UNESCO Banner

COMMUNAUTES

Commission européenne

Politique

Politique
  • © Xavier Pironet

Historique de la coopération
En 1996, l’UNESCO et la Commission européenne ont signé un accord en vue d’harmoniser les procédures administratives et financières, afin de renforcer leur coopération dans les domaines relevant des compétences de l’UNESCO.

Ainsi, depuis 1996, le nombre d’activités menées par l’UNESCO avec une participation financière de la Commission européenne ne cesse d’augmenter.

En février 2004, un nouvel accord entre l’UNESCO et la Commission européenne a été signé, ce qui a permis la modification de l’accord conclu en 1996, et l’adhésion de l’UNESCO à l’Accord cadre financier et administratif (FAFA) conclu entre les Nations Unies et la Commission européenne en 2003.

Cet accord a ouvert la voie à une coopération plus intense, particulièrement dans les pays en voie de développement dans lesquels peuvent mieux se manifester, à travers les projets communs, les avantages comparatifs et la complémentarité entre ces deux institutions.

Modalités de coopération
Il existe deux types de coopération entre l’UNESCO et la Commission européenne :

  • Au niveau des politiques : ce type de coopération engage les deux institutions dans une discussion plus intense et l’analyse commune de questions spécifiques, en particulier à travers l’élaboration des politiques et l’application des instruments normatifs internationaux. Dans ce contexte, l’UNESCO a établi un dialogue avec les départements appropriés de la Commission européenne afin d’améliorer le mécanisme d’échange d’information et le débat.

    La Commission européenne est aussi impliquée en tant qu’observateur officiel dans les discussions institutionnelles développées par les organes de l’UNESCO : la Conférence générale et le Conseil exécutif.

    La Commission européenne participe également en tant qu’observateur officiel dans les débats menés au sein des organes de l’UNESCO tels que la Conférence générale et le Comité exécutif.

    Dans ce contexte, les négociations sur la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles a permis à la Commission européenne de gagner en visibilité par rapport à l’UNESCO. Cela a été rendu possible grâce au mandat octroyé par le Conseil des ministres de l’UE qui a permis à la Commission de représenter l’UE et ses Etats membres lors des négociations au sein l’UNESCO. A cette occasion, la Commission européenne, s’est vue accorder par le Comité exécutif et la Conférence générale un statut d’observateur « renforcé » ce qui lui permet d’agir, lors de ces négociations, au nom de la Communauté européenne.


  • Au niveau opérationnel : Les secteurs de programme et les bureaux hors Siège de l’UNESCO coopèrent avec les services compétents de la Commission ainsi qu’avec les autorités nationales des pays bénéficiaires, afin d’identifier les actions susceptibles d’être co-financées et mises en place par des experts de l’UNESCO, en coopération étroite avec les gouvernements et la société civile des pays bénéficiaires.

    Depuis 2001 la coopération opérationnelle s’est développée considérablement et de nombreuses propositions d’action de l’UNESCO ont été soutenues par la Commission européenne.

    Jusque là, le support institutionnel de la Commission européenne était focalisé sur l’éducation dans le continent africain.


  • Des initiatives de l’UNESCO soutenues par la Commission européenne sont présentées dans la section "exemples de coopération" de ce site.

     
    Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific