Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

Première visite du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, à l'UNESCO

Le vendredi 3 avril 2009, M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, a rendu sa première visite au Siège de l'UNESCO où il a mené des discussions bilatérales avec le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, et participé à une réunion avec les délégués permanents auprès de l'UNESCO et le personnel de l'Organisation.

Le Secrétaire général était à Paris pour assister à la session de printemps de la réunion bisannuelle du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS) organisée par l'UNESCO les 4 et 5 avril (voir le Flash Info N°057-2009*).

Dans son discours d'accueil du Secrétaire général, le Directeur général a remercié M. Ban Ki-moon d'avoir trouvé le temps de s'adresser aux délégués permanents auprès de l'UNESCO et au personnel de l'Organisation. « Je sais que je parle au nom de tous en disant que votre visite est un grand honneur pour l'UNESCO et que nous avons tous hâte d'entendre votre discours, d'autant plus que vous revenez du sommet historique du G-20 qui s'est tenu hier à Londres », a déclaré M. Matsuura. Dans un vibrant hommage à la carrière remarquable de M. Ban Ki-moon, « qui a vu un jeune garçon d'un petit village de la Corée du Sud d'après-guerre accéder au poste le plus élevé du système des Nations Unies », M. Matsuura a souligné « les efforts courageux que M. Ban avait déployés en tant que Secrétaire général pour forger une ONU plus forte et mieux adaptée aux besoins du monde actuel. Cette période n'a pas été facile pour le système multilatéral. Pourtant, sous la direction de M. Ban, des progrès significatifs ont été réalisés pour améliorer la cohérence et l'impact du travail de l'ONU et pour optimiser la coordination entre les Fonds, les Programmes et les Agences spécialisées des Nations Unies. M. Ban a également apporté une contribution remarquable à la lutte contre la pauvreté, le changement climatique, la crise alimentaire mondiale [et la] tourmente économique sans précédent qui submerge la planète, en stimulant l'action mondiale dans ces domaines. Dans des temps de crise comme celle que nous traversons, l'ONU a besoin d'un dirigeant fort et nous sommes très heureux d'avoir M. Ban aux commandes ».

Notant que « les dirigeants du G-20 avaient réaffirmé leur engagement à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement, promis des fonds pour soutenir la protection sociale dans les pays à faible revenu et s'étaient engagés à promouvoir l'emploi en investissant dans l'éducation et la formation », le Directeur général a conclu que ces engagements devaient être suivis d'actions immédiates dans l'ensemble des Nations Unies, notamment en lançant un appel à un mécanisme efficace de surveillance de l'impact de la crise sur les plus vulnérables.

Dans son discours, M. Ban Ki-moon a rappelé qu'il était venu à Paris directement après le sommet du G-20 à Londres et que sa prochaine étape serait Istanbul, où il assisterait au deuxième Forum de l'Alliance des civilisations. Le Secrétaire général a noté que cette série d'événements n'était pas le fruit du hasard mais représentait un continuum dans lequel l'UNESCO avait un rôle central à jouer. Saluant le travail pionnier de l'Organisation dans la promotion du dialogue interculturel engagé au cours des dernières décennies, M. Ban Ki-moon a mentionné avoir averti les dirigeants du G-20 que la crise économique risquait de provoquer une instabilité dans le monde entier. Le Secrétaire général a évoqué la nécessité de protéger tous les citoyens du monde et plus particulièrement ceux vivant dans les pays les plus vulnérables de la planète et dans les économies émergentes. Outre cet appel à une solidarité internationale, M. Ban Ki-moon a lancé un appel à une croissance verte et à un renforcement de la science et de l'éducation. Le Secrétaire général a salué le travail considérable accompli par l'UNESCO dans ces domaines et offert son soutien total à ces activités capitales.

Le Président de la Conférence générale de l'UNESCO, M. Georges Anastassopoulos et le Président du Conseil exécutif de l'UNESCO, M. Olabiyi Babalola Joseph Yaï, se sont également adressés à l'assemblée et ont accueilli le Secrétaire général au nom des Etats membres et des membres du Conseil exécutif de l'Organisation.

Liens utiles 

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 056-2009 -  Date de publication: 07-04-2009

© UNESCO 1995-2010 - ID: 45020