Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
LE SAVOIR-FER AFRICAIN

24-06-2002 10:00 pm Paris - Dès le troisième millénaire avant l'ère chrétienne, l'Afrique a développé sa propre industrie du fer. Telle est la conclusion du livre Aux origines de la métallurgie du fer en Afrique, qui vient de paraître aux éditions UNESCO. Un ouvrage scientifique monumental qui bouscule bon nombre d'idées reçues. L'industrie du fer n'a pas été introduite en Afrique depuis l'Asie occidentale via Carthage ou Méroé, comme on l'a longtemps affirmé. La thèse de l'emprunt, qui doit beaucoup à l'idéologie coloniale, ne résiste pas aux nouvelles découvertes scientifiques, alors que l'existence d'un ou de plusieurs foyers d'invention de la sidérurgie en Afrique de l'Ouest et du Centre, ainsi que dans la région des Grands Lacs, devient de plus en plus probable. C'est ce qui ressort des travaux réunis sous le titre Aux origines de la métallurgie du fer en Afrique, Une ancienneté méconnue : Afrique de l'Ouest et Afrique centrale. Les auteurs de ce livre, publié dans le cadre du projet "Les Routes du fer en Afrique" (voir encadré), sont d'éminents archéologues, ingénieurs, historiens, anthropologues et sociologues. En retraçant les origines du fer en Afrique, en livrant nombre de renseignements techniques et en s'interrogeant sur les conséquences sociales, économiques et culturelles de cette industrie, ils restituent au continent noir " ce marqueur lourd de la civilisation qui lui a été nié jusqu'à présent ", selon l'expression du préfacier Doudou Diène, ancien directeur de la Division du dialogue interculturel à l'UNESCO.

Des datations obtenues dans les années 1980 attestent que le travail du fer remonte au moins à 1500 av. J.-C. à Termit (Niger oriental), alors qu'en Tunisie ou en Nubie, il n'apparaît pas avant le 6e siècle av. J.-C. A l'ouest de Termit, dans la localité d'Egaro, les dates obtenues vont même au-delà de 2500 ans av. J.-C., ce qui définit la sidérurgie africaine comme contemporaine de celle du Moyen-Orient.

Tout en admettant, avec l'archéologue français Gérard Quéchon, que " avoir des racines, ce n'est pas affirmer qu'elles sont plus profondes que celles des autres ", et qu'il " n'est pas important, en soi, que la métallurgie africaine soit la plus jeune ou la plus vieille " et que si de nouvelles découvertes " indiquent que le fer s'est diffusé à partir d'une autre source, l'Afrique n'en sera ni meilleure ni moins bonne ", il faut reconnaître que les racines du fer en Afrique sont très profondes. " En réalité, aucun continent ne présente autant de variations dans la conduite de la chaîne opératoire de la réduction directe [technologie qui permet d'obtenir du fer utilisable en une seule opération, sans passer par la fonte] que l'Afrique o? les artisans ont poussé l'ingéniosité jusqu'à produire du fer dans des fourneaux faits de troncs de bananier ", écrit dans l'introduction Hamady Bocoum, Directeur duPatrimoine au Sénégal. Une ingéniosité louée déjà au début du 19e siècle par le lettré tunisien Mohamed El Tounsy, qui décrit dans son carnet de voyage au Tchad et au Soudan des lances et des poignards façonnés " avec une habilité pour ainsi dire anglaise " et des pipes en fer dont " les tiges sont courbées et serpentées comme certaines pipes européennes, mais plus élégantes, plus gracieuses, et d'un poli si net et si brillant qu'elles semblent être en argent ".


Il ne serait pas exagéré de parler d'une véritable culture du fer en Afrique. Dans bien des communautés, ce métal a une si forte charge symbolique qu'il a été élevé au rang des divinités. En pays Yorouba (Nigéria), la forge est devenue le symbole de la royauté, à la fin du 9e siècle, et Ogun, le dieu du fer, la divinité tutélaire du royaume. Aujourd'hui encore Ogun est le patron de tous ceux qui exercent un métier lié au fer. Le rôle des forgerons est crucial dans la tradition africaine. Dans la région du Yatenga (nord du Burkina Faso), l'ancêtre des forgerons, Bamogo, est considéré comme le sauveur de l'humanité. C'est lui qui a fabriqué la lame servant à couper le cordon ombilical, la hache pour couper le bois, la pioche pour cultiver la terre ou creuser la tombe… autant d'ustensiles fondamentaux pour l'homme.

Selon le professeur Pierre de Maret, de l'Université libre de Bruxelles, les Bantu se sont propagés à travers l'Afrique centrale " grâce à la supériorité agricole que leur conférait la métallurgie pour défricher la grande forêt et à la supériorité militaire que leur procurait la possession d'armes en fer ". Chez les Yoruba, il semble également incontestable que l'unification du pays, sous la férule des partisans d'Oduduwa (10e siècle), s'explique en très grande partie par une supériorité militaire due à l'usage du fer, selon Isaac Adeagbo Akinjogbin, de l'Université Obafemi Awolowo, Ile-Ife (Nigéria). Sous la dynastie d'Odudawa, chaque royaume possédait assez de fonderies et de forges pour assurer son autosuffisance. " Dans l'Afrique des 17e et 18e siècles, au plus fort de la traite transatlantique des esclaves, les Yoruba continuaient de préférer le fer qu'ils produisaient eux-mêmes, considérant celui qui était importé comme rituellement impur et 'sourd' ".

Fondamentales, ycompris d'un point de vue spirituel, pour les peuples africains, les technologies du fer se sont perpétuées jusqu' à nos jours. A l'instar de leurs ancêtres, qui avaient " l'habitude de rassembler des fragments métalliques d'origine et de composition différentes pour réaliser de nouveaux objets ", comme l'explique Hamady Bocou, les artisans d'aujourd'hui ont su adapter les savoir-faire traditionnels dans la fabrication des outils modernes. Des associations de forgerons, comme celle de la Médine de Bamako, se multiplient pour produire, essentiellement à partir de métaux de récupération, toutes sortes d'objets utiles à la vie quotidienne. Alors qu'il semblait disparaître, car non compétitif sur le marché, l'artisanat du fer connaît un nouveau souffle en Afrique.


Les Routes du fer en Afrique

Lancé par l'UNESCO en décembre 1991, dans le cadre de la Décennie mondiale du développement culturel (1988-1997), le projet " Les Routes du fer en Afrique " a pour objectif de mettre en valeur la culture technologique du continent noir pour l'aider à mieux faire face aux défis du développement. Il encourage une recherche scientifique interdisciplinaire sur le travail du fer, qui pourrait influencer les stratégies de développement industriel des Etats africains, tout en offrant un cadre à des activités culturelles, artistiques et éducatives.

Avec " Les Routes de la soie ", " Les Routes de la foi " et " La Route de l'esclave ", " Les Routes du fer en Afrique " valorise le pluralisme culturel et contribue à lutter contre le racisme, en soulignant la contribution africaine aux principes de tolérance, de compréhension mutuelle et de dialogue. On retrouve ce même souci dans les ouvrages d'Histoire publiés par l'UNESCO, tels que L'Histoire de l'humanité et L'Histoire générale de l'Afrique.

Une série de réunions scientifiques à Maputo (1991), à Abuja (1995), à Genève et à Paris (1999), à Addis Abeba (2000) et à Paris (2001), organisées dans le cadre de ce projet, ont donné lieu à la publication de la brochure La route du fer en Afrique, Paris, Unesco, 2000, et de l'ouvrage Aux origines de la métallurgie du fer en Afrique : Une ancienneté méconnue, Afrique de l'Ouest et Afrique centrale, Editions UNESCO 2002.

Parmi ses activités, le projet compte une exposition pluridisciplinaire itinérante, présentée au siège de l'UNESCO du 26 octobre au 17 novembre 1999, accompagnée de la projection d'une trentaine de films documentaires sur la métallurgie africaine, venus des quatre coins du monde.

Par ailleurs, un"Prix spécial Routes du fer en Afrique" a été lancé en 2000, dans le cadre du 7e Salon international de l'artisanat de Ouagadougou. Son premier lauréat est le jeune artisan burkinabé, Thomas Bamogo.

Le projet "Les Routes du fer en Afrique" est supervisé par un comité scientifique composé de 16 membres. Son administration est assurée par la Division du dialogue interculturel de l'UNESCO.


Pour se procurer le livre :
Contact ventes Cristina Laje: tel : 00 33 1 45 68 49 30 ;
e-mail : c.laje@unesco.org

Contact: Jasmina Sopova, Bureau de l'information du public, Section éditoriale,
e-mail : j.sopova@unesco.org / tél. (33 -1) 45 68 47 18

Photos disponibles
Solange Belin, e-mail : s.belin@unesco.org / tél. (33 -1) 45 68 46 87

Site Internet: http://www.unesco.org/whc/

Pour plus d'informations sur le projet " Les Routes du fer en Afrique " :
http://www.unesco.org/culture
rubrique : La culture en Afrique






Source Feature No.2002-14
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 3432 | guest (Lire) Mise à jour: 17-01-2005 1:12 pm | © 2003 - UNESCO - Contact