Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Groupe de haut niveau exhorte à un renforcement des efforts en faveur de l’Education pour tous
Contact éditorial : Sue Williams, Section des relations avec la presse, tél. +33 (0)1 45 68 17 06, portable à Beijing +33 (0)6 15 92 93 62 - Email

30-11-2005 10:00 am Les progrès enregistrés par les taux de scolarisation doivent être quadruplés en Afrique subsaharienne et doublés en Asie du Sud si l’on veut parvenir à l’objectif d’une éducation de base de qualité pour tous les enfants en 2015, ont conclu les participants à la cinquième réunion annuelle du Groupe de haut niveau sur l’Education pour tous (EPT) qui a pris fin aujourd’hui à Beijing. Selon le Rapport de suivi sur l’Education pour tous 2006*, 64% des enfants en Afrique et 83% des enfants en Asie du Sud et de l’Ouest sont inscrits dans le primaire. Bien que ce Rapport montre des progrès substantiels, l’amélioration n’est pas assez rapide pour que soient réalisés les objectifs de l’EPT fixés il y a cinq ans, lors du Forum mondial sur l’Education (Dakar, Sénégal).

Le communiqué adopté par le Groupe de haut niveau au terme de trois jours de débats intenses reconnaît les progrès réalisés depuis 2000 mais souligne que 100 millions d’enfants n’ont toujours pas accès à l’école. De plus, 771 millions d’adultes sont encore analphabètes, en majorité des femmes et le plus souvent des personnes vivant dans des zones rurales isolées.

Les participants - dont des ministres de l’Education et du Développement, des responsables d’agences bilatérales et multilatérales, des dirigeants d’organisations non gouvernementales – ont aussi souligné la persistance d’un manque d’au moins cinq milliards par an en matière de financement de l’éducation pour tous. D’après eux, les bailleurs de fonds devraient doubler l’aide officielle au développement (AOD) consacrée à l’éducation et donner une priorité plus marquée à l’éducation de base.

A l’heure actuelle, sur les 62,3 milliards que représente chaque année l’aide officielle au développement, 6 milliards de dollars seulement vont à l’éducation dans les pays en développement. Et 1,2 milliard à peine va à l’éducation dans les pays à bas revenu.

Selon les participants, les engagements récents - notamment ceux du G8 - en faveur d’une aide renforcée au développement et d’un allègement de la dette doivent être efficacement canalisés vers l’éducation en général, et vers l’éducation de base en particulier.

Pour eux, une priorité accrue doit aussi être accordée à l’éducation et à l’alphabétisation des filles, trop souvent négligées par les gouvernements et les autorités chargées de l’éducation. C’est particulièrement vrai dans les communautés rurales qui sont également les parents pauvres des politiques éducatives nationales. Le récent Rapport de suivi sur l’Education pour tous estime que 2,5 milliards de dollars par an sont nécessaires pour avancer vraiment en direction de l’objectif EPT qui vise à réduire de moitié le taux d’analphabétisme chez les adultes d’ici à 2015.

Le communiqué demande également aux pays et aux partenaires de l’EPT de supprimer progressivement les obstacles directs ou indirects que constituent les frais de scolarité, afin de permettre d’ici 2015 à tous les enfants de s’inscrire dans le primaire et d’achever ce cycle. Des aides devraient être fournies aux familles les plus pauvres pour soutenir l’éducation de leurs enfants.

Le travail des enfants est un autre obstacle à la réalisation des objectifs. A cette fin, les participants ont salué la mise en place, lors de la réunion, d’une Task Force mondiale sur le travail et l’éducation des enfants et ont accepté qu’elle se charge de promouvoir, de coordonner et d’effectuer des recherches dans ce domaine.

Afin de maintenir l’élan créé à la réunion, les participants ont recommandé que les agences de financement et les gouvernements partenaires communiquent à l’UNESCO, d’ici à mars 2006, les informations sur les engagements financiers en faveur de la réalisation des objectifs de l’EPT.

La prochaine réunion du Groupe de haut niveau sur l’Education pour tous se tiendra en Egypte, en novembre 2006.


* Rapport EPT



Source Communiqué de presse N°2005-147
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 31008 | guest (Lire) Mise à jour: 01-12-2005 4:10 pm | © 2003 - UNESCO - Contact