Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

Le Directeur général se rend au Mozambique et remet le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2008

Du 3 au 6 mai 2008, M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO, s’est rendu en visite officielle au Mozambique.

Le 3 mai, à Maputo, il a présidé les célébrations en l’honneur de la Journée mondiale de la liberté de la presse. Lors d’une cérémonie à laquelle a assisté M. Armando Guebuza, Président de la République du Mozambique, le Directeur général a remis à Lydia Cacho Ribeiro, journaliste mexicaine, le Prix de la liberté de la presse décerné par l’UNESCO.

Lors de son discours, M. Matsuura a réaffirmé la force de son engagement en faveur du droit humain fondamental qu’est la liberté d’expression, qui conserve toute son importance en cette année du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. « Il est tout naturel, a-t-il déclaré, que nous célébrions cette année la liberté de la presse au Mozambique, pays particulièrement attaché à la liberté des médias. » Le Directeur général s’est ensuite félicité de la participation du Mozambique au passage à grande échelle du programme des Centres Multimédia Communautaires (CMC), lancé lors du Sommet Mondial sur la Société de l’Information, il a salué le nombre de stations de radio de proximité devenues au Mozambique des CMC à part entière, « contribuant à réduire la fracture numérique en permettant aux populations locales d’accéder à la radio, à Internet et aux technologies qui y sont liées. »

« L’information est l’élément central de tous les systèmes politiques » a ajouté le Directeur général, insistant sur sa conviction que « les citoyens doivent être bien informés pour qu’un pays soit bien gouverné et que la lutte contre la pauvreté soit efficace ». « En plaçant cette Journée sous le signe de l’accès à l’information et de l’autonomisation de l'individu, a poursuivi M. Matsuura, nous rendons hommage aux hommes et aux femmes qui ont payé de leur vie la quête de la vérité et la volonté de la faire connaître». « La réalité, aussi dérangeante soit-elle, c’est que la majorité d’entre eux sont morts chez eux, dans leur voiture ou dans la rue. Ils n’ont pas été victimes de la guerre mais ont été assassinés parce qu’ils voulaient dire la vérité, » a ajouté M. Matsuura, rappelant qu’au moins 17 journalistes ont été assassinés au Mexique, le pays de Lydia Cacho Ribeiro, lauréate 2008 du Prix de la liberté de la presse décerné par l’UNESCO.

Durant son séjour à Maputo, le Directeur général s’est entretenu avec M. Armando Guebuza, Président du Mozambique. Tous deux ont fait part de leur satisfaction vis à vis des liens de coopération qui unissent l’UNESCO et le Mozambique et se sont engagés à chercher des moyens de renforcer les programmes de l’Organisation dans ce pays. La préservation du très riche patrimoine culturel, matériel comme immatériel, du Mozambique a été l’un des principaux sujets évoqués. Les deux interlocuteurs ont également souligné l’importance du rôle des Centres Multimédia Communautaires (CMC) en tant que moteurs du développement des populations locales et d’autonomisation des communautés rurales dans la lutte contre la pauvreté. M. Matsuura s’est félicité du fait que les autorités mozambicaines considèrent l’éducation comme une priorité et a assuré son interlocuteur de l’assistance technique de l’Organisation dans ses domaines de compétence. M. Matsuura a conclu en se réjouissant de la coopération très positive entre le Bureau de l’UNESCO à Maputo et les autorités du Mozambique.

Le 4 mai, le Directeur général a visité les locaux de Radio Voz Coop. Cette station de radio de proximité a été créée en 2002 dans le cadre du projet de développement des médias mis en oeuvre par l’UNESCO dans un quartier de Maputo et géré par l’União Geral das Cooperativas (Union générale des paysannes), par l’intermédiaire d’un bureau qui compte sept membres et grâce à la participation de 20 volontaires formés localement. En 2008, la station de radio deviendra un CMC à part entière. M. Matsuura a également rendu visite à Malangatana Valente Ngwenya, artiste de renommée internationale qui a créé un large éventail d’œuvres qui prennent les formes les plus diverses : du dessin et des fresques murales à la poésie et la musique, en passant par la céramique et la sculpture.

Le 5 mai, M. Matsuura s’est entretenu avec M. Venâncio Simão Massingue, ministre des Sciences et des technologies, qui a exposé la stratégie globale de son pays en vue de tirer parti des sciences et des technologies pour faire reculer la pauvreté, favoriser la croissance économique et créer des richesses. M. Simão Massingue a insisté sur l’importance de l’aide apportée par l’UNESCO aux pays en développement afin que ces derniers atteignent les objectifs de développement définis par la communauté internationale, notamment dans le domaine des sciences et des technologies. Il a également rendu hommage à l’Organisation pour son action au Mozambique. M. Matsuura s’est déclaré très satisfait des initiatives prises par le Mozambique dans le domaine des sciences et des technologies et a affirmé la volonté de l’UNESCO d’accompagner les pays africains dans l’élaboration de leurs politiques, le développement de leurs capacités et l’intensification de leurs activités de recherche.

Lors de son entretien avec M. Aires Bonifacio Ali, ministre de l’Éducation et de la culture, le Directeur général a exprimé sa satisfaction quant à la participation active du Mozambique aux actions de préservation de son patrimoine culturel immatériel, notamment des Timbila Chopi et du rituel Gule Wamkulu, chefs d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité. Tous deux ont également évoqué les progrès du projet de restauration de la forteresse San Sebastian sur l’île de Mozambique, site inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial.

Le Directeur général a assisté à un déjeuner de travail avec les membres de l'Équipe de pays des Nations Unies (UNCT) au Mozambique. Les discussions ont essentiellement porté sur les actions menées par l’UNCT en vue de mettre en oeuvre le Programme unique au Mozambique. M. Matsuura a salué la démarche stratégique globale suivie par l’Équipe, approche capitale pour que les institutions spécialisées soient véritablement « Unies dans l’action ». Il a également rappelé la nécessité de tenir compte à la fois des priorités nationales et de tous les objectifs de développement définis à l’échelle internationale, à l’image des six objectifs de l’Éducation pour tous (EPT).

L’après-midi du 5 mai, le Directeur général a participé à la cérémonie d’ouverture de la 8e conférence biennale de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA). Les autres orateurs de cette cérémonie d’ouverture étaient les suivants : M. Guebuza, Président du Mozambique, le Premier ministre de la République Unie de Tanzanie, représentant du Président Kikwete, le président de l’Union africaine et le ministre de l’Éducation algérien, représentant du Président Bouteflika, lui-même président du Groupe de l’UA pour l’éducation.

Dans son discours, le Directeur général a salué la place centrale désormais accordée à l’enseignement post-primaire en Afrique, étant donné les progrès importants réalisés par les pays africains en vue d’assurer un enseignement primaire de qualité pour tous. M. Matsuura a néanmoins fait remarquer que des problèmes subsistent, notamment le niveau élevé du taux d’abandon, la médiocrité de la qualité, en particulier du fait du nombre insuffisant d’enseignants formés, la faiblesse des taux d’alphabétisation parmi les adultes et les restrictions en termes d’accès à des services d’accueil et d’éducation des jeunes enfants. En ce qui concerne les stratégies visant à développer l’enseignement secondaire, professionnel et supérieur en Afrique, ainsi que les difficultés inhérentes à une telle politique, le Directeur général a attiré l’attention sur trois aspects essentiels : l’équité dans l’accès à ces enseignements, leur qualité et leur pertinence au regard de la situation en Afrique aujourd’hui, et le travail en partenariat. Pour conclure, M. Matsuura a exprimé son espoir de voir la conférence de l’ADEA « renforcer la détermination de tous les acteurs présents – qu’ils soient dirigeants politiques, décideurs, représentants d’agences de développement, chercheurs ou spécialistes de l’éducation – à travailler ensemble pour offrir à tous la possibilité de recevoir une éducation pertinente de qualité. Et je dis bien à tous, sur tout le continent africain. »

Le 6 mai, le Directeur général s’est rendu sur l’île de Mozambique, avec les représentants de deux des pays donateurs, à savoir l’Ambassadeur du Japon et l’Ambassadeur du Portugal au Mozambique. M. Matsuura a visité la forteresse San Sebastian, ainsi que le CMC et le musée qui se trouvent sur l’île.

Liens utiles 

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 055-2008 -  Date de publication: 16-05-2008

© UNESCO 1995-2010 - ID: 42443