Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

Le Directeur général participe à un atelier biennal conjoint du réseau interinstitutions des Nations Unies pour les femmes et l'égalité des genres et du réseau du CAD (OCDE) sur l’égalité homme-femme

Le 28 janvier 2008, le Directeur général a participé à la session d’ouverture de l’atelier biennal conjoint du réseau interinstitutions pour les femmes et l'égalité entre les sexes et du réseau du CAD (OCDE) sur l’égalité homme-femme (GENDERNET), qui s’est tenue à Paris, au centre de conférences de l’OCDE, tout récemment rénové.

M. Mario Amano, Secrétaire général adjoint de l’OCDE et M. Eckhard Deutscher, Président du Comité d'aide au développement de l'OCDE, étaient également présents. Mme Rachel Mayanja, empêchée, Présidente du réseau interinstitutions pour les femmes et l'égalité entre les sexes et Conseillère spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la parité des sexes et la promotion de la femme, était représentée par Mlle Marcela Villarreal, Directrice de la Division de la parité, de l'équité et de l'emploi rural de l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

M. Matsuura dans son allocution a félicité les organisateurs de la réunion pour cette initiative, étant donnée l’importance incontestable du renforcement des partenariats entre les organismes multilatéraux et bilatéraux en faveur de l’égalité entre des genres et l’autonomisation des femmes, en particulier dans la perspective de la réalisation du troisième Objectif du Millénaire pour le développement. A cet égard, il a souligné l’importance du Consensus de Monterrey et du troisième Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide, et a exprimé l’espoir qu’ils contribueraient ensemble à accorder la priorité au financement de projets en faveur de l’égalité entre les sexes.

Tout en saluant les efforts réalisés par les personnes oeuvrant en faveur de l’égalité des genres pour collecter des fonds, il a demandé que davantage d’efforts soient déployés, notamment grâce à l’allocation par les sources de financement traditionnelles de ressources ordinaires pour la promotion de l’égalité entre les sexes et l’adoption par celles-ci de budgets prenant en compte cette problématique. « Mais cela ne suffira pas», a-t-il affirmé. « Nous devons également nous tourner vers de nouvelles sources de financement, telles que les fondations privées ».

Le Directeur général a ensuite précisé que l’UNESCO considère comme prioritaires les questions liées à l’égalité des genres, inscrites parmi les deux priorités de sa Stratégie à moyen terme pour 2008-2013 et de son Programme et budget 2008-2009. « Dans sa Stratégie à moyen terme, l’UNESCO s’est engagée à établir un plan d’action relatif à l’égalité des genres pour 2008-2013, axé sur les résultats, afin de définir l’action envisagée par l’Organisation dans ses domaines de compétence, avec des résultats concrets, des calendriers et des allocations budgétaires », a-t-il déclaré.

M. Matsuura a également annoncé la récente transformation de la Section pour les femmes et l'égalité des genres du Bureau de la planification stratégique – principale entité de l’UNESCO pour la coordination et le suivi de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes – en Division de l’égalité des genres, et de la promotion de sa responsable, Mlle Gülser Corat, au niveau de Directeur. Il a également précisé qu’il l’avait invitée à rejoindre la Direction générale.

Afin d’illustrer le fonctionnement de pratiques et de partenariats novateurs et complémentaires, le Directeur général a fait référence aux deux partenariats emblématiques de l’UNESCO: le partenariat L’OREAL-UNESCO pour les femmes et la science, qui décerne à des femmes scientifiques exceptionnelles du monde entier des bourses et des prix leur permettant de poursuivre leurs carrières; et le partenariat UNESCO-Sony Ericsson WTA Tour pour l’égalité des genres, dans le cadre duquel des stars féminines du tennis telles que Venus Williams participent à des campagnes mondiales de collecte de fonds en vue de financer des projets relatifs au leadership des femmes et à l’égalité entre les sexes dans le monde entier. « Les initiatives telles que ces partenariats ne peuvent et ne doivent pas se substituer au financement bilatéral ou multilatéral » a-t-il déclaré. « Néanmoins, étant donnée la quantité considérable de ressources qui est nécessaire pour tenir les engagements internationaux en matière d’égalité des genres et d’autonomisation des femmes, nous devons envisager et rechercher de nouveaux partenariats ».

M. Matsuura a souligné l’importance de la collaboration entre les différents organismes des Nations Unies afin de mettre en commun leurs ressources et leur expertise, notamment grâce aux projets pilotes exécutés au niveau national autour du concept « Unis dans l’action », ou encore au moyen de mécanismes interinstitutionnels mis en place.

Le Directeur général a fait part de sa volonté de présenter, au nom des participants, en conclusion, et recommandations issues de leurs délibérations, lors de la prochaine réunion du Conseil des chefs de Secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS), qui aura lieu à Berne, en Suisse, en avril 2008.

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 013-2008 -  Date de publication: 04-02-2008

© UNESCO 1995-2010 - ID: 41775