Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

L'UNESCO organise la session de printemps 2009 du Conseil des chefs de secrétariat

Le 4 avril 2009, le Directeur général de l'UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a accueilli au Siège de l'UNESCO les chefs de secrétariat de l'ONU venus à Paris pour assister à la session de printemps 2009 du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS).

La session formelle du CCS, qui s'est tenue à l'UNESCO dans la matinée du 4 avril, a été suivie d'une retraite dans l'après-midi et d'une session privée à l'hôtel Westin Paris dans la matinée du 5 avril. L'UNESCO accueillait pour la première fois une session du CCS présidée par M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU.

Lors de la session formelle, le CCS a officiellement approuvé les décisions prises par le Comité de haut niveau chargé des programmes (HLCP), le Groupe de développement des Nations Unies (UNDG) et le Comité de haut niveau sur la gestion (HLCM). Le Conseil a également examiné un résumé de recommandations sur la sécurité et la sûreté du personnel du système des Nations Unies. A cette occasion, le Directeur général a informé les membres du CCS des mesures de gestion de la sécurité qu'il avait prises en tant que responsable désigné pour la sécurité du personnel et des locaux du système des Nations Unies en France. Le CCS a ensuite adopté une déclaration destinée aux Etats membres, dans laquelle il a souligné l'engagement de l'ONU à renforcer et améliorer les dispositifs de gestion de la sécurité à l'échelle du système et fait valoir la nécessité d'y allouer des ressources financières à la mesure des besoins.

Les discussions menées dans l'après-midi, lors de la retraite du CCS, ont porté essentiellement sur la crise économique et financière mondiale. Le Secrétaire général de l'ONU, le Président de la Banque mondiale, le Directeur général du Fonds monétaire international (FMI) et le Directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ont informé le CCS des développements actuels dans ce domaine ainsi que des conclusions du sommet du G-20 organisé le 2 avril à Londres.

A la suite de ses délibérations, le CCS a adopté un communiqué (voir Communiqué du CCS*) dans lequel il a salué les décisions historiques prises par les dirigeants du G-20 et leur engagement à consacrer une enveloppe supplémentaire de 1 100 milliards de dollars à la lutte contre la crise. Ce communiqué insiste sur les effets sociaux de la crise, notamment sur ses répercussions sur la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Il souligne également le rôle central que le système multilatéral doit jouer pour formuler et apporter une réponse mondiale cohérente à la crise et appelle les Nations Unies, le FMI et la Banque mondiale à mener une action commune pour mettre en œuvre cette réponse multilatérale dans les pays. Le CCS a réaffirmé « l'engagement commun [des Nations Unies] à aider les pays et la communauté internationale à affronter la crise, accélérer la reprise et instaurer une mondialisation juste et ouverte pouvant servir de socle à un développement économique, social et environnemental durable pour tous, et à aborder l'avenir en étant conscients du besoin de changements structurels ».

Suivant les propositions du CCS-HLCP, les chefs de secrétariat des Nations Unies se sont accordés sur neuf initiatives communes destinées à lutter contre les différents aspects de la crise économique. Ces initiatives concernent les domaines suivants : financement supplémentaire pour les plus vulnérables, sécurité alimentaire, commerce, initiative d'économie verte, pacte global pour l'emploi, protection sociale minimale, renforcement de l'humanitaire, de la sécurité et de la stabilité sociale, technologie et innovation, et enfin surveillance et analyse. L'UNESCO participera pleinement à ces initiatives, conformément à son mandat et à son expertise. Le Directeur général a notamment promis l'assistance de l'Organisation dans l'établissement d'un mécanisme de surveillance et d'alerte de la vulnérabilité à l'échelle du système des Nations Unies. Ce dispositif, qui fait notamment référence au Rapport mondial de suivi sur l'EPT et au Rapport mondial sur l'évaluation des ressources en eau, aura pour mission de suivre les événements et de produire des rapports sur les dimensions politiques, économiques, sociales et environnementales de la crise.

Lors de la session privée, le Secrétaire général a informé les membres du CCS des derniers développements politiques.

Les autorités françaises ont apporté leur coopération et leur soutien à l'organisation de la session du CCS à Paris. Le Premier ministre François Fillon et le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner ont reçu les chefs de secrétariat respectivement à Matignon et au Quai d’Orsay, le 3 et le 4 avril.

En marge de la session du CCS, l'UNESCO a organisé la 31e réunion du Comité des Organismes coparrainants (COC) de l'ONUSIDA. Les discussions ont porté sur trois grands thèmes : les directions futures de l'ONUSIDA, notamment en matière de lutte contre la crise alimentaire et la récession économique mondiales, le cadre des résultats de l'ONUSIDA 2009-2011 et le Budget-plan de travail intégré (BPTI) de l’ONUSIDA 2010-2011.

Le Directeur général a également mené des discussions bilatérales avec M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, des hauts responsables de grandes Agences spécialisées (OIT, FAO, OMS et ONUDI) et M. Francis Gurry, Directeur général de l'OMPI.

Liens utiles 

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 057-2009 -  Date de publication: 07-04-2009

© UNESCO 1995-2010 - ID: 45021