UNESCO Banner

DIRECTRICE GENERALE DE L'UNESCO

Respect de la liberté d’expression et respect des croyances et valeurs sacrées ainsi que des symboles religieux et culturels : première réunion du groupe de travail chargé de la mise en œuvre de la décision du Conseil exécutif

Le Conseil exécutif, lors de sa 174e session, a adopté la décision 174 EX/46 concernant le respect de la liberté d’expression et le respect des croyances et valeurs sacrées ainsi que des symboles religieux et culturels.

Afin d’assurer la mise en œuvre rapide de cette décision, le Directeur général a créé un groupe de travail intersectoriel, coprésidé par la Sous-directrice générale de la Culture et le Sous-directeur général de la Communication. M. Matsuura a présidé, le 30 juin la première réunion de ce groupe constitué de représentants des différents secteurs et services du Secrétariat, au Siège et hors-Siège.

Ouvrant la séance, M. Matsuura a tout d’abord rappelé le mandat de ce groupe de travail qui consiste à lui faire des propositions en vue de renforcer les programmes et activités de l’UNESCO, dans ses domaines de compétence, afin qu’elle s’acquitte de son engagement en matière de compréhension mutuelle et de respect des valeurs religieuses et culturelles de tous les peuples, ainsi que de liberté d’expression ; d’envisager les modalités appropriées afin d’accélérer la mise en œuvre du plan d’action pour le dialogue entre les civilisations, les cultures et les peuples, en tenant compte du travail en cours effectué à cet égard dans d’autres instances, en particulier au sein du système des Nations Unies ; de procéder à une compilation et à une étude exhaustive de tous les instruments internationaux pertinents existants à cet égard.

Après avoir souligné l’importance que revêt cette question, « profondément inscrite au cœur du mandat de l’UNESCO et qui relève de ses priorités institutionnelles », le Directeur général a demandé qu’une large consultation soit engagée auprès de toutes les organisations internationales, gouvernementales, non gouvernementales, régionales et sous-régionales intéressées, afin de mettre en commun toutes les expertises acquises en la matière. Il a également souligné le rôle particulier que doivent jouer les Chaires UNESCO pour le Dialogue entre les civilisations, ainsi que les grands partenaires traditionnels de la famille UNESCO, qu’il conviendra d’associer étroitement dès le processus de réflexion.

M. Matsuura souhaite aussi établir une coopération étroite avec les autres agences du système des nations Unies, sur la base d’activités concrètes qui pourront faire l’objet d’une mise en œuvre inter-agence, afin d’en renforcer l’efficacité. A cet égard, il s’est réjoui de la coopération qui s’est établie entre l’UNESCO et l’Alliance des civilisations et a souhaité poursuivre sur la voie engagée à Dakar, il y a quelques semaines.

Le Directeur général a également demandé qu’une attention égale soit portée à l’ensemble des régions de la planète, cette question dépassant les habituels clivages, nord/sud, orient/occident.

Parmi les domaines qui pourront constituer le socle privilégié de l’action de l’UNESCO, M. Matsuura a souligné ceux de la communication, compte tenu du rôle majeur que peuvent jouer les médias ; le dialogue entre les civilisations ; la culture et l’éducation, mais également la science. Il a insisté sur la nécessité absolue d’adopter une approche intersectorielle « résolue », seule garante de l’indispensable réussite de cette entreprise ».

  • Auteur(s):Bureau de la Porte-parole
  • Source:Flash info n°107-2006
  • 04-07-2006
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific