UNESCO Banner

DIRECTRICE GENERALE DE L'UNESCO

Le Directeur général participe à une table ronde sur les femmes qui font la paix à l’occasion de la Journée internationale de la Femme

Le Directeur général participe à une table ronde sur les femmes qui font la paix à l’occasion de la Journée internationale de la Femme
  • © UNESCO/M. Ravassard

Le 8 mars, le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a participé à la table ronde sur les femmes qui font la paix organisée à l’occasion de la Journée internationale de la Femme au siège de l’UNESCO.

Parmi les participants à la table ronde figuraient Mme Sylvie Kinigi, ancien Premier ministre du premier gouvernement démocratiquement élu et ethniquement mixte du Burundi ; Mme Luz Mendez, une des rares femmes à avoir participé aux négociations de paix guatémaltèques au début des années 1990 ; Mme Rythe-Gaby Vermont-Mangold qui, grâce au Parlement suisse et au Conseil de l’Europe, a aidé à gagner la reconnaissance internationale aux femmes militantes de la paix ; Sénateur Mobina Jaffer, ancienne Envoyé spécial du Canada pour la paix au Soudan et présidente du Comité canadien responsable pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les Femmes, la Paix et la Sécurité ; et l’ambassadeur Swanee Hunt, fondatrice de l’Initiative for Inclusive Security qui aide à rassembler et à former des femmes qui font la paix dans le monde.

Dans son discours, M. Matsuura a souligné comment le thème de la table ronde est lié au message consensuel de la Journée internationale de la Femme – soit « Faire cesser l’impunité de la violence contre les femmes ». « La violence », a-t-il dit, « est un fil commun dans le tissu de la vie quotidienne des femmes… responsable de la majorité des décès de femmes âgées de 15 à 44 ans dans le monde entier…[et]… elle reste trop souvent impunie ». Il a expliqué que de telles violences sont particulièrement aggravées par les situations de conflits, et a souligné que c’était une raison supplémentaire pour que les femmes participent aux processus mis en place pour résoudre les conflits.

Faisant référence à la Résolution 1325 des Nations Unies, qui engage tous les Etats membres à promouvoir la participation des femmes aux processus de décision et de paix, l’intégration d’une prise en compte des sexes et la formation à la construction de la paix, et la protection des femmes dans les conflits armés, le Directeur général a pris le temps de rendre hommage à Mme Angela King, la diplomate jamaïcaine et officiel de l’ONU qui vient de mourir et qui était une force motrice derrière la conception et le vote de la résolution. Cependant, tout en saluant le fait que des engagements internationaux comme la Résolution 1325 et le Comité des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) sont allés loin dans la sensibilisation à l’égalité des sexes et au rôle des femmes dans la construction et le maintien de la paix, le Directeur général a reconnu que malgré « l’avancement que la résolution 1325 représente, et les contributions faites sans relâche par des personnes comme Mme Angela King, les femmes demeurent sous-représentées dans les processus de paix et aux niveaux les plus élevés de la prise de décision. Le fossé entre la volonté politique et la réalité reste vraiment important ».

Enfin, le Directeur général a félicité Mme Thacoor-Sidaya, Ambassadeur et Déléguée permanente de Maurice à l’UNESCO pour son initiative de fonder le « Groupe des ambassadeurs à l’UNESCO pour l’égalité de sexes ». Il a exprimé l’espoir que ce groupe joue un rôle important dans le renforcement de l’action de l’UNESCO en faveur de l’égalité des sexes et du rôle des femmes.

  • Auteur(s):La Porte-parole
  • Source:Flash Info N°039-2007
  • 13-03-2007
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific