Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
10424761273newspaper-readers.jpg
La Journée mondiale de la liberté de la presse associe liberté d’expression et lutte contre la pauvreté

04-05-2006 4:15 am Les quelque 300 participants à la conférence internationale sur les médias, le développement et l’élimination de la pauvreté qui se tient cette semaine dans la capitale sri-lankaise ont adopté aujourd’hui la Déclaration de Colombo, appelant à reconnaître la liberté de la presse comme une composante essentielle des stratégies de développement. La Déclaration reconnaît le rôle important joué par la liberté de la presse dans la lutte contre toutes les formes de pauvreté et d’exclusion. Elle appelle les Etats membres de l’UNESCO à s’assurer que ceux qui sont responsables d’agressions contre des professionnels des médias soient traduits en justice, à développer des politiques qui favorisent l’accès et la participation de tous, y compris ceux vivant dans la pauvreté, aux médias, à étendre l’accès de tous aux technologies de l’information et de la communication et à s’assurer que les émissions réalisées par des services publics indépendants traitent de questions concernant la pauvreté*.

« Cette année, la Journée mondiale de la liberté de la presse est consacrée à une réflexion sur la manière dont la protection et la promotion des droits fondamentaux à la liberté d’expression et à la liberté de la presse peuvent contribuer à garantir l’exercice d’un autre droit de la personne humaine – le droit d’être à l’abri de la pauvreté », a expliqué le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura.

Des représentants d’organisations professionnelles, gouvernementales, non gouvernementales et intergouvernementales ont participé à la conférence qui s’est ouverte le 1er mai en présence d’Anura Priyadarshana, ministre des Médias et de l’Information du Sri Lanka, et Mangala Samaraweera, ministre des Affaires étrangères et ministre des Ports et de l’Air du Sri Lanka.

Résumant le travail de la conférence, Koïchiro Matsuura a déclaré : « C’est précisément à travers l’exercice et la pratique de la liberté d’expression que les déshérités sont capables d’identifier et de réclamer la protection de leurs droits humains. Dans le schéma d’élimination de la pauvreté – discuté et élaboré pendant les deux derniers jours de la conférence internationale –, des médias libres et indépendants constituent une priorité cruciale ».

La Conférence s’est achevée à la veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, avec la remise du Prix UNESCO Guillermo Cano 2006 de la liberté de la presse par le Directeur général de l’UNESCO à la journaliste libanaise May Chidiac lors d’une cérémonie qui s’est tenue en présence de Mhinda Rajapaksa, Président du Sri Lanka, Susil Premajayantha, ministre de l’Education et Président de la Commission nationale du Sri Lanka pour l’UNESCO, Kavi Chongkittavorn, Président du Jury du Prix mondial de la liberté de la presse et Juan Guillermo Cano, représentant la Fondation Guillermo Cano qui est à l’origine de la création du Prix de 25 000 dollars qui porte le nom du journaliste colombien Guillermo Cano, assassiné en 1987 pour son travail sur les barons de la drogue.

La lauréate de cette année, une journaliste de télévision très populaire au Liban, a perdu main et pied gauches lors d’un attentat à la voiture piégée le 25 septembre 2005. L’attentat contre May Chidiac ressemblait à celui qui avait coûté la vie à Samir Kassir, un journaliste libanais du quotidien An Nahar, cinq mois plus tôt, et à celui qui a tué Gebran Tueni, rédacteur en chef de An Nahar, en décembre 2005. Mme Chidiac est devenue un symbole de la liberté d’expression au Liban.

Le Directeur général a salué le « courage et le professionnalisme » de May Chidiac. Il a aussi rappelé qu’en matière de violence contre les médias, 2005 a été une très mauvaise année. Citant des statistiques de la Fédération internationale des Journalistes, il a souligné que 150 professionnels des médias ont été tués dans l’exercice de leur métier l’année dernière et que plus de 500 professionnels des médias ont été détenus ou emprisonnés.

« Ces chiffres démontrent ce que nous savons tous : dans de nombreux endroits, journaliste est un métier dangereux et qui devient toujours plus dangereux », a déclaré Koïchiro Matsuura. « Ces journalistes méritent plus que notre respect et notre gratitude ; ils méritent notre engagement et notre protection. Nous appelons donc les leaders du monde entier à mettre un terme à la culture de l’impunité concernant la violence contre les journalistes, à éviter les politiques dirigées contre les professionnels des médias, à enquêter et à punir les responsables d’attaques contre les journalistes, à prendre toutes les mesures nécessaires pour que les journalistes puissent continuer à nous fournir les informations essentielles qui émanent d’une presse libre et indépendante ».

L’UNESCO, organisation intergouvernementale dotée du mandat constitutionnel de « promouvoir la libre circulation des idées par le mot et par l’image », célèbre la Journée mondiale de la liberté de la presse pour souligner l’importance de la liberté de la presse et le droit fondamental de la liberté d’expression. Les bureaux de l’UNESCO organisent des séminaires et d’autres événements pour marquer la Journée dans toutes les parties du monde, des Caraïbes et de l’Amérique Latine à l’Asie de l’Est et au Pacifique, en passant par la région arabe.

L’an prochain, l’UNESCO organisera en Colombie l’événement principal de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

* pour plus d’informations, notamment pour le texte complet de la Déclaration : www.unesco.org/webworld/wpfd/2006


Site Internet



Source Communiqué de presse N°2006-37
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 32814 | guest (Lire) Mise à jour: 03-05-2006 2:19 pm | © 2003 - UNESCO - Contact