UNESCO Banner

DIRECTRICE GENERALE DE L'UNESCO

Le Directeur général et le Prince Talal Bin Abdul Aziz Al-Saud d’Arabie Saoudite, animent une réunion d’information des délégués permanents consacrée à l’eau

Le Directeur général et le Prince Talal Bin Abdul Aziz Al-Saud d’Arabie Saoudite, animent une réunion d’information des délégués permanents consacrée à l’eau
  • UNESCO/M. Ravassard

Afin de faire un point sur les activités de l’UNESCO dans le domaine prioritaire de l’eau, M. Matsuura a réuni le 26 juin 2005 une réunion d’information des délégués permanents auprès de l’Organisation. SAR, le Prince Talal Bin Abdul Aziz Al-Saud d’Arabie Saoudite, Envoyé spécial de l’UNESCO pour l’eau, invité d’honneur de cette réunion, y a également pris la parole.

M. Matsuura a tenu à souligner à quel point « l’eau était désormais reconnue comme la base du développement durable ». « En effet, il est clair à présent que tant que l’on n’aura pas appris à mieux utiliser les ressources de la planète en eau douce, la communauté internationale ne parviendra pas à atteindre les objectifs de développement qu’elle s’est fixés ».

Le Directeur général a tout d’abord évoqué le rôle moteur que joue l’UNESCO dans le domaine de la gestion des ressources en eau douce, rôle qui lui est pleinement reconnu au sein du système des nations Unies, ainsi que par de nombreux gouvernements et partenaires extérieurs. A cet égard, le Directeur général a précisé que ce rôle de l’UNESCO n’aurait pas pu être tenu sans le soutien constant du Prince Talal, « qui s’est toujours comporté comme un excellent ambassadeur pour les questions de l’eau douce, mais aussi comme un grand ami de l’UNESCO ».

M. Matsuura a poursuivi en présentant les résultats du Forum mondial de l’eau, qui s’est tenu à Mexico en mars dernier. Il a également évoqué le deuxième Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau (WWDR) qui, sous le titre « L’eau, une responsabilité partagée », révèle que « la solution à la plupart, sinon à tous les problèmes liés à la question de l’eau, réside en premier lieu et avant tout, à une meilleure gouvernance ».

M. Matsuura a procédé ensuite à une revue des différentes activités de l’UNESCO dans le domaine de l’eau douce, mettant en évidence l’approche holistique et multidisciplinaire adoptée par l’Organisation face au défi de la gestion durable des ressources en eau. Il a, à cet égard, attiré l’attention des participants sur les activités qui ont pour objet d’établir des liens entre l’eau et la culture et celles qui relèvent de l’éducation à l’eau, conduites notamment dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour l'éducation au service du développement durable (DEDD), pour laquelle l’UNESCO a été désignée agence chef de file.

« Je voudrais une nouvelle fois souligner que les problèmes relatifs à l’eau auxquels nous devons faire face aujourd’hui ne pourront être résolus par les seules science et technologie. Ainsi que le deuxième Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau l’a démontré amplement, pour trouver des solutions durables aux problèmes de l’eau nous devons nous attacher à mieux comprendre les dimensions sociales et culturelles de la gestion des ressources. Ce sera seulement par une approche holistique que nous parviendrons à réaliser les Objectifs de développement du millénaire qui visent notamment à réduire de moitié le nombre des personnes n’ayant pas accès à l’eau potable. Comme tout le monde le sait, atteindre cet objectif est une condition préalable à la réalisation des autres objectifs du Millénaire et à l’établissement d’un développement durable », a-t-il déclaré.

Enfin, le Directeur général a fait part aux Délégués permanents de la prochaine phase du Programme mondial pour l'évaluation des ressources en eau (WWAP), dans lequel l’UNESCO continuera à jouer un rôle déterminant. A ce sujet, il a souligné la nouvelle importance donnée aux évaluations à l’échelle régionale, nationale ainsi qu’au niveau des rivières et la part que les centres de l’UNESCO de ‘catégorie II’ joueront en fournissant les éléments nécessaires à une meilleure compréhension des questions de gestion de l’eau, à l’échelon des pays. M. Matsuura a rendu hommage à la générosité du gouvernement italien qui a offert d’accueillir le Secrétariat du WWAP, et d’assurer le financement de certaines de ses activités au cours de la troisième phase. Le Secrétariat du WWAP sera donc installé à Perugia (Italie) à l’automne prochain, « tout en continuant à faire partie intégrante de la division des sciences de l’eau », a-t-il précisé.

Au cours d’un entretien bilatéral qui s’est tenu en marge de la réunion d’information, le Prince Talal et le Directeur général ont évoqué d’autres sujets relevant des domaines de compétence de l’UNESCO :ils ont ainsi échangé leurs points de vue sur des questions portant sur les différents systèmes éducatifs, le développement durable, la culture et la prévention des conflits.

  • Auteur(s):Office of the Spokeswoman
  • Source:Flash info n°099-2006
  • 27-06-2006
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific