Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

Prévention des conflits et réseau de construction de la paix dans la région des Grands lacs et la Corne de l’Afrique

Le 21 mai 2008, M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO, a salué l’aide généreuse apportée par les autorités japonaises dans le cadre du projet « Prévention des conflits et réseau de construction de la paix dans la région des Grands lacs et la Corne de l’Afrique », avec une aide d’un montant de 1 500 000 USD accordée par l’intermédiaire du Fonds en dépôt japonais pour le renforcement des capacités des ressources humaines.

L’objectif de ce projet est de contribuer au renforcement de l’efficacité d’un réseau d’organisations non gouvernementales (ONG) spécialisées dans la prévention et la résolution des conflits, ainsi que dans la construction de la paix dans la région des Grands lacs et la Corne de l’Afrique. Au cours de ces dernières années, de nombreux pays d’Afrique ont subi des conflits généralement intérieurs, sous-régionaux, de nature complexe et extrêmement difficiles à résoudre. Ces conflits générateurs de retards dans le développement et de pertes massives en termes d’investissement financier inquiètent la communauté internationale.

Les pays africains eux-mêmes ont montré leur volonté de résoudre leurs problèmes, en particulier à travers la création de l’Union africaine (UA), de son Conseil de paix et de sécurité (CPS) et des Communautés économiques régionales. Ces institutions jouent un rôle majeur dans la promotion d’une démarche globale de prévention des conflits et de construction de la paix. De plus, la société civile, les ONG, les communautés locales et le secteur privé s’investissent fortement en faveur d’une telle démarche. Il convient de souligner le rôle du Conseil économique, social et culturel (ECOSOCC) de l’Union africaine, qui invite toutes les catégories sociales à collaborer avec l’AU, aussi cette dernière peut-elle tirer parti de la richesse et de la diversité des ressources humaines et institutionnelles sur le terrain.

Dans ce contexte, ce projet de Prévention des conflits et de réseau de construction de la paix dans la région des Grands lacs et la Corne de l’Afrique augmentera les capacités des organisations non gouvernementales actives dans ce domaine. Il permettra aux ONG qui s’occupent de prévention des conflits, de construction de la paix et de sensibilisation à l’égard de la paix, ainsi que celles qui apportent une aide non militaire en vue du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration au sein de la société, à aider les instances dirigeantes à gérer les conflits et tirer parti des possibilités offertes par la diversité et la coexistence pacifique.

Le projet est destiné à renforcer les capacités institutionnelles et humaines de ces organisations, afin de prévenir, de gérer et d’atténuer les conflits de manière constructive et non violente, dans un souci de pérennité. Il s’agit notamment de développer les capacités à : anticiper et réagir aux situations de crise, travailler dans un environnement miné par un conflit, enrichir les pratiques de développement grâce à des méthodes et des outils de résolution des conflits. Il s’agit également de donner aux ONG, à la société civile et aux institutions nationales l’autonomie nécessaire pour réagir rapidement dès les premières menaces.

Plusieurs pays sont concernés, à savoir le Burundi, la République Centrafricaine, la République démocratique du Congo, l’Érythrée, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, la Somalie et le Soudan. Des organisations sous-régionales tireront elles aussi profit de ce projet, comme l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD)* et le Secrétariat de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs **, ainsi que les partenaires régionaux qui s’occupent de formation dans le domaine de la construction de la paix.

Coordonné dans son ensemble par le Département Afrique, ce projet sera mis en place par le Programme d'éducation d'urgence et de reconstruction (PEER) de l’UNESCO, en collaboration avec le BREDA (Bureau Régional pour l’Éducation en Afrique) et l’IIRCA (Institut international de l'UNESCO pour le renforcement des capacités en Afrique. Le Centre japonais pour la prévention des conflits (JCCP) sera le principal partenaire international de l’UNESCO dans sa mise en œuvre. Des partenaires locaux seront choisis sur la base de la pertinence de leur expérience au regard des activités du projet.

D’autres acteurs cruciaux du système des Nations Unies participant à la prévention des conflits et à la construction de la paix dans les pays ciblés participeront à ce projet, comme le Programme de construction de la paix du PNUD par exemple.

Le Directeur général de l’UNESCO s’est félicité du lancement de ce projet avant la tenue de la prochaine Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD IV, du 28 au 30 mai 2008, à Yokohama, au Japon) – preuve que la coopération entre les autorités japonaises et l’UNESCO en matière d’aide aux pays d’Afrique ne cesse de progresser.

Depuis la première édition de la TICAD en 1993, laquelle vise à promouvoir le dialogue entre les hauts dirigeants africains et leurs partenaires dans le domaine du développement, le Japon s’investit fortement dans l’aide aux pays d’Afrique en s’appuyant sur un double principe : celui de la prise de responsabilités par les Africains et du partenariat international. Dans ce cadre, la coopération entre l’Asie et l’Afrique joue un rôle déterminant.


---
* Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) : Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Ouganda, Somalie et Soudan

** Secrétariat de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs : Angola, Burundi, République Centrafricaine, République du Congo, République démocratique du Congo, Kenya, Ouganda, Rwanda, Soudan, Tanzanie et Zambie

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 059-2008 -  Date de publication: 21-05-2008

© UNESCO 1995-2010 - ID: 42505