Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

Visite officielle du Président de la République islamique de Mauritanie, M. Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi

Le 29 octobre 2007, M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO, M. Georges Anastassopoulos, Président de la Conférence générale, et M. Xinsheng Zhang, Président du Conseil exécutif, ont accueilli au Siège de l’UNESCO M. Sidi Mohhamed Ould Cheikh Abdallahi, Président de la République islamique de Mauritanie.

S’adressant devant la 34ème session de la Conférence générale de l’UNESCO, le Président M. Ould Cheikh Abdallahi a affirmé : « Nous partageons les préoccupations et les ambitions de votre actuelle session (…). Je pense en particulier à l’Initiative concernant la formation des enseignants en Afrique sub-saharienne, à l’année mondiale pour le dialogue entre les cultures, à l’encouragement du multilinguisme, à la lutte contre la discrimination dans le domaine e l’enseignement, à la célébration du soixantième anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme ».

Rendant un hommage appuyé à la coopération nouée avec l’UNESCO, le Président mauritanien s’est félicité des actions communes menées en vue de la généralisation de l’enseignement, de l’éradication de l’analphabétisme, de la protection des cités anciennes et des sites touristiques, notamment Chinguetti, Ouadane, Oualata, Tichitt et le Parc d’Arguin.

Concluant son allocution, le Président Ould Cheikh Abdallahi a mis l’accent sur la nécessité d’un dialogue des cultures renouvelé au niveau international : « Cela crée pour l’UNESCO et pour nous tous une responsabilité renforcée d’agir sans relâche pour dessécher les sources de la haine et de la xénophobie dans l’esprit des hommes », a-t-il souligné.

Au cours d’un entretien bilatéral, M. Matsuura a annoncé au Président de la République que les autorités japonaises venaient de donner leur accord au financement d’un projet d’appui préparé par l’UNESCO en faveur de la sauvegarde et valorisation du site de Tichitt, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1996. « Il faut placer la sauvegarde du patrimoine culturel au service de la mémoire et de l’histoire, mais il faut également l’intégrer à une politique du développement durable. Je me réjouis que ce nouveau projet, avec l’appui des autorités japonaises, puisse donner un nouvel élan à cette ambition », a notamment souligné M. Matsuura. Le Directeur géénral a également assuré le Président que le Bureau multipays de l’UNESCO à Rabat, dans le cadre du Programme d’appui au développement de l’éducation en Mauritanie (PADEM), apporterait tout son soutien aux Etats généraux de l’éducation, prévus en Mauritanie au cours de l’année 2008.

Liens utiles 

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 164-2007 -  Date de publication: 30-10-2007

© UNESCO 1995-2010 - ID: 41096