Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
L’UNESCO va aider le Liban dans son redressement en matière de culture et d’éducation

30-08-2006 4:00 pm L’UNESCO va apporter son soutien au gouvernement libanais en fournissant une aide à l’éducation technique et professionnelle, aux enfants et aux jeunes traumatisés par les récents événements, ainsi qu’à la préservation du riche patrimoine culturel du pays. Ces domaines d’aide d’urgence, qui s’inscrivent dans le cadre des premiers efforts gouvernementaux de redressement, ont été identifiés durant une mission envoyée la semaine dernière au Liban par l’UNESCO. Cette mission dirigée par le directeur du Bureau de l’Organisation à Beyrouth, Abdel Moneim Osman, a rencontré le Premier ministre, Fouad Siniora, le ministre de la Culture, Tarek Mitri, et le ministre de l’Education, Khaled Kabbani.Damaged_school_Bint_Jbeil.jpg « L’UNESCO n’épargnera aucun effort pour fournir son expertise au Liban », a déclaré le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, qui a ajouté : « Les événements des récentes décennies ont malheureusement donné à l’Organisation de nombreuses occasions de travailler à des reconstructions post-conflit. Mais cela veut aussi dire que le Liban pourra profiter de cette expérience tant dans sa première phase de redressement que lors de la reconstruction à grande échelle qui suivra ».

Le projet destiné aux enfants et aux jeunes s’orientera vers une aide psychologique et sociale en utilisant la culture comme support. Il formera des formateurs au soulagement du stress et des traumatismes dus à un conflit. Cette aide mettra aussi l’accent sur l’éducation civique et la citoyenneté, ainsi que sur des activités artistiques et créatives en vue d’aider les différentes communautés libanaises à surmonter les éventuelles divisions créées par le conflit et à vivre ensemble harmonieusement. L’UNESCO dispose d’une grande expérience dans ce domaine car elle a déjà participé à de tels projets au Liban au début des années 80, au lendemain de la guerre civile.

L’UNESCO aidera aussi à la réparation et au rééquipement de 18 écoles professionnelles et techniques qui ont été utilisées pour héberger des personnes déplacées lors du récent conflit. L’objectif est de remettre ces écoles en état d’ici la rentrée des classes, le 9 octobre. Cette date a d’ailleurs été proclamée Journée de solidarité avec l’éducation nationale.

La mission de la semaine dernière a constaté que les sites libanais inscrits sur la Liste du patrimoine mondial n’avaient subi aucun dommage visible. Cependant, une évaluation complète des sites culturels et historiques est nécessaire, y compris sur tous les sites du patrimoine mondial du Liban. « Ainsi, une étude doit être menée pour vérifier si les anciens vestiges de Baalbek n’ont pas été affaiblis structurellement par les impacts des bombes qui ont explosé à proximité », a précisé Abdel Moneim Osman.

L’impact de la marée noire provoquée dans le vieux port de Byblos – inscrit sur la Liste du patrimoine mondial - par une centrale électrique située à proximité doit aussi être évalué. Cela sera fait en septembre par une équipe d’experts dirigée par Mounir Bouchenaki, Directeur général du Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), une organisation consultative auprès du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le gouvernement libanais a également demandé l’aide de l’UNESCO pour remédier aux dommages infligés à d’autres biens du patrimoine culturel libanais, notamment :

  • Le centre historique de Baalbek dont le souk et des maisons traditionnelles – datant de la période ottomane – ont été gravement endommagés. Aujourd’hui encore, le souk reste important pour la vie socio-économique de la ville historique.

  • Le patrimoine endommagé dans le village fortifié de Chamaa, dans le Sud-Liban, dont les vestiges couvrent la période des Croisades (XIIe siècle), la période mamelouk (XIIIe siècle) et la période ottomane (XVIIIe siècle). Sur ce site, on compte notamment des murs fortifiés, un moulin à huile, le mausolée du prophète Chamaa et les maisons traditionnelles de nombreuses familles aujourd’hui sans abri à cause des bombardements.

    Par ailleurs, l’Organisation se prépare à aider les autorités libanaises lors de la phase de reconstruction à long terme qui démarrera en janvier prochain. A cette fin, une autre mission d’experts couvrant tous les domaines de compétence de l’UNESCO se rendra au Liban dans les semaines à venir afin de déterminer comment l’Organisation peut répondre aux futures demandes du gouvernement.

    ****

    La presse écrite et audiovisuelle souhaitant des photos et des images vidéo sur cette aide de l’UNESCO au Liban peut contacter la Section audiovisuelle de l’UNESCO
    c.van-engeland@unesco.org
    Tl. +33 (0)1 45 68 16 85

    Contact local : Beirut@unesco.org

    Photo 1: © As-Safir/UNESCO
    Ecole détruite dans la ville de Bint Jbeil, au sud Liban.

    Photo 2: © Studionada/UNESCO
    Marée noire dans le vieux port de Byblos

    IMG_4747.jpg






  • Source Communiqué de presse N°2006-106
    Auteur(s) UNESCOPRESS


     ID: 34456 | guest (Lire) Mise à jour: 04-09-2006 9:39 am | © 2003 - UNESCO - Contact