Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Directeur général de l’UNESCO au sommet du G8 à Saint-Pétersbourg

14-07-2006 9:00 am Paris, le 14 juillet – Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, participera au sommet du G8 qui se tient lundi 17 juillet à Saint-Pétersbourg. Koïchiro Matsuura a été invité à participer aux discussions sur la mise en place de systèmes éducatifs permettant de répondre aux besoins d’une économie mondiale fondée sur le savoir.logo_summit_small_eng.gif L’Education est la priorité des priorités pour l’UNESCO. Au sein du système des Nations Unies, elle est l’agence de coordination de l’Education pour tous, un programme ambitieux qui a pour objectif de fournir une instruction de base à tout enfant, toute femme ou tout homme d’ici 2015.

« Nous avons réalisé de grands progrès dans le domaine éducatif ces dernières décennies », a déclaré Koïchiro Matsuura avant la tenue du Sommet. « Il n’y a jamais eu autant d’enfants qui vont à l’école, et un nombre croissant d’adultes a désormais accès à des programmes éducatifs qui sont d’une importance vitale dans le contexte d’une mondialisation rapide. Aujourd’hui, les capacités requises pour trouver un emploi aussi bien que pour participer à la vie de la société et trouver un bien-être personnel sont en constante évolution. Ce mouvement sans précédent réclame une connaissance plus élevée du monde qui nous entoure et des multiples cultures qui le composent. Il nous faut apprendre à vivre les changements tout comme il nous faut apprendre à vivre ensemble ».

« Néanmoins, a poursuivi Koïchiro Matsuura, trop de personnes de tous âges sont encore exclues de l’éducation. Les études de l’UNESCO montrent que plus de cent millions d’enfants dans le monde ne sont pas scolarisés, et le nombre d’adultes qui ne savent ni lire ni écrire atteint le chiffre effrayant de 771 millions. Il faut trouver le moyen de mettre fin à ce terrible gâchis de capacité et de potentiel de l’être humain ».

«Je me réjouis donc de l’importance que le G8 accorde à l’éducation, qui sonne comme un encouragement. Le soutien du G8 peut apporter un nouvel élan et contribuer à programmer les efforts de la communauté internationale pour parvenir à l’Education pour tous, que l’UNESCO considère comme une condition sine qua non pour remporter la bataille contre la pauvreté et atteindre les objectifs du Développement du millénaire ».

Pour atteindre les objectifs de l’Education pour tous d’ici 2015, l’UNESCO a estimé les besoins d’aide à l’instruction de base à 12 milliards de dollars par an, alors qu’ils atteignaient 4,4 milliards en 2004.

La priorité devrait être accordée à ceux qui ont le plus besoin de cette aide :les 52 pays les moins développés de la planète ne reçoivent qu’un tiers du total de l’aide à l’éducation, les deux tiers allant à des pays à revenus intermédiaires qui bénéficient déjà d’une scolarisation relativement importante dans le primaire.
Les financements de l’aide devraient également être programmés à l’avance, afin de permettre aux Etats de planifier à long terme. Historiquement, les montants de l’aide ont ainsi connu des hauts et des bas significatifs d’une année à l’autre. Pourtant les coûts sont permanents : il faut construire et entretenir les écoles, payer régulièrement les salaires des enseignants, distribuer des manuels et des fournitures scolaires, et trouver des formes d’incitations pour décider les parents des familles pauvres à envoyer leurs enfants à l’école.

L’UNESCO souligne aussi le besoin de l’innovation dans l’éducation, notamment par le recours aux nouvelles technologies d’information et de communication, et le renforcement des liens de partenariat avec la société civile, les communautés et l’économie privée. Il faut trouver des moyens innovants de fournir les services éducatifs, si l’on veut dépasser le manque criant d’établissements scolaires, d’enseignants qualifiés et de fournitures qui empêchent des centaines de millions de personnes d’accéder ne fût ce qu’à une instruction primaire.


****


www.unesco.org






Source Communiqué de presse No. 2006-81
Auteur(s) UNESCOPRESS


 ID: 33841 | guest (Lire) Mise à jour: 17-07-2006 1:37 pm | © 2003 - UNESCO - Contact