Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
L'UNESCO lance un appel pour la libération du prisonnier politique laotien Latsami Khamphoui

28-05-2002 10:00 pm Paris - L'UNESCO a appelé aujourd'hui à la libération immédiate du prisonnier politique laotien Latsami Khamphoui, ancien vice-ministre de l'Economie et du Plan, en prison depuis 1990 pour avoir critiqué la politique gouvernementale dans des lettres adressées à divers responsables gouvernementaux. M. Khamphoui, 62 ans, est en mauvaise santé et souffre de problèmes cardiaques. Il purge une peine de quatorze ans dans un camp isolé, dans des conditions décrites comme extrêmement pénibles.

Au nom du Conseil exécutif de l'UNESCO, sa Présidente, Aziza Bennani, a lancé aujourd'hui au gouvernement de la République démocratique populaire lao " un appel humanitaire à la clémence " en faveur de M. Khamphoui.

Cet appel a été lancé à l'issue d'un débat public exceptionnel du Conseil exécutif, débat tenusur recommandation du Comité de l'UNESCO sur les conventions et recommandations. Ce Comité traite habituellement des violations des droits humains à huis-clos, transmettant ses demandes directement à l'Etat concerné, sans publicité.

Mais, en 2001, n'ayant pas réussi à obtenir la coopération du gouvernement du Laos, le Comité avait décidé de rompre avec sa procédure habituelle et de discuter en public du cas de M. Khamphoui.

Depuis 1997, ce cas a été l'objet de discussions lors de trois sessions privées et deux sessions publiques. Le Directeur général de l'UNESCO a aussi écrit au gouvernement laotien pour faire appel à sa mansuétude.

Le Comité sur les conventions et recommandations de l'UNESCO a déploré le fait que, malgré ses efforts, il n'y a eu aucune amélioration des conditions de détention de M. Khamphoui, et que ce dernier n'a pas reçu les soins médicaux dont il a besoin. Il a appelé à " sa libération immédiate pour des raisons humanitaires et compte tenu du fait qu'il a déjà effectué les deux tiers de sa condamnation ".

Le Comité a aussi exprimé " sa vive préoccupation devant l'état de santé alarmant de la victime " et demandé au Directeur général " d'offrir ses bons offices en vue d'obtenir une plus grande collaboration du gouvernement concerné ".

Lors de son procès, en 1992, l'ancien vice-ministre avait été accusé de " préparation de rébellion, propagande contre la République démocratique populaire lao, organisation de rassemblements de masse dans l'intention de créer des tensions, diffamation, calomnie et provocation de désordres en prison ".






Source Communiqué de presse N°2002-32
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 4836 | guest (Lire) Mise à jour: 14-11-2002 5:30 pm | © 2003 - UNESCO - Contact