UNESCO Banner

DIRECTRICE GENERALE DE L'UNESCO

L’UNESCO prête à aider le Liban dans ses efforts de reconstruction

Lors d’une réunion de l’équipe spéciale intersectorielle sur la reconstruction et la réconciliation au Proche Orient le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura a exprimé aujourd’hui son soulagement suite à l’adoption de la résolution 1701 par les Nations Unies qui met fin aux hostilités au Liban et souligné l’importance pour l’UNESCO de continuer à « travailler en osmose avec les Nations Unies ».

Il a aussi rendu hommage au personnel national et international de l’UNESCO dont il a « sincèrement apprécié » l’engagement.

Le rôle immédiat de l’Organisation dans la phase de reconstruction consistera à envoyer au Liban une équipe d’experts en vue d’évaluer les dommages subis par les sites du patrimoine culturel, ainsi que la situation du système éducatif après le conflit, afin que l’UNESCO puisse participer aux efforts des Nations Unies dans le cadre des mesures d’urgence et du processus de reconstruction menés par les autorités libanaises. Ces dernières devraient présenter leur plan à la Conférence prévue à Stockholm le 31 août prochain. D’autres missions intersectorielles de suivi seront envoyées sur place par l’UNESCO très rapidement après la Conférence.

Au cours de la première mission d’évaluation, les experts de l’Organisation vont se rendre à Tyr, Baalbek et Byblos ; ils étudieront les moyens de protéger ces sites du patrimoine culturel, y compris - si nécessaire - les mesures contre le pillage de biens culturels. D’éventuels dommages subis par la Vieille ville d’Acre, en Israël, feront l’objet d’une autre estimation.

Soulignant l’importance d’une évaluation du système éducatif et d’une mobilisation de la communauté académique, le Directeur général a insisté sur la coopération inter-agences et l’importance pour l’UNESCO de trouver son propre domaine d’intervention. « Alors que l’UNICEF œuvre pour que les enfants reprennent le chemin de l’école, nous devons commencer à travailler avec les autorités locales à une large évaluation des impacts négatifs du conflit sur le système éducatif et clarifier le rôle de l’UNESCO au Liban dans ce domaine », a-t-il déclaré. Des approches culturelles faisant appel à des représentations théâtrales et artistiques seront également envisagées comme moyens alternatifs de soulager le traumatisme chez les enfants. L’Organisation évaluera ensuite les possibilités d’utiliser les radios communautaires en tant que mécanisme de diffusion culturelle et éducative.

Le Directeur général a noté avec satisfaction que la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO (COI) travaillait déjà avec des partenaires régionaux et le PNUE à une évaluation des dégâts occasionnés par la marée noire à Byblos.

Sur la base des résultats de la première mission au Liban, l’UNESCO prévoie d’envoyer une deuxième mission plus large afin d’évaluer la situation culturelle en général, y compris les institutions culturelles et la situation des patrimoines matériel et immatériel, en vue de relancer la diversité et la vitalité culturelle de la société libanaise.

Une mission intersectorielle est également prévue afin d’évaluer d’autres besoins dans les domaines de l’éducation, des sciences et de la communication.

Le Directeur général a indiqué qu’il soumettrait à la prochaine session du Conseil exécutif un document d’information sur les contours d’une stratégie préliminaire de l’UNESCO en matière de reconstruction du Liban.

« Ces missions sont cruciales pour notre travail de reconstruction dans la région », a déclaré Koïchiro Matsuura. La première mission partira aussi vite que les conditions de sécurité le permettront, afin de respecter le calendrier de la Conférence de Stockholm. Les missions suivantes devront être prêtes et planifiées pour fin août, début septembre au plus tard. Elles nous aideront à dessiner notre stratégie de reconstruction post-conflit. La priorité sera donnée à des propositions concrètes de déploiement de davantage de personnel de formation post-conflit et de renforcement de notre présence sur le terrain dans la région », a conclu le Directeur général.

  • Auteur(s):Office of the Spokeswoman
  • Source:Flash Info n°126-2006
  • 18-08-2006
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific