Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

L’UNESCO accueille une réunion informelle des ministres Africains de l’éducation

Le 25 octobre 2007, le Directeur général a ouvert une réunion informelle des ministres Africains de l’éducation, qui s’est tenue en marge des travaux de la 34e session de la Conférence générale.

Le Commissaire pour les ressources humaines, la science et la technologie de l’Union africaine, le Professeur Nagia Essayad, participait également à cette rencontre.

M. Matsuura a tenu à remercier les ministres présents pour leur participation et les témoignages qu’ils ont apportés à l’occasion du débat de politique générale de la 34e Session. Il a également rappelé que cette rencontre s’inscrivait « dans le contexte d’une relation durable et constante ». « Nous étions ensemble, il n’y a pas si longtemps à Bamako à l’ occasion du Forum Régional sur l’Alphabétisation (voir Flash Info n° 118-2007). A nouveau la semaine dernière, la Table Ronde sur l’Education et le Développement qui s’est tenue à l’UNESCO (voir Flash Info n°145-2007), nous a donné une nouvelle occasion de débattre et d’échanger », a-t-il rappelé. Il a également noté l’importance de la prochaine réunion du Groupe de Haut niveau, qui se tiendra à Dakar du 11 au 13 décembre prochain, qui permettra de « dresser l’état des progrès enregistrés pour atteindre les 6 objectifs de l’EPT et de donner un coup de projecteur utile sur les défis auxquels l’Afrique doit faire face ».

M. Matsuura, après avoir rappelé le rôle du COMEDAF, qui offre la cadre formel de la coopération entre l’UNESCO et les ministres africains de l’éducation, s’est réjoui que cette rencontre au Siège, en marge des travaux de la Conférence générale fournisse une occasion supplémentaire de discuter de façon tout à fait informelle des projets et activités de l’UNESCO en Afrique.

Abordant la mise en œuvre et la poursuite des projets phare comme les Initiatives TTISSA, LIFE et EDUSIDA, il s’est félicité de la présence de représentants du Secteur de l’Education, du Bureau régional du BREDA, des Divisions du Secteur de l’éducation, des Instituts et des Clusters revêt une grande importance : « Ils travaillent ensemble à la mise en œuvre de ces programmes phare et il est très utile pour eux de vous écouter attentivement et de pouvoir répondre aux questions que vous leur poserez. Leur présence démontre combien ces programmes sont profondément enracinés dans les activités de programme de l’UNESCO ». A cette occasion, le Directeur général a réaffirmé le plein soutien de l’UNESCO à la deuxième décennie de l’Union africaine pour l’éducation en Afrique. « Soutien que la stratégie à moyen terme de l’Organisation reflète en réaffirmant que l’Afrique est la priorité de l’Organisation », a-t-il dit.

« L’EPT est, et demeure, notre priorité. (…) Cependant il faut également garder à l’esprit les autres défis à relever. De nombreux pays qui ont réalisé des progrès significatifs dans le domaine de l’enseignement primaire, se trouvent désormais confrontés à une demande croissante dans le domaine de l’enseignement secondaire, technique et professionnel et dans le domaine de la formation (TVET). Comment l’UNESCO peut-elle leur apporter un soutien adapté à ces nouveaux besoins ? Nous devons apporter une réponse à cette question cruciale », a-t-il ajouté.

M. Matsuura a assuré qu’il porterait une attention particulière aux propositions et commentaires qui sortiront de cette rencontre et a vivement remercié les participants pour la confiance qu’ils accordent à l’UNESCO qui est « particulièrement fière d’accompagner l’Afrique sur la voie d’un développement durable ».

Liens utiles 

Auteur(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 160-2007 -  Date de publication: 26-10-2007

© UNESCO 1995-2010 - ID: 41004