UNESCO Banner

DIRECTRICE GENERALE DE L'UNESCO

Deuxième réunion du Comité international d’experts sur la sauvegarde du patrimoine culturel de la Vieille Ville de Jérusalem (4-5 septembre 2006)

Le Directeur général a ouvert le 4 septembre 2006 la deuxième réunion du Comité international d’experts sur la sauvegarde du patrimoine culturel de la Vieille ville de Jérusalem, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial compte tenu de sa valeur culturelle exceptionnelle en 1981 et sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1982.

Rappelant que « le contexte politique a rarement permis d’entreprendre, en collaboration avec toutes les parties concernées, les projets que nous souhaitions mettre en œuvre », le Directeur général a souligné que « dans le domaine spécifique de la préservation du patrimoine qui est le nôtre, le chemin accompli depuis deux ans n’est pas négligeable ».

« Depuis l’initiative que j’ai lancée en 2001, reprise en 2003, approuvée et renforcée à plusieurs reprises par le Conseil exécutif et la Conférence générale de l’UNESCO, comportant notamment la mise en place de votre Comité [...], et malgré la situation difficile qui prévaut, de nombreux progrès ont été réalisés », a-t-il ajouté, « progrès [...] possibles grâce à vous, aux recommandations que vous aviez formulées il y a un an et demi, et à la coopération active des communautés en présence ».

Le Directeur général a en particulier mentionné que « grâce à une généreuse contribution financière de l’Italie, ainsi qu’un soutien de l’Espagne, un certain nombre d’activités ont pu être entreprises depuis le mois de septembre 2005 parmi lesquelles plusieurs missions techniques et des études de terrain ».

L’action de l’UNESCO se concentre autour de cinq volets principaux : établissement d’une carte des besoins en matière de conservation des monuments et des sites historiques ; identification d’un certain nombre de projets de conservation et de restauration à publier sous forme de brochure destinée à être présentée à des donateurs potentiels ; réhabilitation de l’habitat en vue de l’amélioration des conditions de vie des habitants par la sauvegarde des éléments architecturaux du tissu urbain ; étude de faisabilité de mécanismes de financement ; programmes de sensibilisation de la population locale, en particulier activités culturelles ou de formation dans le domaine de l’artisanat susceptibles de se dérouler dans des maisons ou locaux rénovés.

Parallèlement à l’élaboration du Plan d’Action, l’UNESCO poursuit certains projets déjà engagés, tels que la mise en fonctionnement du laboratoire de restauration des manuscrits installé dans la Madrasa Al-Ashrafiyeh, restaurée par la Welfare Association, l’aménagement intérieur du Musée islamique Al-Aqsa qui devrait débuter prochainement grâce à une contribution financière de l’Arabie saoudite, ainsi que des activités de promotion des échanges interculturels et interreligieux.

Le Directeur général a rappelé aux experts que « le mandat de notre Organisation est également d’œuvrer à la construction d’un dialogue, seul gage de paix et de tolérance partagée ». « Mon souhait est de voir cette initiative se développer au bénéfice des habitants de la ville autant que de ses monuments, a-t-il ajouté, car l’amélioration de la vie quotidienne, de l’environnement urbain et social est indispensable au maintien de la valeur universelle qui a justifié l’inscription de la Vieille ville de Jérusalem sur la Liste du patrimoine mondial. »

Il a conclu : « Nous comptons sur vous non seulement pour évaluer le travail déjà accompli, mais aussi pour nous donner les orientations permettant d’entreprendre, aussitôt que possible, la seconde phase du Plan d’action, c’est-à-dire sa mise en œuvre effective. Nous ne pouvons nous contenter d’études – aussi complètes et valables soient-elles. Ce n’est pas ce que l’on attend de l’UNESCO, mais bien au contraire des actions concrètes, sur le terrain, démontrant qu’une évolution est possible, qu’une amélioration du tissu et du patrimoine urbains n’est pas une utopie. »

Composé de douze experts internationaux de renommée mondiale ayant une expérience professionnelle de la Vieille ville de Jérusalem dans des domaines aussi variés que l’architecture, l’archéologie, la conservation, la restauration, l’histoire de l’architecture ou encore l’ingénierie civile, le Comité s’était réuni pour la première fois le 26 janvier 2005 au Siège de l’UNESCO.

  • Auteur(s):La Porte-parole
  • Source:Flash info n°130-2006
  • 05-09-2006
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific