Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Signature entre l'UNESCO et l'administration afghane d'un protocole d'accord pour la réhabilitation du Musée de Kaboul

28-02-2002 11:00 pm Paris - La pressante nécessité de reconstruire l'administration de l'Etat afghan ainsi que l'importance primordiale de l'éducation et de la culture ont été mis en avant aujourd'hui par le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, et le ministre de l'Information et de la Culture dans l'Administration intérimaire afghane, Said Makhdoum Raheen, qui s'est ensuite adressé au Conseil exécutif de l'UNESCO, réuni pour une journée d'information. Le Président de l'Administration intérimaire afghane, Hamid Karzaï, doit également intervenir aujourd'hui devant le Conseil exécutif.

Le Protocole d'accord pour la réhabilitation du musée de Kaboul, première manifestation concrète du rôle que l'Afghanistan a confié à l'UNESCOen matière de coordination des efforts internationaux de sauvegarde du patrimoine culturel afghan, porte notamment sur l'évaluation de l'état du bâtiment et des collections, des mesures de récupération et des réparations d'urgence permettant de protéger ces collections, la préparation d'un projet détaillé de restauration du bâtiment et d'un transfert éventuel des collections vers d'autres emplacements existants ou à créer, la formation du personnel du musée et le rétablissement de son potentiel tant scientifique qu'en terme de gestion, la fourniture d'équipement mais aussi de l'expertise nationale et internationale nécessaire.

Le musée de Kaboul fondé en 1930, a été gravement endommagé et pillé aux cours des années de combat dans la capitale afghane. Quelque 70 % des 100 000 pièces du musée ont disparu. Le musée a reçu le coup de grâce en mars 2001 quand les taliban du ministère de la Répression du vice et de la Promotion de la vertu s'y sont livrés, à coups de marteaux et de haches, à une destructionen règle de statues et d'objets d'art de grande valeur.

Aux termes du protocole, l'Administration intérimaire afghane et l'UNESCO mobiliseront auprès de la communauté internationale les ressources nécessaires à ces mesures. Les deux partenaires se réuniront régulièrement pour déterminer les activités à entreprendre dans ce cadre, pour échanger des informations et coordonner la collecte des fonds et l'assistance technique.

S'adressant au ministre et aux membres du Conseil exécutif, le Directeur général de l'UNESCO a souligné que l'Organisation n'avait jamais oublié l'Afghanistan au cours des récentes décennies de guerre et de luttes intestines. Il a cité le minaret de Jam et la ville d'Hérat, objet d'une campagne internationale dans les années 70, ainsi que les efforts, malheureusement vains, déployés pour sauver les bouddhas de Bamiyan. Koïchiro Matsuura a évoqué l'envoi de premiers experts dans l'Afghanistan post-taliban mais aussi des mesures à plus long terme : " Dans la droite ligne de la Conférence de Tokyo et dans le cadre de l'appel consolidé des Nations Unies, l'UNESCO a préparé un certain nombre de propositions, représentant plusieurs millions de dollars, en faveur de la culture et de la communication ".

Le Directeur général a poursuivi: " A long terme, et dès que nous serons capables de réunir les ressources nécessaires, nous voulons non seulement restaurer et préserver les monuments et sites afghans mais aussi revitaliser les arts, l'artisanat et les techniques traditionnelles du pays, en prêtant une attention particulière à la participation des femmes […] La stratégie de l'Organisation consiste à aider à rétablir les liens entre les populations concernées et leur histoire culturelle. En d'autres termes, de développer un sentiment depropriété commune des monuments représentatifs des différentes composantes de la société ".

Pour sa part, le ministre afghan de l'Information et de la Culture, a évoqué la destruction de bibliothèques et d'instruments de musique par les talibans, ainsi que la persécution des artistes dans tout le pays : " Les taliban voulaient détruire notre culture, notre passé et notre fierté nationale ". Estimant que 80 % des infrastructures artistiques et culturelles du pays étaient détruites et que de nombreux sites historiques étaient en danger, Said Makhdoum Raheen a déclaré que son gouvernement s'engageait à faire revivre les arts et la culture " qui ont fait partie intégrale de notre vie pendant des milliers d'années ".






Source Communiqué de presse N°2002-11
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 4827 | guest (Lire) Mise à jour: 15-11-2002 5:15 pm | © 2003 - UNESCO - Contact