Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Directeur général condamne le meurtre des journalistes allemands Karen Fischer et Christian Struwe en Afghanistan

11-10-2006 5:00 pm Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd’hui le meurtre des journalistes allemands Karen Fischer et Christian Struwe en Afghanistan et a lancé un appel pour améliorer la sécurité des journalistes qui travaillent dans le pays. « Je condamne le meurtre de Karen Fischer et Christian Struwe », a déclaré le Directeur général. « Il est essentiel que les journalistes, qu’ils soient Afghans ou étrangers, puissent pratiquer leur profession en sécurité. Le fait qu’ils puissent exercer ce droit de l’homme fondamental qu’est la liberté d’expression est crucial pour l’établissement de la démocratie et de l’Etat de droit en Afghanistan », a conclu Koïchiro Matsuura.

Karen Fischer, 30 ans, et Christian Struwe, 38 ans, qui préparaient un film documentaire pour le réseau allemand Deutsche Welle, voyageaient vers Bamiyan, dans la province de Baghlan, à 160 km au Nord-Ouest de Kaboul, quand ils ont été assassinés, le 6 octobre, par des individus armés.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»






Source Communiqué de presse N°2006-126
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 35062 | guest (Lire) Mise à jour: 11-10-2006 4:11 pm | © 2003 - UNESCO - Contact