UNESCO Banner

DIRECTRICE GENERALE DE L'UNESCO

Quatrième réunion du Comité UNESCO pour le NEPAD

Quatrième réunion du Comité UNESCO pour le NEPAD
  • © UNESCO/M. Ravassard

La quatrième réunion du Comité UNESCO pour le NEPAD* s’est ouverte le 9 juillet en présence du Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, du Président du Comité, Secrétaire général de l’Association mondiale de l’Appel islamique (WICS), M. Mohamed Ahmed Chérif, et de la Présidente du Groupe africain, Ambassadrice du Gabon auprès de l’UNESCO, Mme Yolande Bike.

Dans son allocution d’ouverture, le Directeur général a rappelé l’objectif de ce Comité, visant à « faciliter l’accompagnement de la mise en œuvre des différents programmes de l’Union africaine/NEPAD dans le cadre des périodes couvertes par la Stratégie à moyen terme ». « Le Comité a dès le début prouvé son extrême utilité, a-t-il ajouté. De nombreuses recommandations ont été formulées à notre Organisation, dont celle de s’adresser au Comité des chefs d’Etats. C’est suite à cette recommandation que j’ai pu pour la première fois, en juillet 2004 à Addis-Abeba, m’adresser au Comité des Chefs d’Etat et de gouvernement pour la mise en œuvre du NEPAD, ce qui a constitué un moment historique pour notre Organisation. »

Il a poursuivi : « C’est notamment suite aux recommandations du Comité qu’une collaboration intense s’est engagée avec le Secrétariat du NEPAD et la Commission de l’Union africaine pour faire en sorte que les domaines de compétence de l’UNESCO et en particulier l’éducation et la culture disposent d’un plan d’action approuvé au niveau des chefs d’Etat, au même titre que les autres domaines prioritaires tels que les infrastructures, l’énergie ou l’agriculture. »

Il a par ailleurs tenu à rappeler les nombreux acquis de cette collaboration : le Plan d'action consolidé sur la science et la technologie en Afrique ; le Plan d'action de la Deuxième Décennie de l’éducation pour Afrique (2006-2015) ; l’ensemble des décisions historiques adoptées par le Sommet de Khartoum pour la culture, dont la Charte révisée de la Renaissance culturelle africaine, le Fonds africain du patrimoine mondial, le plan d’action des industries culturelles, le Plan d’action pour la promotion des industries culturelles pour le développement de l’Afrique et le Plan d’action linguistique pour l’Afrique ; les décisions du Sommet mondial pour la Société de l’Information (SMSI) et le Plan d’action régional pour l’Afrique sur l’économie du savoir (ARAPKE) ; et enfin les plates-formes transversales relatives aux jeunes, au genre, au cadre d’action continental pour le post-conflit, la reconstruction et le développement ainsi qu’une stratégie pour la gestion des situations de post-désastre.

Il a terminé en assurant les participants « que l’UNESCO veillera à inscrire toutes ses activités dans le cadre de la complémentarité avec les partenaires au développement de l’Afrique, plus particulièrement les autres agences du système des Nations Unies, afin de continuer à mobiliser toutes les bonnes volontés ».



*Les dix membres du Comité sont : M. Mohamed Ahmed Sherif (Libye), Mme Sahle-Work Zewde (Ethiopie), M. Wilfried Inotira Emvula (Namibie), M. André Sonko (Sénégal), M. Bakary Tio-Touré (Côte d’Ivoire), M. Joseph Owona (Cameroun), M. Anthony Benjamin Ebeigbe ( Nigeria), Mme Nomasonto Maria Sibanda-Thusi (Afrique du Sud), M. Filippe Savadogo (Burkina Faso), M. Messan Adimado Aduayom (Togo).

  • Auteur(s):La Porte-parole
  • Source:Flash Info N° 095-2007
  • 10-07-2007
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific