Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Directeur général de l’UNESCO condamne le meurtre du photographe philippin Albert Orsolino

19-05-2006 10:00 am Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd’hui l’assassinat, perpétré le 16 mai à Calooncan City (Philippines), du photographe Albert Orsolino, et s’est inquiété une nouvelle fois du contexte particulièrement violent dans lequel doivent travailler les journalistes de ce pays. « Je condamne le meurtre d’Albert Orsolino », a déclaré le Directeur général. Il a poursuivi : « Le lourd tribut payé par les journalistes aux Philippines a de quoi inquiéter tous les défenseurs de la liberté de la presse. Tout doit être fait pour garantir une meilleure protection des professionnels de l’information philippins Quand la violence menace en permanence les journalistes, elle menace tout le corps social. Quand des crimes contre les journalistes restent impunis, c’est l’avenir même d’un pays qui est en danger, et le crime organisé ou la corruption deviennent les principaux bénéficiaires de cette impunité ».

Ancien président de Camanava Press Corps, Albert Orsolino travaillait pour le quotidien Saksi Ngzayon. Il a été abattu par deux inconnus le 16 mai alors qu’il se trouvait dans sa voiture.

Selon la Fédération internationale des journalistes, Albert Orsolino est le quatrième journaliste tué aux Philippines en 2006 et le 78e depuis la restauration de la démocratie en 1986, ce qui place ce pays au deuxième rang – derrière l’Iraq – du classement des pays les plus dangereux pour les journalistes.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»






Source Communiqué de presse N°2006-45
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 33040 | guest (Lire) Mise à jour: 19-05-2006 9:57 am | © 2003 - UNESCO - Contact