Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

Le Directeur général ouvre une table ronde célébrant la création du Centre international pour la promotion des droits de l’homme

« Droits de l’homme et mémoire », tel était le thème de la table ronde ouverte le 14 avril 2009 par le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, en présence du Sénateur Daniel Filmus, Représentant de l’Argentine au Conseil exécutif et de l’Ambassadeur Miguel Angel Estrella, Représentant permanent de l’Argentine auprès de l’UNESCO.

Cette initiative de la Délégation permanente d’Argentine, soutenue par le secteur des sciences sociales et humaines, avait pour objectif de célébrer la signature à Buenos Aires, le 13 février 2009, de l’accord établissant le Centre international pour la promotion des droits de l’homme (voir Flash Info N° 022-2009*).

La création sous les auspices de l’Organisation du premier Centre international de catégorie 2 dans ce domaine « a conclu pour l’UNESCO les célébrations du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme », a rappelé M. Matsuura. Symboliquement, ce Centre sera hébergé dans ce qui fut l’un des centres secrets de détention sous la dictature et accueillera les Archives nationales de la Mémoire, qui portent témoignage des graves violations des droits de l’homme perpétrées sous la dictature. Ce patrimoine documentaire, inscrit au Registre Mémoire du monde en 2007, “est indispensable à la reconstitution de la mémoire individuelle et collective par la recherche de la justice et de la vérité, a-t-il ajouté.

Le devoir de mémoire lié à l’une des périodes les plus sombres de l’histoire de l’Argentine a été maintes fois souligné, en présence de nombreux représentants des délégations permanentes et d’organisations des droits de l’homme, par Mme Estela Barnes de Carlotto, Présidente de l’association des Grand-mères de la place de Mai, qui a livré un émouvant témoignage sur la quête d’identité des familles d’enfants de disparus nés en détention et donnés en adoption. Il a été également repris par MM Michel Tubiana, Président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme, et Louis Joinet, ancien expert indépendant des Nations Unies sur la détention arbitraire et l’impunité.

« Je veux exprimer ma sincère admiration et mon profond respect aux membres de la communauté argentine qui luttent quotidiennement pour la reconnaissance des droits de l’homme et des libertés fondamentales », a déclaré le Directeur général. « Grâce à leur dévouement », a-t-il ajouté, « nous pouvons espérer que ces crimes odieux ne se reproduiront jamais ».

Liens utiles 

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 062-2009 -  Date de publication: 15-04-2009

© UNESCO 1995-2010 - ID: 45084