Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Le Directeur général condamne avec vigueur le meurtre de l’éducatrice et défenseuse afghane des droits de la femme, Safia Ama Jan

Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a vigoureusement condamné aujourd’hui le meurtre de la défenseuse afghane des droits de la femme et militante de l’éducation des jeunes filles, Safia Ama Jan, qui a été abattue devant son domicile à Kandahar le 25 septembre.

Koïchiro Matsuura a également annoncé que l’UNESCO mènerait une étude sur la violence contre les personnels de l’éducation pour mieux comprendre la portée du phénomène, identifier les zones où les éducateurs sont le plus en danger et examiner ce qui pourrait être fait pour améliorer leur protection et leur sécurité. L’étude sera publiée et dédiée à la mémoire de Safia Ama Jan.

« Safia Ama Jan a été assassinée parce qu’elle défendait les droits de la femme et qu’elle était farouchement déterminée à donner aux jeunes filles d’Afghanistan accès à l’éducation », a déclaré le Directeur général. « Cet acte intolérable doit être condamné comme un crime contre le peuple afghan tout entier – parents, enfants, et tous ceux qui travaillent à la reconstruction de ce grand pays et à la consolidation de son futur. Tout doit être fait pour traduire en justice les lâches qui ont perpétré cette agression ».

« Cette semaine, le 5 octobre, la Journée mondiale des enseignants est célébrée pour les millions d’éducateurs du monde entier qui travaillent à donner un meilleur avenir à nos enfants. Safia Ama Jan a été une enseignante qui, pendant le régime des Talibans, a risqué sa vie en faisant fonctionner une école clandestine pour filles dans sa propre maison. En tant que directrice des Affaires des Femmes de la province de Kandahar, elle a travaillé de façon infatigable à re-scolariser les jeunes filles afghanes et à fournir une formation professionnelle aux femmes ».

« Son courage a été une source d’inspiration pour nous tous. Et sa mort violente nous rappelle malheureusement que ceux qui travaillent à la défense des droits humains, particulièrement des droits de la femme, du droit à l’éducation et à l’éducation des filles, travaillent souvent en première ligne, mettant en permanence leurs vies en danger ».

« Les autorités nationales et la communauté internationale doivent rester unies contre les forces qui voudraient détruire les efforts faits par des gens comme Safia Ama Jan. L’éducation est l’un des piliers du développement, de la prospérité et de la paix. C’est un droit humain. Nous devons faire de notre mieux pour défendre et assurer la sécurité de ceux qui travaillent dans ce domaine vital ».



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Communiqué de presse N°2006-123
Date de publication 03 Oct 2006
© UNESCO 1995-2007 - ID: 34911