Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel entrera en vigueur le 20 avril

20-01-2006 6:00 pm Trente Etats ont désormais ratifié la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, adoptée en octobre 2003 par la Conférence générale de l’UNESCO, ce qui va permettre son entrée en vigueur le 20 avril 2006, soit trois mois après la date du dépôt du trentième instrument de ratification : Algérie, Maurice, Japon, Gabon, Panama, Chine, République centrafricaine, Lettonie, Lituanie, Bélarus, République de Corée, Seychelles, République arabe syrienne, Emirats Arabes Unis, Mali, Mongolie, Croatie, Egypte, Oman, Dominique, Inde, Viet Nam, Pérou, Pakistan, Bhoutan, Nigeria, Islande, Mexique, Sénégal, Roumanie. Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, s’est félicité de la ratification exceptionnellement rapide de ce nouvel instrument qui voit le jour près de deux ans seulement après son adoption par la Conférence générale. « Elle révèle l’intérêt immense suscité par le patrimoine immatériel dans le monde entier, dans les pays du Sud comme dans ceux du Nord, et l’urgence ressentie pour sa protection internationale compte tenu des menaces que font peser sur lui les modes de vie contemporains et les processus de mondialisation. Il était absolument nécessaire de combler ce vide juridique concernant un aspect essentiel de la diversité culturelle et d’offrir aux cultures vivantes héritées de la tradition des moyens de préservation adéquats ».

Cette Convention complète le dispositif normatif de l’UNESCO pour la préservation du patrimoine matériel et vise à sauvegarder les traditions et expressions orales (y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel), les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers, ainsi que les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

Les Etats parties à la Convention s’engagent à prendre les mesures nécessaires pour assurer la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel présent sur leur territoire et à dresser un ou plusieurs inventaires de ce patrimoine culturel immatériel avec la participation des communautés et des groupes qui créent, entretiennent et transmettent ce patrimoine. Un mécanisme de coopération et d’assistance internationale est également prévu.

La Convention prévoit la constitution de deux listes : une Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, et une Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. Elle établit également un Fonds pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, dont les ressources proviendront des contributions des Etats parties et d’autres sources.

La Convention aura pour organe souverain l’Assemblée générale des Etats parties, qui devrait se réunir pour la première fois du 27 au 29 juin prochain*. Elle sera mise en œuvre par un Comité intergouvernemental composé de représentants de 18 Etats parties (qui s’élargira à 24 membres dès lors que la Convention enregistrera 50 Etats parties). Le premier Comité sera élu au cours de la première réunion de l’Assemblée générale et se réunira pour la première fois en septembre prochain.

Partout dans le monde, le patrimoine culturel immatériel est menacé de dégradation et souvent de disparition. Dans l’attente de l’entrée en vigueur de cette Convention, l’UNESCO s’était engagée depuis 2001 dans des actions à court terme. C’est ainsi que trois proclamations de Chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité (2001, 2003 et 2005) ont désigné au total 90 chefs-d’œuvre provenant de 107 pays, dont 27 ont déjà bénéficié d’un soutien de l’UNESCO pour la mise en œuvre de plans d’action pour leur sauvegarde.

Le Comité intergouvernemental intégrera, selon des modalités qui restent à préciser, les Chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité dans la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, sous réserve qu’ils se trouvent sur le territoire des Etats parties à la Convention.

* Seuls les Etats ayant déposé leur instrument de ratification auprès de l’UNESCO avant le 30 mars pourront participer à cette première réunion des Etats Parties.






Source Communiqué de presse N°2006-05
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 31424 | guest (Lire) Mise à jour: 02-03-2006 1:28 pm | © 2003 - UNESCO - Contact