Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Directeur général condamne le meurtre de l’éditorialiste libanais Gebran Tueni

13-12-2005 11:30 am Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné l’attaque à la voiture piégée survenue hier dans la capitale libanaise, Beyrouth, qui a fait quatre victimes dont Gebran Tueni, directeur et rédacteur en chef du journal libanais An Nahar. Grand défenseur de la liberté de la presse, Gebran Tueni était également député.gebrun_300.jpg « Je condamne l’assassinat de Gebran Tueni », a déclaré le Directeur général. « La presse a perdu un de ses grands défenseurs. La mort de Gebran Tueni est une terrible perte, non seulement pour sa famille, ses amis et ses collègues, mais pour la liberté d’expression et la liberté de la presse au Moyen-Orient. Je dois également exprimer mon inquiétude à l’égard du nombre croissant d’attaques perpétrées sur des journalistes et hommes politiques libanais au cours de cette année », a ajouté Koïchiro Matsuura.

Le Directeur général de l’UNESCO a également déclaré : « Je suis profondément affecté par le meurtre de Gebran Tueni. Ami proche de l’UNESCO, il était notamment membre du Comité sur la visibilité de l’Organisation. Je souhaite présenter mes condoléances à la famille de Gebran Tueni, particulièrement à son père, Ghassan Tueni, une autre grande figure du journal An Nahar et ancien membre du jury du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano ».

Gebran Tueni, 48 ans, était un membre actif du Comité pour la liberté de la presse de l’Association mondiale des journaux (WAN) et de l’Institut international de la presse (IPI), deux organisations internationales oeuvrant en faveur de la liberté de la presse. Il a été assassiné alors qu’il traversait Mkalles, banlieue chrétienne au nord-est de Beyrouth.

Selon l’IPI, au moins 14 attaques à la bombe ont été perpétrées à Beyrouth depuis l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafik Hariri en février dernier. La plupart d’entre elles ciblaient des journalistes et des hommes politiques de l’opposition. Gebran Tueni est le deuxième journaliste de An Nahar assassiné cette année. Une troisième journaliste libanaise a perdu sa jambe dans une explosion à la voiture piégée.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»






Source Communiqué de presse N°2005-151
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 31206 | guest (Lire) Mise à jour: 03-03-2006 3:09 pm | © 2003 - UNESCO - Contact