UNESCO Banner

DIRECTRICE GENERALE DE L'UNESCO

Première réunion de la Haute Commission indépendante sur la communication et l’information pour l’Afghanistan

Première réunion de la Haute Commission indépendante sur la communication et l’information pour l’Afghanistan

Le lundi 13 mars 2006, le ministre de l’information, de la culture et du tourisme d’Afghanistan, M. Sayed Makhdom Raheen, et le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, ont ouvert la première réunion de la Haute Commission indépendante sur la communication et l’information pour l’Afghanistan.

In just a few years, the Afghan people have made great strides in rebuilding a vibrant and forward-looking country from a devastated and war-torn land.

Composée de quinze représentants des médias afghans et présidée par M. Musa Maroofi, cette Commission devra procéder à l’examen des problèmes liés à la communication et à l’information ainsi qu’assister le gouvernement afghan dans sa préparation d’un plan à moyen terme de développement de ce secteur.

L’Ambassadeur Musa Bin Jaafar Bin Hassan, Président de la Conférence générale et l’Ambassadeur Aziz, Délégué permanent de l’Afghanistan auprès de l’UNESCO, assistaient à cette séance.

Le Directeur général a tout d’abord félicité l’Afghanistan pour « le chemin historique accompli, qui a permis au pays de passer du conflit à la réconciliation et à la démocratie ». « En peu d’années, le peuple Afghan a fait de très grands progrès en terme de reconstruction d’un pays dévasté par la guerre, désormais résolument tourné vers l’avenir. Officiellement, l’Afghanistan, doté d’un gouvernement et d’un parlement élus, n’est plus un pays en ‘‘transition’’. », a-t-il déclaré. « Les activités de reconstruction couvrent tous les secteurs, et notamment ceux qui sont inscrits au cœur du mandat de l’UNESCO, tel l’éducation, la culture ou la communication », a-t-il ajouté.

M. Matsuura s’est réjoui que la liberté d’expression soit reconnue par la nouvelle Constitution afghane et la loi sur la presse, comme « axiome du développement démocratique ». « Cinq ans après la chute d’un régime qui avait banni les médias indépendants, l’Afghanistan assiste à la renaissance de médias pluralistes. Trois cents journaux et magazines, environ quarante radio privées ou communautaires ont été créés. Une demi-douzaine de chaînes de télévision ont été lancées et les chaînes de radio et télévision nationales sont en train d’évoluer en véritable service public de diffusion. »

M. Matsuura a remercié le Président Karzaï pour « le très encourageant message de soutien» qu’il a adressé aux membres de la Commission. « Le Président vous a nommés afin que, avec l’aide du comité d’experts extérieurs, vous fassiez des propositions d’amélioration de ce qui existe et que vous formuliez des propositions en vue de l’établissement d’une politique d’information grand public (…). Votre rapport et vos recommandations contribueront à la finalisation des textes de loi et créeront un environnement favorable pour que des médias indépendants puissent concourir à la réconciliation, la bonne gouvernance et l’unité, ainsi qu’à la préservation de la diversité culturelle et la réalisation des Objectifs du Millénaire ».

M. Matsuura a remercié l’Ambassadeur Aziz et les membres de la Délégation afghane auprès de l’UNESCO qui ont lancé cette initiative et ont rendu possible sa concrétisation. Il a également remercié le gouvernement japonais qui a assuré le financement des travaux de la commission.

Il a ensuite rappelé les propos tenus par le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, lors de la récente Conférence de Londres sur la stratégie gouvernementale afghane de développement : « Après avoir été contraint à tant de sacrifices pendant la guerre, le peuple Afghan a su en consentir de bien plus grands en faveur de la paix. Il en attend désormais les dividendes, et les mérite bien. » « Je ne saurais dire mieux », a déclaré M. Matsuura.

M. Raheen a remercié chaleureusement le Directeur général pour avoir permis à cette réunion de se tenir dans « la maison de la paix et de la culture ». Il a souligné le soutien constant apporté par l’UNESCO au processus démocratique afghan, tout spécialement dans les domaines du patrimoine culturel, de la diversité culturelle et de la communication. Il a insisté sur la nécessité, après plusieurs décennies de guerre, d’adopter une approche fondée sur un esprit de paix, de culture, de tolérance et sur la liberté d’expression et de la presse. A ce sujet, il a qualifié la nouvelle loi sur la presse adoptée en décembre dernier, « d’avancée majeure ».

  • Auteur(s):La Porte-parole
  • Source:Flash Info n°037-2006
  • 14-03-2006
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific