Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
L'UNESCO mobilise le public japonais en faveur du patrimoine culturel afghan

24-07-2002 10:00 pm Tokyo / Paris - Tandis que les Afghans commencent à reconstruire leur pays avec l'aide de la communauté internationale, il est plus que jamais nécessaire de sensibiliser l'opinion publique des pays donateurs à leurs besoins. Loin d'être un luxe, la réhabilitation du patrimoine afghan, aujourd'hui gravement menacé, peut contribuer à redonner une identité commune à ce peuple déchiré par 23 ans de guerre.

C'est dans cette optique que l'UNESCO et plusieurs partenaires japonais organisent à Tokyo, le 29 juillet, un symposium international intitulé " La culture afghane : échanges internationaux et culture bouddhique ". Ce colloque rassemblera le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, et des spécialistes mondialement reconnus du patrimoine culturel afghan, afin d'encourager les Japonais à soutenir les efforts de sauvegarde de ce patrimoine.

Bien que largement méconnu du grand public, le patrimoine culturel afghan, d'une richesse exceptionnelle, témoigne d'influences perses, grecques, bouddhistes, hindouistes et islamiques. Reflétant, entre autres, la première grande rencontre entre l'Orient (le monde indien) et l'Occident (le monde hellénistique), il a donné naissance à une iconographie bouddhique inspirée de l'art grec, dans la vallée de Bamiyan et ailleurs. Ce style artistique a ensuite essaimé en Chine, en Corée et au Japon.

Alors que de nombreux vestiges ont été détruits par la guerre, la communauté internationale se mobilise, sous l'égide de l'UNESCO, pour sauver ce qui peut l'être. Fin juin, le minaret et les vestiges archéologiques de Djam ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Ce site islamique du XIIe siècle, situé dans le centre-ouest du pays, abrite le deuxième minaret du monde par la hauteur (65 m.) et continue à être victime de pillage. Son inscription simultanée sur les deux listes est une procédure exceptionnelle mais elle s'explique par la valeur remarquable du site et par les graves dangers qui le menacent. A Tokyo, Koïchiro Matsuura remettra au ministre afghan de la Culture, Sayed Makhdoom Raheen, le certificat officiel d'inscription de ce site.

Fin mai, plusieurs gouvernements (dont le Japon, la Grèce, l'Italie et l'Allemagne) et des ONG (dont la Fondation Aga Khan et la Fondation Hirayama) avaient promis quelque sept millions de dollars afin de sauvegarder et de reconstruire des musées (dont celui de Kaboul) et des sites afghans (les falaises de Bamiyan, Djam, Hérat, Ghazni, Balkh, etc.). Au cours de ce séminaire international, organisé par l'UNESCO et les autorités afghanes, la reconstruction des bouddhas géants de Bamiyan n'avait pas été jugée prioritaire.

Le symposium qui aura lieu à Tokyo le 29 juillet est organisé conjointement par l'UNESCO, l'Université nationale des Beaux-Arts et de la Musique de Tokyo, la Commission nationale japonaise pour l'UNESCO, la Fédération nationale des associations UNESCO au Japon et le journal Asahi Shimbun. Il se tiendra parallèlement à l'exposition " Afghanistan : une histoire millénaire ", organisée à Tokyo en juillet-août 2002 à l'initiative du Président de l'Université et Ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO, Ikuo Hirayama,. Cette exposition s'inscrit dans le cadre de l'Année internationale pour le patrimoine culturel (2002).

Contact : Lucia Iglesias Kuntz
Bureau de l'information du public, Section éditoriale, Tél. 33 (0)1 45 68 17 02






Source Communiqué de presse N°2002-46
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 4851 | guest (Lire) Mise à jour: 12-11-2002 5:49 pm | © 2003 - UNESCO - Contact