Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Le Directeur général condamne le meurtre de l’humoriste Walid Hassan et des journalistes Luma M. Reyad et Fadia M. Abid

Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd’hui la vague de violence qui a fait des centaines de morts et de blessés le 23 novembre à Bagdad, ainsi que les attaques contre la liberté d’expression qui ont coûté la vie à l’humoriste Walid Hassan et aux journalistes Luma Mohammad Reyad et Fadia Mohammed Abid.

« Je suis profondément affligé par la violence absurde qui cherche à détruire l’unité de la nation iraquienne », a déclaré le Directeur général, avant de poursuivre : « Ces attaques dévastatrices créent un climat de haine et de sectarisme ».

Koïchiro Matsuura a également condamné la campagne qui vise, à travers des assassinats, ce droit de l’homme fondamental qu’est la liberté d’expression. « Je condamne le meurtre de Walid Hassan, comédien et réalisateur à la télévision, ainsi que ceux des journalistes Luma Mohammad Reyad et Fadia Mohammed Abid », a déclaré le Directeur général. « Le comédien Walid Hassan a été tué parce qu’il exerçait son droit à s’exprimer librement, un droit qui inclut la liberté de faire de l’humour. Luma Mohammad Reyad et Fadia Mohammed Abid sont les derniers en date d’une longue liste de professionnels consciencieux, victimes héroïques d’une campagne de violence sans frein ».

Walid Hassan, vedette du programme hebdomadaire « Caricatures » sur la chaîne Al Sharkiya, a été tué le 21 novembre alors qu’il essayait d’échapper à une tentative d’enlèvement à Bagdad. Son programme se moquait aussi bien des troupes nord-américaines que des politiciens iraquiens, des insurgés sunnites et des milices chiites.

Luma Mohammad Reyad, reporter à Al Dustoor, a été tué à Ba’kouba, au nord de Bagdad, le 17 novembre, selon le Syndicat des journalistes iraquiens. Le 15 novembre, des hommes armés ont abattu Fadia Mohammed Abid, du journal local Al-Masar, et son chauffeur, à l’est de Mossoul.

Selon la Fédération internationale des journalistes, qui fait état de 60 morts pour la seule année en cours, au moins 161 employés des médias ont été tués en Iraq depuis le début de la guerre.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Communiqué de presse N°2006-144
Date de publication 27 Nov 2006
© UNESCO 1995-2007 - ID: 35908