Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique : prochaine entrée en vigueur ?

Délégués permanents, experts et journalistes se sont réunis le 23 novembre 2007 à l’UNESCO au cours d’une journée de sensibilisation sur le patrimoine culturel subaquatique.

Un colloque d’experts internationaux de renom en archéologie subaquatique, une réunion d’information des délégués permanents, ouverte par le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, et une soirée destinée à un large public, avec la projection de documentaires sur le sujet, étaient au menu de cette journée.

Ce patrimoine suscite un engouement croissant, a noté M. Matsuura. « Des musées subaquatiques se créent et des épaves entières sont portées au jour, développant de nouvelles formes de tourisme ». « Or il est fondamental pour la préservation de la mémoire historique de mettre un terme au trafic illicite déjà si florissant alimenté par les pilleurs des mers », a-t-il souligné.

La Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique, adoptée par l’UNESCO en 2001, viendra compléter la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer et apportera une solution à la question de la coopération entre les Etats sans modifier leurs droits de souveraineté ou la définition des zones maritimes en vertu d’autres traités internationaux. « Pour assurer sa mise en œuvre effective, chaque Etat partie devra fournir des moyens financiers et un personnel compétent – experts, archéologues sous-marins, conservateurs, agents administratifs -, capacités qui font encore cruellement défaut à certains », a-t-il ajouté.

Le Directeur général s’est félicité des initiatives de coopération internationale en cours, en Croatie, avec le Centre régional pour l’archéologie subaquatique de Zadar, qui vient de se voir octroyer les auspices de l’UNESCO par la Conférence générale, ou encore au Sri Lanka, où un centre de formation pour archéologues subaquatiques pour la région Asie-Pacifique verra bientôt le jour. Des formations et des réunions d’information sont prévues dans d’autres régions, avec le concours du Comité international pour le patrimoine culturel subaquatique de l’ICOMOS, pour préparer les archéologues et sensibiliser interlocuteurs et acteurs locaux aux principes de la Convention.

« Les sept conventions constituant le dispositif normatif de l’UNESCO dans le domaine de la culture ont été conçues de manière complémentaire pour une protection efficace de toutes expressions de la diversité culturelle » a noté M. Matsuura. « L’UNESCO veillera, comme pour les autres Conventions dont elle a la charge dans le domaine culturel, à ce que le développement des capacités, l’échange de meilleures pratiques et la solidarité internationale puissent bénéficier à tous ».

D’ici à quelques mois, les résultats des premiers pas accomplis pourront être partagés au cours du troisième Congrès international d’archéologie subaquatique qui se tiendra à Londres sous le patronage de l’UNESCO.

Seize Etats ont déjà déposé leur instrument de ratification auprès de l’UNESCO, et une trentaine d’autres ont annoncé leur ratification prochaine de la Convention. Le seuil des vingt ratifications nécessaires à son entrée en vigueur devrait donc être bientôt atteint.

Liens utiles 

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 182-2007 -  Date de publication: 26-11-2007

© UNESCO 1995-2010 - ID: 41332