Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
La Haute Commission indépendante ad hoc de la communication et de l’information pour l’Afghanistan se réunit à l’UNESCO

14-03-2006 12:00 pm Le ministre afghan de l’Information, de la Culture et du Tourisme, Sayed Makhdom Raheen, et le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, ont ouvert aujourd’hui la réunion de la Haute Commission indépendante ad hoc de la communication et de l’information pour l’Afghanistan. Pendant une semaine, les membres de la Commission, 15 professionnels afghans, feront le point sur les défis qui les attendent dans leur mission de conseil auprès du gouvernement afghan pour la préparation d’un plan de développement à moyen terme du secteur de la communication et de l’information en Afghanistan. Dans son discours d’ouverture, Sayed Makhdom Raheen a tiré le bilan des évolutions depuis la chute du régime taliban, notant que même le mot « liberté d’expression » était banni du vocabulaire sous les Talibans qui n’autorisaient le fonctionnement d’aucun média. Soulignant que près de 300 publications, 40 radios et agences de presse avaient vu le jour depuis la fin du régime taliban, le ministre afghan a parlé du besoin « d’examiner la législation au bout de quatre ans et d’institutionnaliser la liberté de la presse ».

Evoquant la diversité culturelle de l’Afghanistan, Sayed Makhdom Raheen a souligné l’importance du fait que des journaux sont publiés dans toutes les langues du pays. C’est important, a-t-il déclaré, car cela reflète la « richesse » de la diversité des langues et cultures afghanes, des atouts pour la tolérance et la paix

Dans son discours, le Directeur général a salué l’Afghanistan pour ses « grandes avancées dans la reconstruction d’un pays dynamique et tourné vers l’avenir, à partir d’une contrée dévastée et déchirée par la guerre ». « La liberté de la presse, comme nous l’ont appris de cruelles expériences un peu partout dans le monde, ne peut jamais être considérée comme acquise. Elle doit être défendue et ses institutions doivent être renforcées pour garantir que les nombreuses voix de l’Afghanistan ne seront plus jamais réduites au silence », a-t-il déclaré.

Le rapport et les recommandations que la Commission proposera constitueront, selon Koïchiro Matsuura, « un pas de plus vers l’instauration de l’Etat de droit et d’un environnement où des médias indépendants pourront encourager la réconciliation, la bonne gouvernance, l’unité, ainsi que la préservation de la diversité culturelle et la réalisation des objectifs du millénaire ».

L’Ambassadeur et Délégué permanent de l’Afghanistan auprès de l’UNESCO, Zahir Aziz, a parlé de « la formidable contribution de l’UNESCO à la santé de la démocratie » en Afghanistan et a lu un message du Président de la République islamique d’Afghanistan, Hamid Karzaï, à la Commission. Dans ce message, le Président a rappelé que la Constitution afghane qualifie la liberté d’expression d’inviolable, en proclamant que « Chaque afghan a le droit d’exprimer sa pensée par la parole, l’écrit, l’illustration ou d’autres moyens ». Le message présidentiel soulignait ensuite que « la renaissance, le renouveau et le développement de tous les moyens de communication et information, radio, télévision et autres médias, est un des besoins urgents du pays ».

La réunion comprend des sessions sur les thèmes suivants : arrière-plan historique et situation actuelle des médias en Afghanistan ; évaluation des besoins institutionnels du secteur des médias ; objectifs et rôle des médias et des technologies de communication et d’information en Afghanistan ; stratégie à moyen et long terme pour le développement des services de communication et d’information ; modalités et moyens de financement du développement des médias.

Les autorités afghanes ont demandé à l’UNESCO d’aider techniquement et financièrement la commission. Ce soutien a bénéficié de l’appui des fonds-en dépôts du Japon. L’UNESCO soutient les médias afghans depuis la chute du régime taliban en décembre 2001. Elle a fourni des formations, du matériel, des accès à internet et un centre de presse. Elle a joué un rôle clé dans le lancement du premier journal du pays, du premier magazine féminin, de la première radio communautaire pour les femmes ; elle a aussi aidé l’agence de presse nationale et le secteur de la radio.

La réunion de la Commission à Paris est la première de toute une série visant à développer pour l’ Afghanistan une stratégie en matière de médias. La Commission a été par le Président afghan pour élaborer des recommandations sur la façon d’améliorer l’actuel cadre réglementaire des médias et formuler des objectifs et une politique pour les médias.






Source Communiqué de presse N°2006-19
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 32115 | guest (Lire) Mise à jour: 14-03-2006 12:22 pm | © 2003 - UNESCO - Contact