Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
En visite à l'UNESCO, Hamid Karzai évoque les progrès realisés et la tache encore à accomplir pour la reconstruction de l'Afghanistan

28-02-2002 11:00 pm Paris - La pressante nécessité de reconstruire l'administration de l'Etat afghan ainsi que l'importance primordiale de l'éducation et de la culture ont été mis en avant aujourd'hui par le Directeur général de l'UNESCO
Koïchiro Matsuura, et par le Président de l'Administration intérimaire afghane, Hamid Karzaï, qui s'exprimaient au siège de l'Organisation devant les 58 membres du Conseil exécutif. La convergence entre les priorités de l'Administration intérimaire afghane et ce qui constitue le cœur du mandat de l'UNESCO a été le fil conducteur des deux interventions mais aussi des remarques des Etats membres.

Evoquant l'énorme tâche que représente la reconstruction de l'Afghanistan, Koïchiro Matsuura a salué la volonté d'Hamid Karzaï de donner la priorité à l'éducation et s'est félicité de trouver " une telle vision de l'avenir chez un leader faisant face, comme vous, à des conditions particulièrement difficiles ".

Koïchiro Matsuura a souligné la nécessité urgente de concevoir " un nouveau système éducatif, couvrant tous les types et niveaux d'éducation. […] Ce processus est complexe. A la lumière des 50 ans d'expérience de l'UNESCO, nous sommes convaincus que le changement en matière d'éducation ne se réduit pas à la résolution de simples problèmes techniques ".

" Mais le plus important, c'est que le système éducatif afghan, constitué sur la base de valeurs partagées et du respect pour la diversité, devienne l'instrument clé pour dessiner votre vision de la société. Faute de quoi, tous les efforts de réconciliation et de construction de la nation n'aboutiront à rien. C'est justement sur ce point que l'UNESCO peut apporter une contribution particulière ", a-t-il ajouté.

Pour sa part, Hamid Karzaï a expliqué les immenses besoins de son pays dans ce domaine : " Deux cent mille personnes, notamment les mieux formées, ont quitté l'Afghanistan il y a vingt ans, durant l'invasion soviétique. Beaucoup d'entre elles se trouvent toujours à l'étranger. Durant cesannées, nous avons aussi enduré le fait que les jeunes ne pouvaient plus aller à l'école. Nous avons ainsi perdu toute une génération qui est partie ou qui est aujourd'hui trop vieille pour contribuer efficacement, et une autre génération qui n'a pas été formée ".

Le Président de l'Administration intérimaire afghane a poursuivi: " Compte tenu de son rôle leader au sein du système des Nations Unies en matière d'éducation, j'espère que l'UNESCO fournira à l'Afghanistan tous les moyens dont elle dispose pour éduquer notre peuple "

Le rôle fondamental de la culture dans la renaissance de l'Afghanistan a été souligné par Koïchiro Matsuura. Evoquant l'engagement d'Hamid Karzaï en faveur d'une réhabilitation rapide du Musée de Kaboul, le Directeur général a déclaré: " J'admire votre vision quand vous considérez que, pour restaurer la paix et la fierté nationale, rassembler les pierres éparpillées de l'identité culturelle afghane est aussi important que la reconstruction des maisons, écoles et usines devotre pays dévasté ".

Hamid Karzaï a parlé de la récente réouverture de la Galerie d'art de Kaboul et de l'Ecole de musique, mais aussi de la future réouverture des Archives nationales et du Musée de Kaboul, deux tâches auxquelles participe l'UNESCO. Il a évoqué le jour heureux où certains des objets actuellement exposés au Musée Guimet de Paris reviendront en Afghanistan.

Koïchiro Matsuura a déclaré à Hamid Karzaï : " Comme vous me l'avez demandé à Kaboul, je m'engage à ce que l'UNESCO agisse pourcoordonner les efforts visant à sauvegarder le patrimoine culturel de l'Afghanistan et pour garantir, dès que les conditions le permettront, le retour des objets et trésors volés.

Dans son discours, Hamid Karzaï est revenu sur la destruction des bouddhas de Bamiyan, qualifiée de " plus horrible dévastation de la guerre " et il a déclaré : " Nous ne pouvons pas en faire le deuil, c'est comme si nous avions perdu un de nos membres […]. Nous ne savons pas comment réagir mais nous devons faire en sorte que cela constitue une leçon pour que l'humanité ne se livre plus à de telles destructions ".

Après les thèmes de l'éducation, de la culture et de la protection du patrimoine, les deux orateurs ont insisté sur l'importance de la liberté de la presse pourla démocratie naissante en Afghanistan. Koïchiro Matsuura a déclaré : " On ne dira jamais assez l'importance que revêt pour la construction de la démocratie l'existence d'un service public audiovisuel solide et d'une presse pluraliste et indépendante ". Hamid Karzaï a mentionné pour sa part un récent décret favorable à la liberté des médias et déclaré que des médias non gouvernementaux fonctionnaient déjà dans le pays.

En conclusion, Hamid Karzaï a remercié l'UNESCO pour sa contribution passée et pourson ferme engagement en faveur de la reconstruction de l'Afghanistan. Le Directeur général lui a donné l'assurance que " l'UNESCO tout entière est avec vous et elle y restera ".






Source Communiqué de presse N°2002-12
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 4825 | guest (Lire) Mise à jour: 15-11-2002 5:12 pm | © 2003 - UNESCO - Contact