Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Le Directeur général condamne la vague d’assassinats et de violences contre des journalistes iraquiens

Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd’hui le meurtre de six journalistes et employés des médias iraquiens, survenus au cours de plusieurs incidents, ainsi que d’autres violences exercées en Iraq contre des journalistes.

« Je condamne le meurtre des journalistes Khudr Younis al-Obaidi, Yassin Aid Assef et Falah Khalaf Al Diyali », a déclaré le Directeur général. « Je suis horrifié par le nombre de journalistes iraquiens qui payent de leurs vies leur engagement professionnel au service du droit de l’homme fondamental qu’est la liberté d’expression ».

« Je condamne également les différentes pressions exercées contre les médias, notamment l’enlèvement d’Akil Adnan Majid et le harcèlement qu’auraient subi des journalistes au nord de l’Iraq, dans le Kurdistan », a ajouté Koïchiro Matsuura.

Rappelant la Déclaration adoptée par les participants à la Conférence internationale sur la liberté d’expression et le développement des médias en Iraq, qui s’est tenue plus tôt en janvier à l’UNESCO, Koïchiro Matsuura a ajouté : « Tant les représentants du gouvernement que les professionnels des médias considèrent le rôle de la presse comme essentiel pour la reconstruction de l’Iraq. Ils s’accordent aussi sur la nécessité de rechercher et de traduire en justice les responsables de ces crimes contre les journalistes. J’espère que les autorités sur le terrain coopéreront pour que ce souhait devienne réalité ».

D’après le Comité de protection des journalistes (CPJ), Khudr Younis al-Obaidi, reporter pour le journal Al-Diwan, a été abattu par des inconnus le 15 janvier à Mossoul, au nord de l’Iraq.

Selon Reporters sans Frontières (RSF), plusieurs employés du journal gouvernemental Al Sabah ont été tués entre le 12 et le 16 janvier. Deux d’entre eux, dont les noms n’ont pas été révélés, ont été enlevés dans les bureaux du journal le 12 janvier et retrouvés égorgés le lendemain. Yassin Aid Assef, correspondant d’Al Sabah, a été tué par une bombe le 14 janvier alors qu’il travaillait à Bagdad. Le 15 janvier, le journaliste Falah Khalaf Al Diyali a été abattu par des inconnus à Ramadi, à l’ouest de Bagdad.

Le 16 janvier, le corps d’un vigile a été retrouvé sur le toit d Al Sabah. D’après le journal - qui ne souhaite pas divulguer le nom du vigile –ce dernier a probablement été abattu à distance alors qu’il inspectait le toit. RSF fait aussi état de l’enlèvement le 9 janvier d’Akil Adnan Majid, comptable à Al Sabah. Aucun contact n’aurait été établi avec les ravisseurs selon RSF qui précise que six journalistes ou employés des médias sont actuellement retenus en otage dans le pays.

Selon Reporters sans Frontières, 146 journalistes et employés des médias ont été tués depuis l’entrée en Iraq de la coalition menée par les Etats-Unis, en mars 2003.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Communiqué de presse N°2007-06
Date de publication 22 Jan 2007
© UNESCO 1995-2007 - ID: 36512