Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Le Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
10424761273newspaper-readers.jpg
12-06-2006 1:00 pm Des scientifiques, experts de terrain et décideurs venant des zones arides du monde entier se rencontreront à Tunis du 19 au 21 juin pour chercher comment aménager ces zones critiques afin d’en faire des régions plus viables et de combattre la désertification. Cette conférence sur l’avenir des terres sèches est l’un des événements marquants de l’Année internationale des déserts et de la désertification des Nations Unies et célèbre 50 années de recherche des Nations Unies dans ce domaine.
La désertification menace plus du tiers de la surface de la Terre, soit 4 milliards d’hectares. Elle affecte directement la vie de plus de 250 millions d’êtres humains et en menace 1,2 milliards d’autres dans 110 pays. Parmi les personnes affectées dans l’Afrique sub-saharienne, on estime que 60 millions se déplaceront vers l’Afrique du Nord et l’Europe d’ici 2020.

L’impact économique est également considérable. Les pertes agricoles du fait de la sécheresse et de la désertification sont estimées à 42 milliards de dollars par an. Et 2,4 autres milliards de dollars sont dépensés chaque année pour combattre la dégradation des sols. Les experts pensent que le problème est susceptible d’empirer.

« Dans les années 1950, dans un grand élan d’optimisme, on a pensé qu’il était possible de faire reculer les déserts de la planète », a déclaré Walter Erdelen, Sous-Directeur général pour les Sciences de l’UNESCO « On pensait que des techniques telles que l’ensemencement des nuages […] permettraient de favoriser les précipitations dans les régions sèches, que l’amélioration des techniques d’irrigation pourrait accroître la production agricole et qu’une sélection en matière d’élevage déboucherait sur un bétail moins dépendant de l’eau »

« Cet optimisme technologique a été remplacé par le réalisme et l’inquiétude. Selon les scénarios climatiques actuels, les régions les plus arides du monde vont devenir encore plus sèches. Les réserves d’eau douce atteignent des seuils critiques, y compris du point de vue de la qualité, même dans les régions tempérées. En dépit des progrès technologiques permettant de modifier génétiquement les organismes pour qu’ils résistent à la sécheresse et aux parasites, les pays arides font toujours partie des plus pauvres au monde.”

Les participants à la conférence feront le point sur la recherche des 50 dernières années et évalueront notre connaissance actuelle en matière d’écosystèmes des terres arides et de développement socio-économique de ces régions. Ils identifieront les déficits de connaissance et fourniront des conseils scientifiques et techniques aux décideurs.

Les thèmes abordés au sein des ateliers spécialisés de cette conférence de trois jours incluent : conservation de la biodiversité; utilisation durable des terres et agriculture; surveillance continue et prévision; politiques, gouvernance et dynamique socioculturelles des terres sèches en mutation ; gestion des catastrophes naturelles et des risques; Hydrologie des terres sèches et gestion de l’eau; moyens d’existence durable et choix de politiques; et éducation et partage des connaissances dans les zones sèches.
Cette conférence, qui s’inscrit dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale contre la désertification (17 juin), est placée sous le haut patronage du Président de la République de Tunisie, Zine El Abidine Ben Ali, et sponsorisée par l’UNESCO, le ministère tunisien de l'Environnement et du Développement durable, le FEM, le DDPA et le Gouvernement flamand de Belgique. Avec le concours des organisations partenaires suivantes : CEM, FAO, CIUS, IFAD, NORAD, OSS, UN/ISDR, UNCCD, PNUD, PNUE, UNU, OMM, et le Bureau d’études sur les terres arides de l’Université de l’Arizona (Etats-Unis).


Pour plus d’information sur la conférence
Sur les activités de l’UNESCO concernant les terres arides
Sur la Convention des Nation Unies contre la désertification
Banque de photos

Source Avis aux médias N°2006-38
Auteur(s) UNESCOPRESSE



Archives

 ID: 33331 | guest (Lire) Mise à jour: 13-06-2006 2:10 pm | © 2003 - UNESCO - Contact