Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

Le Conseil exécutif rend hommage au Directeur général

La dernière séance de la 182e session du Conseil exécutif de l’UNESCO, le 23 septembre 2009, a été consacrée à une cérémonie au cours de laquelle les représentants des différents groupes régionaux et d’autres orateurs se sont exprimés pour rendre successivement hommage au Secrétaire du Conseil, M. Armoogum Parsuramen, à son président, M. Olabiyi Babalola Joseph Yaï et au Directeur général de l’Organisation, M. Koïchiro Matsuura.

Dans son allocution d’hommage au Directeur général le Président du Conseil, Ambassadeur Yaï, a souligné les principaux résultats du bilan de M. Matsuura, et a salué « l’homme qui a conduit notre Organisation avec humilité et intégrité, dans un souci permanent d’écoute et de tolérance ».

La résolution adoptée par le Conseil exécutif en hommage au Directeur général rappelle le profond dévouement de M. Matsuura aux idéaux de l’UNESCO, son engagement en faveur d’une gouvernance participative dont témoigne le dialogue établi avec le Conseil, sa détermination à restaurer l’universalité de l’Organisation qui a abouti au retour des Etats-Unis et de Singapour. Le texte note également avec satisfaction les domaines de concentration dégagés sous la direction du Directeur général, et l’attention accordée aux besoins des populations et des pays les plus vulnérables, à l’Afrique et à l’égalité entre les sexes, ainsi qu’aux situations de post-conflit et de post-catastrophe.

La résolution salue l’impulsion donnée à l’Organisation comme conseiller technique auprès des gouvernements, organisme normatif et promoteur d’idées et de bonnes pratiques. Le texte salue également le renforcement de l’action de l’Organisation au niveau des pays et, enfin les efforts énergiques du Directeur général pour moderniser l’UNESCO et mettre en place un contrôle interne efficace.

Remerciant le Conseil pour les hommages exprimés, le Directeur général s’est tout d’abord déclaré heureux de pouvoir inscrire à son bilan la relation confiante et apaisée qui s’est établie avec les organes directeurs.

« Au fil de nos réflexions et de nos débats, a poursuivi le Directeur général, nous avons redessiné le rôle de l’Organisation pour la rendre mieux à même d’apporter des réponses stratégiques aux problèmes complexes auquel notre monde est confronté. Nous avons, collectivement, forgé une nouvelle vision pour l’UNESCO à l’orée du 21e siècle, et revu ses méthodes de travail pour les ajuster aux objectifs que nous lui avons assignés. Ensemble, nous avons resserré les programmes de l’Organisation autour de priorités claires et cohérentes. (…) Ensemble, nous avons mis en place des systèmes modernes de gestion, de contrôle et d’évaluation, pour rendre nos programmes à la fois plus efficaces et plus transparents. Et, surtout, nous avons très sensiblement renforcé notre présence sur le terrain. En adaptant notre réseau de bureaux hors Siège aux attentes et besoins des Etats membres, nous avons rendu cette Organisation à la fois plus visible, et plus crédible ».

« Au terme de cette double mandature, je voudrais vous redire combien il a été important pour moi de pouvoir mettre en œuvre, avec votre soutien, cet ambitieux programme de réforme dont j’avais dessiné les grandes lignes devant les membres du Conseil, en novembre 1999 », a conclu le Directeur général.

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 171-2009 -  Date de publication: 25-09-2009

© UNESCO 1995-2010 - ID: 46493