UNESCO Banner

DIRECTRICE GENERALE DE L'UNESCO

Le Directeur général ouvre le Forum « Répondre aux défis du changement climatique – la construction d’une société verte au niveau global »

Le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a ouvert, le 26 octobre 2009, au Siège de l’UNESCO, la sixième édition du Forum du futur, consacrée aux défis du changement climatique et à la construction d’une « société verte » au niveau mondial.

Les deux principaux conférenciers étaient Mme Laurence Tubiana, Directrice de l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) et M. Mario Amano, Secrétaire général adjoint de l’OCDE.

Dans son discours introductif, le Directeur général a tout d’abord indiqué à quel point ce débat venait à point nommé pour l’UNESCO, puisqu’il précédait les discussions, à Copenhague, de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, et parce que la Conférence générale venait demander à l’UNESCO de renforcer ses capacités en matière de changement climatique, notamment par la préparation d’un rapport sur l’opportunité d’établir une Déclaration universelle de principes éthiques sur le changement climatique.

Estimant que l’économie mondiale devait se transformer en profondeur, le Directeur général a poursuivi : « la crise économique et financière globale de 2008 a, par son ampleur, ouvert les voies favorables à l’instauration d’une économie verte. Les chefs d’Etats et de gouvernements réunis au Sommet du G20 de Pittsburgh en septembre 2009 se sont ainsi engagés « à tourner la page d’une ère d’irresponsabilité » non seulement en réformant l’architecture financière internationale, en réaffirmant leur soutien aux secteurs sociaux favorables aux plus vulnérables, mais également en promouvant l’évolution de nos économies vers une croissance plus verte et plus durable ».

Le Directeur général a également insisté sur la nécessité d’investir massivement dans le savoir, afin de passer à une économie moins émettrice de carbone et moins consommatrice de ressources naturelles, et il a mis en avant le rôle que sont appelées à jouer les sciences fondamentales, ainsi que le partage équitable des connaissances en matière de climat, d’océans, de biodiversité ou de pollution.

Enfin, le Directeur général a souligné l’importance de l’éducation au développement durable, et rappelé que l’UNESCO est chef de file pour la Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable (2005-2014). Il faut en effet, a rappelé M. Matsuura, former dans tous les domaines en vue de futurs « emplois verts », en travaillant sur les contenus et la qualité de cette formation.

Mais, a conclu le Directeur général, « pour être durable, le projet d’une économie verte ne peut reposer uniquement sur des bases uniquement techniques et économiques. Il doit s’accompagner de l’affirmation résolue de valeurs éthiques et morales qui doivent à terme compléter les piliers politique et économique de tout futur édifice international sur le changement climatique ».

M. Amano a présenté quelques points forts des travaux de l’OCDE concernant les effets des mesures économiques sur la réduction des émissions de C02 et a insisté sur la nécessité de renforcer les investissements publics en faveur des technologies propres et du transfert de technologie. Mme Tubiana, quant à elle, a évoqué les changements profonds de société que la crise du climat devrait engendrer, plaidant pour un nouveau pacte social, un renouveau de l’action publique et une redéfinition de la notion de souveraineté et du multilatéralisme.

  • Auteur(s):La Porte-parole
  • Source:Flash Info N° 216-2009
  • 27-10-2009
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific