Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
20e anniversaire de Tchernobyl : le Directeur général réitère l’engagement de l’UNESCO vue d’atténuer les effets des catastrophes

24-04-2006 2:00 pm A l’occasion du 20e anniversaire de la catastrophe nucléaire du 26 avril 1986 à Tchernobyl, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a réitéré l’engagement de l’Organisation à œuvrer pour atténuer des effets des catastrophes, ainsi que sa détermination à continuer à soutenir les recherches sur les effets du plus grand accident nucléaire de l’histoire. « L’UNESCO s’engage à continuer à travailler à l’atténuation des effets des catastrophes », a annoncé le Directeur général « et à soutenir les efforts déployés par les gouvernements du Bélarus, de la Fédération de Russie et de l’Ukraine pour atténuer les effets de cette tragédie qui a coûté la vie à tant de personnes et bouleversé celle de tant d’autres ».

« La coopération internationale est indispensable si l’on veut faire face à la catastrophe de Tchernobyl dont les effets se ressentiront pendant des décennies encore », a ajouté le Directeur général. « L’UNESCO continuera à participer aux efforts conduits par les Nations Unies en vue de réduire l’impact de cette catastrophe, comme elle l’a fait au cours des dix dernières années, contribuant à la mise en place de centres de réhabilitation psychologique et sociale dans les zones affectées. »

« C’est dans cet esprit de solidarité et de coopération internationale que la Conférence générale de l’UNESCO a décidé l’an dernier d’allouer des fonds de soutien aux activités scientifiques des Académies des Sciences du Bélarus, de l’Ukraine et de la Fédération de Russie, visant à analyser les effets à long terme d’une exposition chronique à la radiation pour les êtres humains et l’environnement », a déclaré Koïchiro Matsuura.

Cette déclaration du Directeur général intervient à la veille du lancement d’un projet de création d’une réserve de biosphère transfrontalière et d’un réseau écologique régional en Polésie (zone située au sud-est des basses-terres de l’Europe de l’est, comprenant des parties du Bélarus, de la Pologne, de la Fédération de Russie et de l’Ukraine).

Financé par le Gouvernement du Japon, le projet englobe Bélarus, Pologne et Ukraine. Il est appelé à fournir de nouvelles connaissances et à contribuer à la conservation des ressources en eau et de la biodiversité en Polésie. Le projet s’inscrit à la fois dans le cadre du programme l’Homme et le Biosphère de l’UNESCO (MAB) et dans le réseau écologique de la Convention de la diversité biologique et sa composante européenne, le Réseau écologique paneuropéen (PEEN).

Le projet contribuera à la conservation et au rétablissement de la biodiversité en créant des opportunités pour le développement économique en Polésie, particulièrement en Bélarus et en Ukraine, où de vastes zones sont perdues pour l’agriculture à cause des retombées nucléaires de Tchernobyl.






Source Communiqué de presse N°2006-33
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 32719 | guest (Lire) Mise à jour: 24-04-2006 3:24 pm | © 2003 - UNESCO - Contact