Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Kabul Weekly, principal hebdomadaire indépendant afghan, parait à nouveau

23-01-2002 11:00 pm Kaboul/Paris - L'hebdomadaire indépendant Kabul Weekly, dont la publication avait été interrompue en 1996 après l'arrivée des talibans au pouvoir, a fait aujourd’hui sa réapparition dans les rues de la capitale afghane. Avec un ordinateur, une imprimanteet un scanner, 14 journalistes ont lancé cette nouvelle édition qui compte dix pages format tabloïd et donne des informations en dari, en pachto, en anglais et en français. Son tirage est de 2500 exemplaires et il sera vendu - uniquement à Kaboul - au prix de 2000 afghanis, ce qui correspond à la valeur d'un pain.

C'est là un des premiers médias indépendants de l'ère post-talibane, entièrement réalisé, grâce à la coopération de l'Association française Aïna, par des journalistes afghans : onze hommes et trois femmes, âgés de 28 à 35 ans. Son Directeur est Mohamad Fahim Dashty, qui a survécu à l'attentat à la bombe au cours duquel le commandant Massoud a trouvé la mort. “Aujourd'hui, après avoir vécu pendant 23 ans dans un pays mis à feu et à sang et sous la menace des armes, écrit-il dans son éditorial, nous pouvons apercevoir les premiers signes d'un avenir meilleur pour l'Afghanistan, grâce à l'intervention de la communauté internationale en faveur de la reconstruction du pays en tant qu'Etat libre et indépendant ”.

Cette première édition a été préparée en moins de deux mois par les journalistes qui avaient créé Kabul Weekly (Hafteh Nameyeh Kabol) en février 1993,au milieu des disputes entre factions moudjahiddines rivales. L'UNESCO a contribué à son lancement avec un apport de 12000 dollars, et est en train de mener des négociations afin de réunir les fonds permettant d'en assurer la continuité.

En plus de l'actualité nationale et internationale, des sports et de l'économie, Kabul Weekly ouvrira ses colonnes à l'histoire, aux femmes, aux diverses religions et ethnies, ainsi qu'à la place des jeunes dans la future reconstruction du pays. De même, il a été prévu pour le mois de mars de cette année le lancement d'un site Internet à destination de la diaspora afghane.

Afin d'assurer sa diffusion dans le reste de l'Afghanistan, l'UNESCO et l'Association Mondiale des Journaux, proposent l’expérience qu’ils ontacquise en matière de reconstruction de réseaux de diffusion pour la presse indépendante dans des situations difficiles post-conflit, comme en République Fédérale de Yougoslavie.

Les trois interdictions temporaires subies par Kabul Weekly entre 1993 et 1996, à cause des critiques adressées aux dirigeants du moment, avaient entraîné des protestations de jeunes dans les principales villes afghanes et une augmentation de son tirage à chacune de ses reparutions, faisant de cet hebdomadaire le média indépendant le plus connu. Avec 12 pages et 2 000 exemplaires à ses débuts, il est passé à 16 pages et 6 000 exemplaires avant sa dernière interdiction. Dans ses locaux, on a compté jusqu'à 35 journalistes et techniciens disposant d'imprimantes, d'ordinateurs et d'un labo photo, mais tout cela a disparu en septembre 1996, lorsque Kaboul est tombé entre les mains des talibans.

L'UNESCO va étendre sa contribution au développement des médias indépendants avec la création d'un Centre de médias dont la coordination sera confiée à l'Association Aïna. Ayant son siège à Kaboul, ce Centre fonctionnera comme une pépinière de médias indépendants, dispensant non seulement des cours de formation, des conseils et informations, mais fournissant aussi des équipements (ordinateurs, imprimantes), assurant les facilités de communication (accès à Internet) et fournissant l’espace nécessaire au fonctionnement de divers organes indépendants. L’UNESCO a apporté 10 000 dollars pour l'évaluation des besoins de ce projet. Pour le moment, il existe divers projets qui pourraient prendre place dans ce Centre: Kabul Weekly, Ariana Film, Aria Press et le Centre de formation.

En outre, suite à une requête de Kaboul TV, la chaîne qui a recommencé à transmettre en novembre dernier, après la chute du régime taliban, l'UNESCO a également contribué à hauteur de 35000 dollars à la formation de journalistes et de techniciens. De même, l'UNESCO a fait appel aux chaînes publiques de télévision pour qu'elles offrent à la télévision afghane desprogrammes de télévision de qualité montrant la richesse culturelle d'autres pays.






Source Communiqué de presse N°2002-03
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 4818 | guest (Lire) Mise à jour: 15-11-2002 5:27 pm | © 2003 - UNESCO - Contact