UNESCO Banner

DIRECTRICE GENERALE DE L'UNESCO

3) Un catalyseur de la coopération internationale

dgunsg200.jpg

© UN

Pour appliquer les priorités du programme, sous la direction de M. Matsuura, l’UNESCO a dynamisé ses fonctions de catalyseur de la coopération internationale, son rôle normatif et son rôle de promoteur d’idées et de meilleures pratiques. M. Matsuura a aussi donné une impulsion renouvelée au rôle de l’UNESCO dans le renforcement des capacités et en tant que conseiller technique des gouvernements, cherchant à positionner l’Organisation comme le fournisseur privilégié d’avis spécialisés dans ses domaines de compétence.


Par exemple, M. Matsuura a lancé le Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous en tant que principale évaluation technique des progrès accomplis vers la réalisation des six objectifs de l’Éducation pour tous et qu’outil d’une grande crédibilité pour les États qui veulent améliorer leurs politiques d’éducation ; autre exemple, le Rapport mondial triennal sur la mise en valeur des ressources en eau, coordonné par l’UNESCO dans le cadre du Programme mondial pour l’évaluation des ressources en eau (WWAP) d’ONU-Eau, donne un tableau faisant autorité de la situation des ressources mondiales en eau douce. Sous la direction de M. Matsuura, la Commission océanographique intergouvernementale (COI) a aussi réaffirmé son leadership en matière de science et de suivi du changement climatique.

Une source majeure d’expertise de l’UNESCO réside dans ses instituts spécialisés (connus sous le nom d’instituts de catégorie 1). M. Matsuura a joué un rôle déterminant dans le développement de cette capacité technique. En 2003, il a intégré dans l’Organisation, en tant qu’institut de catégorie 1, l’Institut de l’IHE pour l’éducation relative à l’eau de Delft, le plus important institut d’éducation relative à l’eau dans le monde. Entièrement financé par le Gouvernement néerlandais et d’autres sources extrabudgétaires, cet institut renforce considérablement l’action de l’Organisation dans le domaine de la recherche, de l’éducation et du renforcement des capacités concernant l’eau. M. Matsuura a aussi veillé à ce que l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) à Montréal devienne le centre mondialement renommé qu’il est aujourd’hui. L’ISU a été établi comme institut de catégorie 1 en juillet 1999 afin de répondre aux besoins croissants des États membres de l’UNESCO et de la communauté internationale en statistiques utiles à l’élaboration des politiques, actualisées et fiables dans les domaines de l’éducation, de la science et de la technologie, de la culture et de la communication.

Durant son premier mandat, M. Matsuura a étendu les activités normatives de l’UNESCO dans le domaine de la culture à tous les aspects de la diversité culturelle du monde, notamment les expressions et traditions vivantes. Avec un ensemble cohérent de conventions en place, l’accent a été mis depuis 2005 sur leur mise en œuvre dans les États membres et sur l’intégration de la culture dans les stratégies nationales et internationales de développement.

Dans les sciences sociales, M. Matsuura a rehaussé la veille éthique de l’UNESCO sur la bioéthique, avec l’élaboration de la Déclaration internationale sur les données génétiques humaines (2003) et de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l'homme (2005). Ces déclarations, ainsi que la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l'homme de 1997, ont promu une meilleure compréhension des grandes questions éthiques soulevées par la science moderne, tout en apportant une assistance pratique aux décideurs qui doivent traiter de leurs implications.

Sous l’autorité du Directeur général, l’UNESCO a joué un rôle majeur dans l’évolution de la réflexion internationale sur le rôle des technologies de l’information et de la communication (TIC), passant de la pure connectivité à une vision de sociétés du savoir inclusives et équitables, fondées sur la liberté d'expression, l’accès universel à l’information et au savoir, le respect de la diversité culturelle et linguistique et une éducation de qualité pour tous. L’UNESCO s’est employée avec ses États membres à traduire ces principes dans la pratique par des activités de renforcement des capacités, dont les travaux du Programme Information pour tous (PIPT) et du Programme international pour le développement de la communication (PIDC).


________________________________________________

Les réalisations du Directeur général :
-------------------------------------------------------
La mise en œuvre d’un ambitieux plan décennal

  • 1) Focalisation accrue – concentration et meilleurs résultats

  • 2) Action au niveau des pays – un impact direct sur le terrain

  • 3) Un catalyseur de la coopération internationale

  • 4) Renforcement de la légitimité, visibilité et portée de l’UNESCO

  • 5) Une nouvelle approche de la gestion

  • 6) Défis futurs




    Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific