Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Le Comité du patrimoine mondial va inscrire de nouveaux sites sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Trente-sept nouveaux sites vont être proposés à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial lors de la 30e session du Comité du patrimoine mondial qui se tiendra du 8 au 16 juillet dans la capitale lituanienne, Vilnius*.

Le Président de la Lituanie, Valdas Adamkus, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, et Ina Marčiulionytė, Présidente du Comité du patrimoine mondial et Déléguée permanente de la Lituanie auprès de l’UNESCO, ouvriront la 30e session lors d’une cérémonie qui aura lieu au Théâtre national de l’opéra et de la danse de Vilnius, le 8 juillet, à 18h. (Pour assister à la cérémonie, il est nécessaire de demander une accréditation à l’avance**).

Cette année, le Comité examinera les dossiers de 27 sites culturels, 8 sites naturels, 2 sites mixtes et trois 3 transfrontaliers, présentés par 30 pays : Allemagne, Autriche, Azerbaïdjan, Bolivie, Burkina Faso, Chili, Chine, Colombie, Espagne, Ethiopie, France, Gabon, Gambie, Inde, Indonésie, Israël, Italie, Malawi, Malaysia, Maroc, Maurice, Mexique, Oman, Pologne, République arabe de Syrie, République islamique d’Iran, République tchèque, République unie de Tanzanie, Royaume-Uni, Sénégal.

Quatre pays ont proposé l’extension de sites déjà inscrits : Finlande, Népal, Serbie et Suède.

Pendant cette session, le Comité examinera aussi les mesures à prendre pour préserver le patrimoine face aux changements climatiques. Les délibérations du Comité s’appuieront sur les recommandations préparées par les experts réunis à l’UNESCO au mois de mars dernier lors d’une conférence sur le sujet.

A ce jour, la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, adoptée en 1972 par l'UNESCO, protège 812 sites « d’une valeur universelle exceptionnelle », selon les termes de la Convention. Ces 812 sites (dans 137 Etats parties) se répartissent comme suit : 628 sites culturels, 160 naturels et 24 mixtes.

Au cours de la session, le Comité examinera également la situation des 34 sites inscrits actuellement sur la Liste du patrimoine en danger. Il s’agit de sites confrontés à une menace grave de pollution, pillage, guerre, tourisme mal géré, braconnage, etc. La Liste comprend notamment le Minaret et les vestiges archéologiques de Jam en Afghanistan, la Cathédrale de Cologne en Allemagne et le Parc national de Garamba en République démocratique du Congo.

La Convention encourage la coopération internationale afin de sauvegarder ce patrimoine commun. Avec 182 Etats parties, c’est l’un des instruments juridiques internationaux les plus ratifiés. En signant la Convention, les Etats parties s’engagent à préserver les sites de la Liste du patrimoine mondial, ainsi que les sites d’importance nationale ou régionale, notamment en fournissant un cadre juridique et réglementaire approprié.

Le Comité du patrimoine mondial rassemble les représentants de 21 pays, élus par les Etats parties pour une durée maximale de six ans. Chaque année, le Comité ajoute de nouveaux sites à la Liste. Les sites sont proposés par les Etats parties. Les dossiers de candidature sont examinés par deux organismes consultatifs : les sites culturels par le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), et des sites naturels par l’Union mondiale pour la nature (UICN). Le Centre international pour l’étude de la conservation et de la restauration des biens culturels (ICCROM), quant à lui, fournit une expertise en matière de techniques de conservation et de formation à la restauration.

Le Comité du patrimoine mondial est responsable de la mise en œuvre de la Convention de 1972. Il examine les rapports sur l’état de conservation des sites inscrits et demande si nécessaire aux Etats parties de prendre des mesures. Le Comité supervise le budget annuel de plus de 4 millions de dollars US du Fonds du patrimoine mondial, destiné aux actions d’urgence, à la formation des experts et la promotion de la coopération technique. Le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO est le secrétariat du Comité du patrimoine mondial.

Pendant la session, la Présidente du Comité du patrimoine mondial, Mme Marčiulionytė, fera un point presse quotidien à 14h30 dans la salle de conférence de presse du Reval Hotel Lietuya. Une conférence de presse aura lieu quand les inscriptions des nouveaux sites auront été décidées, probablement le soir du 13 juillet.

****
Pour plus d’information : http://whc.unesco.org

* au Reval Hotel Lietuva
** Pour les accréditations, contact : Ramunas Macius
Département de l’Information et des Relations publiques, Ministère des Affaires étrangères
Tél. : +370 5 236 24 56, Fax : +370 5 231 30 90 – Email : media@urm.lt

Contacts Presse
Gina Doubleday,
Tél : +33 (0)1 45 68 16 60 et pendant la session + 370 650 10548
Roni Amelan
Tél : +33 (0)1 45 68 16 50 et pendant la session +33 (0)6 74 39 84 41
r.amelan@unesco.org

Radio/TV/B-rolls
Carole Damouni, Tél. : +33 (0)1 45 68 17 38 ou +33 (0)6 18 01 88 82
c.darmouni@unesco.org

Photos
Ariane Bailey, Tél. : +33 (0)1 45 68 16 86
a.bailey@unesco.org



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Avis aux Médias N°2006 -43
Site Web 1 (URL) Site Internet
Contact éditorial : Roni Amelan, Tél : +33 (0)1 45 68 16 50 et pendant la session +33 (0)6 74 39 84 41
- Email r.amelan@unesco.org
Contact audiovisuel : Carole Darmouni, Carole Damouni, Tél. : +33 (0)1 45 68 17 38 ou +33 (0)6 18 01 88 82
- Email c.darmouni@unesco.org
Date de publication 04 Jul 2006
© UNESCO 1995-2007 - ID: 33465