux de nidification se trouvent justement sur les plages.

L'érosion côtière fait partie d'un processus naturel. Les plages de sable changent naturellement. Quand les vagues attaquent la plage sous un certain angle, elles emportent les grains de sable d'un endroit à un autre, provoquant la " migration " de la plage. Dans des conditions normales, le silt des rivières reconstitue la plage. Mais toute construction - quais, marinas, remblais et immeubles - implantée sur le front de mer interfère dans ce processus. Dans le cas de la Barrier Lagoon du Nigeria, les môles (murs du port artificiel) empêchent les sédiments de reconstituer les plages. Le rythme actuel de l'érosion de la plage Victoria, située sur cette lagune à l'entrée du port de Lagos, est ainsi de 20 à 30 mètres par an. Pendant ce temps, le silt se dépose en dehors du port.

Ces causes dues à l'homme, renforcées par les barrages en amont - fleuve Niger - et l'exploitation sablière, ajoutent à la vulnérabilité de la côte de Lagos, qui subit les assauts de marées et de vagues violentes. Si - comme cela a été prédit par l'International Panel on Climate Change (IPCC) - le niveau de la mer augmente d'ici la fin du siècle de 50 cm à 1 m à cause du réchauffement planétaire, la zone lagunaire de l'Etat de Lagos perdrait à elle seule entre 284 et 584 kilomètres carrés de côtes par érosion et inondation. Cela provoquerait une perte de l'ordre de 12 milliards de dollars en revenus provenant du tourisme, du commerce et des dépenses des résidents d'un seul district. Des installations qui ont été réalisées au niveau de la mer sont déjà régulièrement inondées quand les tempêtes coïncident avec les grandes marées de printemps.

De plus, l'extension permanente et incontrôlée des mégapoles côtières africaines signifie aussi que des eaux usées non traitées se déversent souvent dans la mer. Lagos n'a pas de système central d'épuration des égouts, en conséquence le contenu des fosses septiques est transporté en camion jusqu'à la côte et vidé directement dans la mer. Selon les rapports, cela se passe souvent de façon similaire dans d'autres villes africaines.

Bien sûr le développement de la construction, des remblais et de la pollution ne sont pas les seules causes de la dégradation des côtes. Dans de nombreux endroits, les récifs coralliens et les mangroves, qui fournissent une protection naturelle aux côtes, sont endommagés ou détruits. D'où une exposition plus grande des plages aux vagues et au vent. Aux Seychelles, îles plutôt bien protégées, la menace principale pour le corail réside dans le blanchissement, résultat de l'élévation de la température de la mer due au réchauffement planétaire. Un seul degré supplémentaire de température peut tuer les microscopiques organismes colorés qui vivent en symbiose avec les polypes qui bâtissent le corail. Et leur mort finit par provoquer celle de leur hôte corallien qui dépend d'eux pour les substances nutritives synthétisées par la lumière du soleil. Dans les îles granitiques des Seychelles, selon le rapport de ce pays, une étude de 1997-1998 a mis en évidence qu'il n'y avait plus que 10 % de corail vivant dans certaines zones.

En Tanzanie, dans l'Océan indien, le corail est également menacé, mais surtout par les activités humaines. Les récifs coralliens abritent des centaines d'espèces de poissons, qui constituent traditionnellement la source principale de protéines des habitants des villages locaux. De multiples raisons ont poussé les villageois à pêcher au-delà des besoins de leur propre subsistance et à utiliser des techniques destructrices comme la dynamite et le poison. Pendant une période de deux mois en 1996, indique le rapport tanzanien, on a enregistré 441 dynamitages dans une seule baie, pendant que " dans l'archipel de Songo Songo, 30 explosions étaient entendues toutes les trois heures et, dans le récif de Mpovi, 100 explosions étaient enregistrées au cours d'une période de six heures ". Et continue le rapport, " en plus de pulvériser la structure du récif, chaque dynamitage tue aussi tout le poisson, le plancton et la plupart des invertébrés à 15-20 mètres à la ronde ". Le chalutage incontrôlé des fonds effectué par des navires de pêche étrangers détruit également le récif, récurant complètement le fond de la mer. Et des pays relativement pauvres comme la Tanzanie ne peuvent assurer la police de leurs ressources offshore.

Le projet actuel, intitulé " Processus africain de développement et de protection de l'environnement marin et côtier de l'Afrique subsaharienne ", fait partie d'une série d'initiatives de gestion des côtes dans les pays africains, qui ont commencé en 1998 à la Conférence sur la Gestion intégrée des zones côtières dans une perspective durable (PACSICOM). Ce projet, mis en œuvre avec le soutien des agences des Nations Unies, étant essentiellement africain, tous les rapports nationaux ont été mis au point et écrits par des experts africains issus de ministères, d'ONG et d'universités. Chaque équipe recherchant des données réunissait une expertise dans trois disciplines principales - sciences naturelles, droit et socio-économie - afin de représenter les différentes parties prenantes impliquées dans la gestion des côtes.

Aucun des rapports n'envisage une solution rapide de ces problèmes côtiers. Et, comme le dit Patricio Bernal, Secrétaire exécutif de la Commission océanographique intergouvernementale (COI), le projet reconnaît la complexité des enjeux. " La volonté pressante d'attirer des investissements pour réaliser des infrastructures touristiques côtières qui apportent de nouveaux emplois et des revenus si nécessaires aux pays en développement, par exemple, se termine souvent par des projets qui ne remplissent pas les standards minimaux de protection des côtes. On peut en voir des exemples dramatiques sur toute la planète, des cas dans lesquels d'énormes complexes touristiques, construits en bord de plage, sont entourés, quelques années plus tard, de galets et de cailloux, désertés par des touristes qui ont fui les vagues qui s'écrasaient directement sur les marches de leur hôtel. C'est d'autant plus frustrant que les connaissances scientifiques et techniques pour prévenir de telles choses sont disponibles et que les modèles à respecter ont été clairement définis ".

Le projet " Processus africain " s'efforce d'utiliser ce savoir là où il est le plus nécessaire. Jusqu'à aujourd'hui, le projet a été en partie sponsorisé par le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et mis en œuvre par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO, le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), le Comité consultatif sur la protection des mers (ACOPS) et le Programme d'action mondial pour la protection du milieu marin contre la pollution due aux activités terrestres (GPA) du PNUE. Mais on espère qu'à Johannesburg d'autres soutiens apporteront des fonds pour la nouvelle phase qui sera celle de la recherche de solutions.

L'essence du projet " Processus africain " est la recherche de synergie entre les pays côtiers, afin de mettre au point des réponses continentales et sub-régionales à des problèmes communs. Aujourd'hui, les réponses nationales vont de la mise en place de lois - avec l'évident problème du respect de ces lois - aux campagnes de sensibilisation de l'opinion, au tourisme écologique, aux programmes de surveillance, aux parcs marins et aux partenariats public-privé pour financer des infrastructures telles que l'épuration des égouts. La Tanzanie, par exemple, envisage d'aider les pêcheurs à acheter l'équipement et les bateaux nécessaires pour leur permettre de passer de la pêche côtière à la pêche en haute mer et s'apprête à fermer les récifs coralliens à tour de rôle. Car, comme d'autres, le rapport tanzanien reconnaît que, même si les parcs marins et les zones de conservation sont utiles, des activités économiques durables doivent aussi être développées.

Quelques données et chiffres sur les côtes et sur le tourisme en Afrique :

La longueur des côtes de l'Afrique subsaharienne serait de 63 124 km. Cette nouvelle estimation, fondée sur le World Vector Shoreline à l'échelle 1 : 250 000, est pratiquement le double des estimations précédentes établies sur des informations moins fiables, qui donnaient 34 000 km de long seulement (voir World Resources 2000-2001).

Près de 40 % de la population mondiale vit à moins de 100 km d'une côte (PNUE).

95 % des poissons issus de la pêche maritime sont prélevés ou élevés dans les eaux côtières (World Resources 2000-2001).
Le poisson est la source première de protéines pour un milliard de personnes principalement dans les pays en développement.

Dans le monde, 58 % des récifs coralliens sont menacés par les activités humaines.

Les arrivées de touristes d'origine internationale en Afrique ont augmenté de 3,4 % entre 1999 et 2000, atteignant 27,2 millions (Organisation mondiale du Tourisme).

En 2000, l'Afrique, dans sa totalité, a gagné 11,7 milliards de dollars grâce au tourisme. Et pourtant, l'Afrique n'accueille que 4 % des 692,7 millions de touristes internationaux du monde et seulement 2,5 % des recettes. Et plus de 35 % des touristes venant en Afrique se rendent en Afrique du Nord (Maroc, Tunisie et Algérie).

Un touriste international dépense 420 dollars en moyenne en Afrique soit moitié moins qu'en Asie du Sud.

L'Organisation mondiale du Tourisme prévoit une croissance moyenne de 5,5 % des arrivées internationales en Afrique pendant les deux prochaines décennie.

Le tourisme est l'activité mondiale qui génère le plus de revenus venant de l'étranger, générant près de 462 milliards de dollars par an (OMT, 2001).

Le Programme de l'UNESCO " Environnement et développement dans les zones côtières et les petites îles " (CSI) dispose d'un forum Internet vivant et informatif qui relie les différentes parties prenantes du monde entier et édite également des brochures d'information pour les communautés et décideurs côtiers ainsi qu'un livre intitulé " Coping with Beach Erosion " de Gillian Cambers.

Contact : Peter Coles,
Bureau de l'Information du public de l' UNESCO,
Rédaction
Tél. : (+33) (0)1 45 68 17 10
e-mail: p.coles@unesco.org

Les rapports et les documents annexes sont disponibles sur CD-ROM sur demande.


Site Internet : Informations sur les questions côtières et le développement durable
Site Internet : Forum - Programme UNESCO " Environnement et développement dans les zones côtières et les petites îles "
Site Internet : " Coping with Beach Erosion " de Gillian Cambers

Source Communiqué de presse N°2002-48
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 4854 | guest (Lire) Mise à jour: 12-11-2002 5:40 pm | © 2003 - UNESCO - Contact