Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

Le Directeur général remet le Prix UNESCO/Bilbao pour la promotion d’une culture des droits de l’homme

Le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a célébré le 10 décembre 2008 au Siège de l’Organisation la Journée mondiale des droits de l’homme, en remettant avec la Secrétaire d’Etat française chargée des Affaires étrangères et des droits de l’homme, Madame Rama Yade, et le Maire de Bilbao, M. Iñaki Azkuna, le Prix UNESCO/Bilbao pour la promotion d’une culture des droits de l’homme.

Cette Journée coïncidait avec l’anniversaire de l’adoption, il y a soixante ans, de la Déclaration universelle des droits de l’homme (10 décembre 1948).

Le Prix, remis en présence de M. Olabiyi Babalola Joseph Yaï, Président du Conseil exécutif de l’UNESCO et de l’écrivain brésilien Paulo Coelho, était attribué au diplomate français Stéphane Hessel, qui participa notamment à la rédaction de la Déclaration universelle, tandis qu’une Mention d’honneur revenait au mouvement international ATD Quart Monde, engagé dans la lutte contre la pauvreté.

Ouvrant la cérémonie, M. Matsuura a rappelé que pour l’UNESCO, Organisation créée au lendemain de la Seconde guerre mondiale pour assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, cette Journée était exceptionnelle à bien des égards.

« Pour notre Organisation, cette Journée est aussi un moment pour réaffirmer solennellement le caractère universel et indivisible des droits de l’homme. Ce message, qui sous-tend notre Acte Constitutif, a fait la force de la Déclaration universelle de 1948, et jeté les bases d’un nouvel ordre mondial. Soixante ans plus tard, ce message reste intact », a souligné le Directeur général.

M. Matsuura a également noté que le double idéal du Préambule de 1948 - celui de développer le respect des droits et libertés fondamentales par l’enseignement et l’éducation, et de protéger la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine, continuait d’accompagner l’UNESCO : « C’est dans ce cadre que l’UNESCO peut mettre l’accent sur les quatre principaux droits relevant de ses domaines de compétence: le droit à l’éducation, le droit de prendre part à la vie culturelle, le droit à la liberté d’expression, et le droit de participer aux progrès scientifiques et de bénéficier de leurs applications. Ce sont là des enjeux décisifs, qui sont au cœur de notre volonté d’universaliser les droits de l’homme. C’est un combat quotidien, car chaque jour s’impose un peu plus la conviction qu’il n’y a ni paix, ni développement durable, ni démocratie, si les droits fondamentaux des individus ne sont pas respectés. C’est aussi un combat de chaque jour, car la communauté internationale a encore devant elle de grands défis à relever : je pense notamment aux droits économiques et sociaux, mais aussi à une question aussi essentielle que le droit à l’éducation », a-t-il notamment déclaré.

Le Directeur général a ensuite rendu un hommage appuyé à Stéphane Hessel et à ATD Quart-Monde, représentée par son délégué général, M. Eugen Brand. « Ils incarnent aujourd’hui différents visages de notre message en faveur d’une justice et dignité pour tous », a-t-il observé, avant de rappeler que les engagements en faveur des droits de l’homme « ne vivent que parce qu’ils sont portés au quotidien par des individus ou mouvements d’exception ».

Liens utiles 

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 176-2008 -  Date de publication: 11-12-2008

© UNESCO 1995-2010 - ID: 44259